Catégories
Religions et savoir

Un homme jugé pour blasphème abattu devant un tribunal au Pakistan | Pakistan

Un Pakistanais jugé pour blasphème a été abattu dans une salle d'audience, lors du dernier incident violent lié aux lois sur le blasphème du pays.

Tahir Ahmed Naseem était en prison depuis son arrestation en 2018, après avoir prétendu être un prophète. Il est membre de la secte Ahmedi, qui est persécutée au Pakistan où ils ont été officiellement déclarés non musulmans.

La fusillade a eu lieu dans un complexe de haute sécurité à côté du tribunal de grande instance de Peshawar.

«J'étais assis sur mon siège dans le bureau vers 11 h 30 lorsque j'ai entendu les coups de feu», a déclaré Saeed Zaher, un avocat, qui s'est précipité sur les lieux de l'attaque, et a déclaré que la victime semblait avoir reçu une balle dans la tête. «Le tueur a été arrêté par la police et le corps gisait sur un banc dans la salle d'audience.

Les membres du public sont autorisés à assister aux procès, mais pour son agresseur, la contrebande d'une arme représente une grave atteinte à la sécurité. «Une personne qui entre avec un pistolet et qui assassine quelqu'un dans une salle d'audience est très dérangeante», a ajouté Zaher.

Des images circulant sur les réseaux sociaux semblaient montrer le meurtrier présumé, assis pieds nus sur un banc sous la garde de la police, affirmant qu'on lui avait ordonné dans un rêve de tuer Naseem. Il a également attaqué des juges qui entendent des affaires de blasphème.

Le blasphème est une accusation extrêmement sensible au Pakistan, une infraction pénale passible de la peine de mort, mais qui est parfois utilisée pour régler des comptes personnels, et est devenue extrêmement difficile à gérer pour le système judiciaire.

De simples accusations ont provoqué des violences populaires et des lynchages; les juges des juridictions inférieures se sentent incapables d'acquitter les accusés par crainte pour leur vie; même un juge de la Cour suprême s'est récusé d'un procès en 2016.

Alors que l'État n'a jamais exécuté personne en vertu des lois sur le blasphème, au moins 17 personnes reconnues coupables de blasphème sont dans le quartier des condamnés à mort et de nombreuses autres purgent des peines à perpétuité pour des infractions connexes.

Le cas d'Asia Bibi, une ouvrière agricole chrétienne qui a enduré une épreuve de dix ans après avoir été accusée d'avoir insulté le prophète Mahomet dans un différend avec des voisins, a attiré l'attention internationale sur le problème des lois.

Bibi a été initialement condamné à mort en 2010, bien que ce verdict ait été annulé par la suite. En 2011, le gouverneur de la province du Pendjab, Salmaan Taseer, et le ministre des minorités, Shahbaz Bhatti, ont été assassinés après avoir pris la parole pour défendre Bibi et appelé à une réforme des lois sur le blasphème.

Elle a finalement obtenu l'asile au Canada, mais elle reçoit toujours des menaces de mort.

Depuis 1990, des justiciers ont été accusés du meurtre de 65 personnes liées au blasphème, selon une étude compilée par le thinktank pakistanais le Center for Research and Security Studies.

Il n'y a eu aucun commentaire de la part du gouvernement, un silence qui, selon le militant chevronné Ibn Abdur Rehman, était accablant.

«Le fanatisme religieux devient insupportable au Pakistan. Des gens sont tués au nom de la religion. Il n'y a pas de chèque et d'équilibre. Le gouvernement est clairement silencieux sur cette question. Ce silence fait du gouvernement le coupable », a déclaré Rehman, porte-parole honoraire de la Commission des droits de l'homme du Pakistan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *