Catégories
Religions et savoir

Sur les musulmans britanniques et le racisme: les vies noires comptent-elles?

Q. En tant que musulmans, quelle devrait être notre position sur le racisme ou la discrimination raciale, et devrions-nous soutenir des mouvements de justice sociale comme Black Lives Matter (BLM)? Et tout ce soutien au BLM ne privilégie-t-il pas la justice pour les Noirs par rapport aux autres, en particulier lorsque nous, musulmans, nous rendons compte de l'islamophobie croissante et des injustices perpétrées contre nos frères et sœurs musulmans du monde entier?

UNE. Pour commencer, permettez-moi d'être clair sur la façon dont j'ai l'intention de répondre à ces préoccupations. Et c'est en les enracinant dans les enseignements traditionnels de l'islam afin d'aborder la question du racisme d'une manière qui pourrait avoir un sens dans un contexte britannique et reconnu comme étant islamique dans un contexte musulman. J'ai divisé la réponse en cinq parties: (i) Islam et racisme; (ii) modernité et racisme; (iii) Grande-Bretagne et racisme; (iv) Musulmans et racisme; et (v) BLM et racisme.

I. Islam et racisme

Bien que le verset suivant ne parle pas de la construction sociale moderne du racisme en soi, il s'agit du concept pré-moderne de groupements de personnes liés par une descente significative de commentaires; en termes de localisation, de langue, d'histoire et de culture. Ainsi, nous lisons dans le Saint Coran: O l'humanité! Nous vous avons créés à partir d'un homme et d'une femme, puis nous avons fait de vous des nations et des tribus pour que vous vous connaissiez. Vraiment, le plus noble d'entre vous aux yeux de Dieu est celui qui est le plus pieux. Dieu sait en effet, conscient. (Q.49: 13)

Soutenez MuslimMatters pour seulement 2 $ par mois

MuslimMatters est un service gratuit à la communauté depuis 2007. Tout ce qu'il faut, c'est un petit cadeau d'un lecteur comme vous pour continuer, pour seulement 2 $ / mois.

Le Prophète (SAW) nous a appris que les meilleures actions sont celles qui sont faites de manière cohérente, même si elles sont petites.
Cliquez ici pour soutenir MuslimMatters avec un don mensuel de 2 $ par mois. Réglez-le et collectez les bénédictions d'Allah (swt) pour le khayr que vous soutenez sans y penser.

Le Prophète ﷺ a introduit la couleur de la peau dans le mélange en ces termes: «O l'humanité! En effet, votre Seigneur est un, et en effet votre père est un. Vraiment, un Arabe n'a aucune supériorité sur un non-Arabe, ni un non-Arabe sur un Arabe; ni blanc (ahmar, allumé. «Rouge» ou «rougeâtre») sur noir, ni noir sur blanc – sauf par piété. N'ai-je pas transmis (le message)? »1

En fait, le Coran ne condamne pas seulement négativement une telle discrimination, mais il célèbre aussi positivement et activement la diversité: Et de Ses signes est la création des cieux et de la terre, et les différences de vos langues et de vos couleurs. Dans ce sont des signes pour les gens de la connaissance. (Q.30: 22)

Les versets ci-dessus et la déclaration prophétique étaient donc une restructuration totale du paysage moral ou éthique qui prévalait dans toute l'Arabie à l'époque. La vraie valeur ne serait plus déterminée par la couleur de la peau, la lignée ou même par des démonstrations grandioses de courage ou de générosité. La valeur réelle serait plutôt mesurée par taqwa – «piété», «piété» et «attention» aux commandements et interdictions de Dieu.

Une fois, quand l'une des épouses du Prophète a lancé une insulte raciale (ou une insulte ethnoreligieuse, comme on pourrait dire aujourd'hui) à une autre co-épouse dans un état d'agacement, l'appelant de manière dénigrante «  la fille d'un Juif '', le Prophète ﷺ a déclaré: «En effet, votre (avant) père (Moïse) était un prophète; votre (grand) oncle (Aaron) était un prophète; et vous êtes marié à un prophète. De quoi peut-elle se vanter? »2 Encore une fois, lorsqu'un compagnon a insulté une autre personne, en insultant sa mère parce qu'elle n'était pas arabe, le Prophète lui a dit:« Vous avez encore une certaine ignorance préislamique (jahiliyyah) en vous. »3 Ainsi, aucun musulman n'a le moindre droit de ressusciter l'attitude ignoble du racisme; xénophobie; sectarisme tribal; ou insultant les gens parce qu’ils sont considérés comme l ’« Autre », lorsque le Prophète ﷺ a radicalement éliminé ces attitudes de la vision du monde et des relations du croyant. Ibn Taymiyyah a déclaré: «Il n’existe pas un seul verset dans le livre de Dieu qui loue ou censure quelqu'un en raison de sa lignée. Au lieu de cela, la louange est due à la foi et à la piété, tandis que le blâme est dû à l'incrédulité, à l'immoralité ou à la désobéissance. »4

II. Modernité et racisme

Dans les années 1830, Samuel Morton, un craniologue américain, a amassé et étudié des centaines de crânes humains afin de mesurer les différences de taille du cerveau entre des personnes de diverses origines ethniques. Morton croyait avoir utilisé la science pour prouver que les Blancs étaient intellectuellement supérieurs aux autres «races». Dans son Crania Americana, Morton a déclaré que non seulement les Blancs avaient un cerveau plus gros et étaient donc intellectuellement supérieurs à toutes les autres races, mais aussi que les Noirs avaient la plus petite taille de cerveau et étaient donc inférieurs à tous les autres. Morton et d'autres ont utilisé cette conclusion comme une justification «scientifique» pour continuer l'esclavage aux États-Unis et stéréotyper négativement les Noirs. Beaucoup considèrent Morton comme le père fondateur du racisme scientifique. C’est ici que, sur la base de cette pseudo-science et de certaines différences superficielles des traits physiologiques, la catégorisation des personnes en «races» distinctes commence sérieusement. Et bien que le racisme institutionnel, les préjugés raciaux et la suprématie blanche qui devaient suivre étaient dirigés contre toutes les races de la hiérarchie descendante de Morton, fournissant des motifs adéquats pour traiter les autres races différemment, en termes de droits et privilèges, ce serait des Noirs (au supposé fond du tas) qui en porterait le plus gros et le plus soutenu.

Bien sûr, la science moderne a depuis longtemps montré que la taille du cerveau n'est pas nécessairement liée à l'intelligence. Au lieu de cela, la taille du cerveau est liée à des choses comme l'environnement, le climat et la taille du corps, tandis que l'intelligence est plus liée au nombre de neurones ou à l'efficacité des connexions entre les neurones dans le cerveau. En effet, la science moderne a également largement démystifié la base biologique de la race, montrant qu'il y a autant de diversité génétique au sein de ces groupes raciaux qu'entre eux. La science considère désormais la race comme une attribution conventionnelle; une construction sociale, mais pas une classification scientifiquement enracinée ou valide. Et alors qu'aujourd'hui nous avons tendance à privilégier le terme ethnicité à la construction arbitraire de «  race '' basée sur la couleur de la peau et la physionomie, la race reste, pour certains, un foyer d'identité individuelle et de groupe, en particulier les membres de groupes socialement défavorisés, comme les Noirs, où c'est souvent une source de fierté et de joie. Tout cela a conduit de nombreux anthropologues à affirmer que, comme il n'y a pas de base scientifique pour la race, nous devrions simplement jeter l'idée dans la poubelle. D’autres disent que si nous continuons à insister sur la fiction sociale des différences raciales, qu’elle soit fondée sur des considérations éthiques qui renforcent la justice, l’équité et la familiarité entre les peuples, et non la haine, la discrimination et la xénophobie. En fait, cette dernière façon de voir les clivages ethniques ou raciaux est probablement plus conforme à ce que l'Islam veut pour l'humanité. Après tout, Dieu a fait de nous des nations et des tribus lita’arafu – "afin que vous vous connaissiez."

Ce qui précède, alors, au milieu des activités des empires européens et du colonialisme, est le lieu de naissance de ces idées modernes de discrimination raciale et de racisme; des idées et des réalités qui se répercutent toujours de manière frustrante jusqu'à nos jours. Combien de Britanniques blancs ordinaires ont intériorisé la pseudo-science raciste au cours des cent cinquante dernières années, non pas parce qu'ils étaient des gens particulièrement mauvais ou méchants, mais parce qu'ils croyaient à la «science», est une supposition. Ajoutez à cela la xénophobie habituelle qui existe souvent contre l'étranger, les exploits et les réalisations modernes de l'Europe occidentale blanche qui alimentent l'idée d'exceptionnalisme ou de suprématie blancs, et l'utilité politique de dénoncer les immigrants en période de difficultés nationales et économiques. ralentissement, créer des mythes bien ancrés et la discrimination contre les personnes de couleur.

III. Grande-Bretagne et racisme

Bien que l'histoire des États-Unis soit trempée dans le racisme; la question de la race étant toujours la plus douloureuse et source de division pour ses citoyens, c'est le racisme en Grande-Bretagne – ma maison, et où je suis né et j'ai grandi – auquel je voudrais limiter mes remarques et anecdotes. Et en Grande-Bretagne, tout comme en Amérique, alors que les peuples de diverses minorités ethniques ont indéniablement été et continuent d'être victimes du racisme, c'est la discrimination contre les Noirs qui est de loin la plus endémique et systémique.

Les récentes manifestations antiracistes qui se déroulent à travers le pays ne visent pas seulement à montrer de la colère face à la mort d’un autre Noir, George Floyd, aux mains d’un autre policier américain. Ce sont aussi des protestations contre le racisme systémique ici même en Grande-Bretagne. Bien avant le racisme contre les Noirs, les Asiatiques et les Européens de l'Est, les Juifs en tant que peuple, ainsi que les Irlandais, ont subi le racisme en Grande-Bretagne. Le peuple juif le fait toujours.

Alors que le racisme structurel ou institutionnel est difficile à prouver de manière concluante, la réalité vécue des personnes de couleur, ainsi que les statistiques après statistiques ou rapport après rapport, aboutissent toutes à des conclusions similaires: la Grande-Bretagne a un problème racial. Il n’a pas seulement un problème avec le racisme occasionnel (maintenant appelé micro-agression; tel qu’il est vécu dans les écoles, les emplois ou la vie quotidienne), ou le racisme né de préjugés inconscients (décisions instantanées conditionnées par l’éducation culturelle ou l’expérience personnelle); elle a également un problème de racisme systémique – discrimination raciale et stéréotypes négatifs au sein de bon nombre de ses institutions clés: les forces de police et le système de justice pénale sont considérés comme les principaux coupables.

Il est, bien sûr, soutenu que, bien que la Grande-Bretagne ait effectivement des racistes individuels, et que des actes de racisme se produisent tragiquement toujours ici, mais la Grande-Bretagne elle-même; même si cela a pu être dans un passé récent, il n'est plus institutionnellement raciste. Nous avons la loi sur l'égalité de 2010, comme l'une des preuves les plus claires contre tout racisme institutionnel.

Ou il a été avancé que, depuis le rapport Macpherson de 1999, qui est survenu à la suite du meurtre de Stephen Lawrence, en 1993 – et les deux mots qui ressortaient du reste du rapport de 350 pages, que La police métropolitaine de Londres était «institutionnellement raciste» – les forces de police britanniques ont internalisé la critique et ont fait des bonds depuis lors: individuellement et institutionnellement. Il est donc injuste et injuste de décrire les forces de police britanniques comme étant toujours systémiquement racistes; ou alors l'argument va.

Quoi qu'il en soit; et bien que de nombreux changements positifs d'esprit et de structure aient été sincèrement opérés, les statistiques frappantes et actuelles nous racontent une autre histoire. La Grande-Bretagne moderne est un endroit où les Noirs, contrairement aux Blancs, sont: 10 fois plus susceptibles d'être arrêtés et fouillés; 4 fois plus susceptibles d'être arrêtés; deux fois plus susceptibles d'être temporairement exclus de l'école; et 3 fois plus susceptibles d'être définitivement exclus de l'école; et deux fois plus susceptibles de mourir en garde à vue. Quelle que soit la norme impartiale, cela ressemble-t-il à l'égalité? Et tout aussi important, disons-nous que le racisme institutionnel est totalement absent de ces chiffres? 5

Pendant la majeure partie de ma vie, j’ai vécu dans un domaine communal ou un autre à East London. Dans mon adolescence, j'ai grandi dans un domaine à Chingford, où la plupart des gens étaient blancs, avec quelques familles afro-caribéennes et quelques asiatiques: ma famille étant l'une d'entre elles. Comme beaucoup d'autres non-blancs de ma génération, j'ai rencontré ma part d'abus racistes; et pour une courte période, un peu d'intimidation raciste aussi. Dans l'ensemble, je m'entendais avec la plupart des enfants du domaine et de son école primaire, quelle que soit la couleur; et ils s'entendaient avec moi.

Pendant toute mon adolescence, j'ai vécu dans un autre domaine à Leytonstone, où cette fois la plupart des résidents étaient noirs. C'était au milieu des années 1970, et c'était une époque où de nombreux jeunes noirs étaient, je ne dirais pas souffrir d'une crise d'identité, mais plus qu'ils cherchaient une identité. Car contrairement à leurs parents, ils n'étaient ni jamaïcains, ni Bajan (Barbadiens), ni Trinidadiens, ni ne se sentaient (ou se sentaient) totalement britanniques. Au lieu de cela, les jeunes Britanniques noirs se tournaient vers leur noirceur pour donner un sens à leur place en Grande-Bretagne, développant un sentiment d'identité culturelle collective dans le processus. J'ai ressenti une plus grande affinité pour cette culture que pour aucune autre. Des voix comme Bob Marley, Burning Spear, les Wailing Souls et Black Uhuru ont parlé de notre situation et de nos aspirations. Mais alors que leurs paroles conscientes de reggae roots sortaient de la Jamaïque, ce sont des artistes reggae britanniques locaux qui racontaient notre propre histoire spécifiquement britannique: des artistes comme Steel Pulse, Black Roots, Mikey Dread ou, en particulier pour moi, Aswad ( ou au début Aswad, de '76 -'82). Aswad a chanté Enfants africains (que j’échangerais dans mon esprit contre des enfants «immigrés») «vivant dans une situation concrète», dans «des murs en pierre préfabriquée, des cabines en béton. Leur loyer augmentant chaque jour; Les réparations structurelles sont évaluées mais pas encore effectuées; Soulevez de l'action au vingt-septième étage; Et quand ils travaillent, ils sentent. »Nous, les jeunes, nous sommes entassés dans le petit centre pour jeunes du domaine, avons souri, hoché la tête avec approbation et parfaitement identifiés au message lorsque nous avons entendu pour la première fois de telles paroles conscientes exploser. Tandis que Marley parlait des luttes quotidiennes du ghetto pour grandir dans la jungle de béton de Kingston 12; Trenchtown, pour moi, Aswad a parlé de luttes parallèles grandissant dans la situation concrète de Leytonstone E11. Nous le ressentons tous, oui nous le ressentons!

Retour au racisme. Ma seule petite preuve anecdotique de victimisation des Noirs par la police vient de l'époque où je vivais sur le domaine de Cathall Road à Leytonstone. Les descentes de police étaient assez courantes dans notre domaine ainsi que dans le centre pour jeunes; parfois avec une justification réelle. Dans le centre pour jeunes, la police (généralement avec leurs chiens policiers), entrait; éteignez la musique; éradiquer tout spliff qui a été allumé; puis on nous dirait tous de nous aligner contre le mur avec nos mains derrière la tête. Chaque fois que cela arrivait, sans exception, quand il s'agissait de me fouiller, ils ne le faisaient jamais. Ils insisteraient simplement pour que je quitte le centre ou rentre chez moi, ce que je ferais. Je revenais ensuite généralement une demi-heure ou une heure plus tard et recommençais à jouer au billard, au ping-pong ou au bar-football; ou imprégnez-vous simplement des vibrations (pas du spliff). Une fois, après un raid, je suis revenu au centre, seulement pour qu'un de mes amis Rasta proches me dise que ce serait mieux si je restais à la maison pendant quelques jours. J'ai demandé pourquoi? Il m'a dit que certaines personnes qui traînent au centre, mais qui ne me connaissent pas vraiment et qui ne vivent pas sur le terrain actuel, disent que c'est étrange que je ne sois jamais fouillé et que peut-être j'étais une herbe. Ce serait un euphémisme si je disais que j'avais peur. J'ai suivi le conseil et je suis resté à l'écart du centre pendant une semaine, jusqu'à ce que j'aie le signe que tout allait bien. Un mois plus tard, et encore un autre raid. Mais cette fois, c'était pour moi une aubaine: ils m'ont fouillé! Je me suis sentie soulagée, justifiée et je l'ai prise comme un insigne d'honneur. Ce que je veux dire, c'est que dans les années 70 et 80, il y a eu d'innombrables fois où j'ai vu des Noirs spécifiquement stigmatisés et victimisés par la police.

Pour être honnête, au milieu des années 80, avec Ligue antinazie et Rock Against Racism faire leur chose contre l'extrême droite Front national; avec Reggae et Ska bicolore des bandes et des concerts mélangeant de plus en plus les noirs et les blancs; et les attitudes des jeunes changeant positivement, je pensais (peut-être naïvement) que le racisme en Grande-Bretagne serait probablement une chose du passé au milieu des années 90. L'optimisme, bien sûr, est entièrement sain, tant qu'il ne devient pas aveugle au réalisme.

IV. Musulmans et racisme

Ici, je voudrais parler de quelque chose que certains musulmans trouveront inconfortable: c'est que nous (non-noirs) musulmans devons admettre le racisme anti-noir qui infecte nos propres communautés. Malheureusement, le racisme contre les Noirs – y compris les musulmans noirs – est trop courant chez les musulmans britanniques d'Asie d'origine indienne, pakistanaise et bangladaise. Qu'il soit regardé par des Asiatiques âgés dans la mosquée et qu'il se sente ainsi gêné, à la façon dont nous, d'origine sud-asiatique, utilisons le mot kala, «Noir», de manière dérogatoire; ou s’il s’agit de mariage, ou de penser que tous les musulmans noirs doivent être des convertis et ensuite leur faire des éloges paternalistes sur des actes de base comme faire wudhu – ce non-sens non islamique; ce jahiliyyah, doit simplement s'arrêter.

Nous devons parler à nos aînés de leur racisme anti-noir. Nous devons respectueusement expliquer pourquoi tant de nos mosquées continuent de faire en sorte que les musulmans noirs ne se sentent pas les bienvenus, ou les chassent, et que peut-on faire à ce sujet? Pourtant, alors que notre masjids sont indéniablement masjids; «La plupart des mosquées fonctionnent comme des« temples raciaux »créés pour enfermer des ethnies uniques, et leur direction monoethnique et introspective n'est généralement pas au courant de toute nouveauté survenant en dehors de leurs silos. même au prix de charia égalité raciale, sirah l'hospitalité, ou sunnah unité.

Mais le racisme n'est pas seulement un problème avec les anciens d'Asie du Sud? Cela se cache aussi dans le cœur et l'esprit de ma génération; et peut-être celle de mes enfants? C'est moins les regards ou l'ignorance sur les réalisations des Noirs, et plus les stéréotypes négatifs; complexes post-coloniaux; désespoir de blanchir; ou le racisme pur et simple en matière de mariage. Ici, en tant que parent musulman asiatique, je suis heureux que ma fille ou mon fils se marie – religieusement – avec un certain catégorique fasiq ou fasiqah – surtout si elles sont d'un teint plus clair: mais je ne pourrais jamais les accepter en épousant un Noir pieux, bien élevé et responsable! Mais nous nous convaincons que nous ne sommes pas racistes: après tout, j'adore le sahabi, Bilal. Je pleure quand je lis l'histoire de la vie de Bilal. Mon bon ami, Bilal, est noir. Mais la preuve est dans le pudding, et la vérité est que nous devons aller au-delà du tokenisme; au-delà de Bilal.

Ces musulmans qui font un problème de couleur; dont les mentalités racistes ou tribales les conduisent à mépriser une personne de couleur plus sombre ou à les traiter de manière inégale, laissez-les considérer le gendre du prophète ﷺ, et le quatrième calife, sayyiduna «Ali b. Abi Talib. Les biographes classiques affirment tous: kana 'ali adam, shadid al-udmah – «Ali était noir, noir de jais.7 Ou prenez notre maître« Umar qui est également décrit dans les mêmes termes.8 La couleur, Adam peut se référer au teint de la peau qui est brun foncé, comme un Américain natif; ou encore plus sombre, comme chez les aborigènes australiens natifs; ou noir de jais, comme beaucoup d'Africains. Lorsque la phrase, shadid al-udmah est ajouté, "extrêmement sombre", alors on ne se trompe pas sur ce que l'on veut dire: une personne qui, à toutes fins utiles, est noire. Une telle description semble assez courante pour les Arabes parmi les sahabah. La peau noire est aussi la couleur de la dame avec laquelle toute la saga Muhammadan commence: notre dame Hagar (Hajarah); c'était une Égyptienne noire. Ou considérez le prophète Moïse, que la paix soit sur lui. Notre prophète said a dit un jour: «  Quant à Moïse, il était grand et brun foncé, comme les hommes d'al-Zutt '' .9 Les Zutt étaient une tribu bien connue de grands hommes sombres du Soudan.10 Après avoir connu ce qui précède , si nous continuons à regarder les gens simplement à cause de leur teint plus sombre, alors ghustakhi; dans quelle moquerie et quel manque de respect allons-nous éventuellement nous noyer?

L'islam n'est ni raciste ni daltonien. Il veut que nous comprenions que la couleur de la peau n'a pas de valeur intrinsèque, seule la piété le fait. Pourtant, en même temps, cela nous permet de célébrer les différences d'une manière qui n'offense pas le ciel et d'une manière qui nous amène à offrir joyeusement des remerciements à Celui qui est le créateur de toutes les couleurs.

L'islam n'est ni raciste ni daltonien. Il veut que nous comprenions que la couleur de la peau n'a pas de valeur intrinsèque, seule la piété le fait. Pourtant, en même temps, cela nous permet de célébrer les différences d'une manière qui n'offense pas le ciel et d'une manière qui nous amène à offrir joyeusement des remerciements à Celui qui est le créateur de toutes les couleurs.Cliquez pour tweeter

Alors prenons les conversations. Ayons une introspection sérieuse. Écoutons ce que les musulmans noirs ont à dire. Désirons être des guérisseurs, pas des diviseurs. Éduquons-nous sur la réalité de la vie des Noirs en général, et des vies des musulmans noirs en particulier. Olusoga's Noir et britannique et Akala Autochtones sont de bons points de départ. Sherman Jackson's L'Islam et le problème de la souffrance des Noirs est, avec ses idées théologiques, une lecture incontournable. Par-dessus tout, essayons non seulement d'être non racistes, mais antiracistes.

Changez, heureusement, est dans l'air. Pour les musulmans urbains du millénaire et ceux d'une génération plus jeune encore, ces divisions ethniques plus anciennes sont de plus en plus inutiles dans leur vie (bien que je ne sais pas dans quelle mesure cela s'applique à ceux élevés dans des silos ethniques dans les villes moins urbanisées de Grande-Bretagne ). Ces milléniaux ont entendu les histoires des combats intra-ethniques; le racisme anti-noir; l'hospitalité symbolique aux musulmans noirs, mais sans jamais leur donner une voix; et les tentatives infructueuses de rendre les «temples raciaux» plus inclusifs, et comment, après des décennies, il s’agit de coups et de murs en briques. De ce fait, ils cherchent à créer des espaces plus inclusifs et culturellement plus significatifs; loin de tout cet islam ethnique toxique. C'est sûrement là que le reste d'entre nous devrait se diriger aussi?

V. BLM et racisme

Le Coran dit: Aidez-vous les uns les autres dans la justice et la piété, ne vous entraidez pas dans le péché ou la transgression. (Q.5: 2) Entre ce verset et le Hilf al-fudul pacte que le prophète ﷺ a maintenu et approuvé même après la prophétie, nous avons une base religieuse solide pour soutenir tout individu ou groupe travaillant pour des questions de justice sociale: que ce soit pour les musulmans ou les non-musulmans; qu'elle soit dirigée par des musulmans ou des non-musulmans.

le Black Lives Matter le mouvement s'est révélé être un véhicule puissant et efficace au cours des cinq dernières années pour exiger une réforme en termes de racisme anti-noir; avec leur concentration actuelle sur la justice pour George Floyd et sa famille. Ainsi, comment les musulmans ne peuvent-ils pas le soutenir? Bien sûr, nous ne pouvons soutenir aucune organisation par carte blanche. Religieusement, nous, musulmans, ne pouvons apporter un soutien inconditionnel à qui que ce soit à Dieu et à Son Prophète ﷺ. Étant donné que BLM a quelques objectifs déclarés qui sont incompatibles avec la théologie de l'Islam («nous affranchir de l'emprise étroite de la pensée hétéronormative» est l'un d'entre eux, par exemple), notre activisme doit être guidé par des connaissances sacrées et éclairé par des conseils révélés. Notre intention n'est pas de soutenir BLM en tant que tel. Au lieu de cela, il s'agit de prendre position contre l'injustice, en l'occurrence le racisme anti-noir: soutenir les individus ou les organisations qui sont susceptibles d'être les plus efficaces pour atteindre cet objectif. (Il va sans dire que nous pouvons travailler pour la justice pour plus d'une cause ou plus d'un groupe de personnes en même temps). Et c'est ce que le verset ci-dessus et le Hilf al-fudul pacte ont à l'esprit. Et tout comme le BLM se décrit comme «sans vergogne noir», peut-être que certains d'entre nous doivent être un peu plus sans vergogne musulmans?

Mais détournons notre attention de ces nuances théologiques pour l'instant, et attachons un ruban autour de tout cela et disons: soutenons pleinement, au moins en esprit et en principe, sinon en corps, Black Lives Matter comme cause, plus que comme mouvement, en cherchant à résoudre le racisme structurel; obtenir justice pour tous les George Floyds et tous les Stephen Lawrences; et amener les gens à réfléchir sur leurs propres attitudes face au racisme et à «l'autre» racial – en veillant à ce que notre genou ne soit pas sur le cou des autres. Nous devons soutenir les objectifs généraux de tout mouvement populaire qui œuvre pour une Grande-Bretagne plus juste, plus juste et plus tolérante pour tous: noir ou blanc. Bien sûr, pour que cela se produise, du point de vue des musulmans noirs, le racisme anti-noir ainsi qu'une islamophobie toujours croissante doivent être combattus. Actuellement en Grande-Bretagne, Dieu nous en préserve, vous êtes ostensiblement musulman et Noir!

Le racisme affecte toutes les personnes de couleur. Mais en ce qui concerne les Noirs, ils sont confrontés à un préjugé anti-noir unique en tant qu'Autre ultime, propagé à la fois par des majorités blanches et même d'autres minorités ethniques. En tant que communauté marginalisée, les Sud-Asiatiques ont sans aucun doute leurs propres préjugés. Mais ce ne sont pas les mêmes expériences vécues que celle des Noirs. Et bien qu'il puisse être facile de regrouper tout le monde et de nous percevoir comme ayant un traumatisme commun, les statistiques montrent que cette équivalence n'est pas vraiment vraie.

Pour terminer, je voudrais remercier ma plus jeune fille, Atiyyah, de m'avoir inspiré à revoir et renouveler mes idées sur le racisme anti-noir; et mon ami, le Dr Abdul Haqq Baker pour m'avoir incité à écrire cette pièce, à proposer des suggestions inestimables, puis à l'avoir revue pour moi.

Wa’Llahu wali al-tawfiq.

1. Ahmad, Musnad, no 22978. Ibn Taymiyyah a déclaré que sa chaîne était sahih dans Iqtida ’al-Sirat al-Mustaqim (Riyad: Dar Ishbiliyah, 1998), 1: 412.

2. Al-Tirmidhi, n ° 3894, où il a déclaré que le hadith était hasan sahih.

3. Al-Bukhari, nos 2545; 6050.

4. Majmu ‘Fatawa (Riyad: Dar ‘Alam al-Kutub, 1991), 35: 230.

5. GOV.UK: Faits et chiffres sur l'ethnie des Caraïbes noires.

6. Abdal Hakim Murad, Voyager à la maison (Cambridge: The Quilliam Press, 2020), 49-50.

7. Voir: Ibn ‘Asakir, Tarikh Madinat al-Dimashq (Dar al-Fikr, 1996), 42:24.

8. Selon Ibn 'Abd al-Barr, al-Isti'ab fi Ma'rifat al-Ashab (Beyrouth: Dar al-Kutub al-‘Ilmiyyah, 1971), 3: 236

9. Al-Bukhari, n ° 3438.

10. Ibn Hajr al-‘Asqalani, Fath al-Bari bi Sharh Sahih al-Bukhari (Le Caire: Dar al-‘Alamiyyah, 2013), 8:61.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *