Catégories
Religions et savoir

Un an après un siège dévastateur, le Cachemire est en train de devenir une colonie | Mirza Waheed | Opinion

jeJe suis sûr que beaucoup de gens ont entendu parler des mères de la Plaza de Mayo en Argentine. C’est un mouvement de femmes argentines qui ont organisé une protestation silencieuse contre la disparition de leurs enfants pendant les dictatures militaires des années 70 et 80.

De 1977 à 2006 environ, ils se sont réunis à la Plaza de Mayo à Buenos Aires et portaient des foulards blancs brodés des noms et des dates de naissance de leurs enfants – exigeant des réponses de l'État. C'était une forme sombre de protestation, mais elle a réussi à faire poursuivre et punir les généraux et les policiers pour crimes contre l'humanité.

Il est possible que peu d’entre eux connaissent un mouvement de protestation sensiblement similaire, l’Association des parents de personnes disparues (APDP), fondée au Cachemire en 1994 par Parveena Ahangar et d’autres dont les êtres chers ont «disparu». Le nombre de personnes disparues au Cachemire depuis le soulèvement contre la domination indienne à la fin des années 80 se situe entre 8 000 et 10 000. Le propre fils d’Ahangar, Javaid, a disparu en 1990 alors qu’il était adolescent.

Ahangar et son groupe se sont rassemblés à Srinagar, la capitale du Cachemire, le 10 de chaque mois, avec des bandeaux portant des contours vierges de photos d'identité, pour commémorer les disparitions et chercher des réponses. Si la manifestation était souvent peu fréquentée, pendant des années, les parents ont au moins eu l'occasion de se réunir publiquement: pour se réconforter, pour manifester, pour parler à la presse. Tout cela a changé il y a un an aujourd'hui, avec un silence historique des voix cachemiriennes.

Le 5 août 2019, l’Inde a effacé l’autonomie de longue date du Cachemire en abrogeant les articles 370 et 35A de la Constitution (qui garantissaient le statut spécial de la région) et a soumis la région à un siège militaire et numérique dévastateur. Ces militants des disparus, en majorité des femmes, ont eux-mêmes disparu: disparu de nos écrans, disparu de la mémoire publique. Ceci et plusieurs autres effacements exécutés par l'État indien au fil des ans, et plus catégoriquement ces derniers mois, m'ont amené à croire que le Cachemire lui-même a fait l'objet de disparitions forcées.

Arrestations massives, surveillance à la Gestapo, torture, suppression de la liberté de réunion, écrasement de la presse cachemirienne alors que des bateaux chargés de journalistes indiens et d'envoyés étrangers effectuent des visites guidées de «normalité», la décimation de l'économie locale, la plus longue coupure d'Internet jamais réalisée imposée par une démocratie, la paralysie du système éducatif, l'incarcération de milliers de jeunes, la criminalisation sans précédent de la parole (ceux qui ont été libérés ont dû signer des «liens de silence»), la conversion d'hôtels et de guesthouses en centres de détention, le bâillonnement de la société civile du Cachemire. Tout cela sert à supprimer les agences cachemiriennes: à les maintenir fermement hors du cadre.

Déjà, l'Inde reprogramme la vie économique et sociale des Cachemiris en modifiant les lois sur le domicile, en permettant aux citoyens indiens d'acquérir des biens et des terres, et en abolissant les institutions de longue date de l'État du Cachemire. Parmi les organes dissous figurent une commission des enfants, un organe des droits des femmes et la commission des droits de l’homme semi-autonome de l’État.

Ils ont fait des plans pour voler les ressources du Cachemire. Récemment, les droits d’exploitation du sable du Cachemire sur le lit de ses rivières ont été accordés à des entreprises indiennes via une vente aux enchères en ligne qui était expressément interdite aux familles locales qui dépendent du sable pour leur subsistance depuis des années. L'Inde est en train de créer des «banques foncières» pour les opportunités d'investissement: s'octroyant le pouvoir d'acquérir des terres pour ses forces armées à peu près partout au Cachemire. Jusqu'à récemment, il nécessitait le consentement du gouvernement local, qui a été remplacé l'année dernière par un gouverneur indien non élu et non responsable. Veuillez cocher ces deux mots: «terre» et «banque»; des outils très puissants pour une exploitation, une expropriation et une occupation plus poussées.

Le Cachemire est aujourd'hui en train de devenir une colonie sous les yeux du monde. Le ministre indien de l’Intérieur a parlé de la construction de colonies et de temples. Il y a eu suspension de la forme d'autonomie la plus symbolique. La loi locale est gelée. Un étonnant 99% des demandes d'habeas corpus depuis août dernier sont en instance. Le président du barreau du Cachemire, Mian Qayoom, âgé de 70 ans, qui a passé un an en prison, a été libéré à la condition qu’il ne puisse pas rentrer chez lui avant une certaine date et qu’il ne parle pas. La Cour suprême de l'Inde a émis ces conditions.

Juste avant que Covid-19 ne commence à se propager en février, une haute cour a rejeté une pétition d'une autre organisation du Cachemire – inconnue de la plupart des gens, le Cachemire a une association de survivants aux plombs, ceux qui sont aveuglés par des fusils à plomb introduits en 2012 pour réprimer les manifestations. Le tribunal a déclaré qu'il n'était pas nécessaire qu'ils soient entendus. Une occupation peut être identifiée par ce type de suspension des systèmes juridiques quotidiens – un état d'exception perverse et omniprésente.

L'Inde s'est lancée dans un projet visant à exclure les Cachemiris d'un semblant de contrôle sur leur vie. Cela était évident le 5 août 2019, lorsque l'Inde a déployé des milliers de soldats supplémentaires et coupé le Cachemire du monde, et cela est devenu évident depuis lors. Dans l'un des actes de coercition les plus cruels, l'administration interdit désormais aux familles cachemiriennes d'enterrer leurs fils militants tués dans les cimetières du quartier. Pour empêcher les gens d'assister aux funérailles, les responsables indiens ont emmené les corps de militants dans des endroits reculés pour des enterrements tranquilles. L'État est devenu un voleur de corps.

L’un des moyens par lesquels un régime oppressif exerce un contrôle est de dramatiser l’impuissance d’une population en la soumettant à des indignités quotidiennes. Infliger l’indignité aux Cachemiris semble maintenant être la principale stratégie de Delhi.

Un an après l'annexion, c'est là que se trouve le Cachemire. Un moment terrifiant rendu infiniment pire par le verrouillage qu'implique la pandémie: un siège dans un siège, comme nous assistons en temps réel à l'occupation à grande échelle du Cachemire.

Mirza Waheed est romancière et essayiste. Son dernier roman, Tell Her Everything, a remporté le prix hindou de fiction 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *