Catégories
Religions et savoir

Shaykh Seraj Hendricks: une nécrologie

Cet article a été initialement publié à l'Institut Al-Madinah.

Un érudit islamique de renommée internationale, qui considérait la spiritualité, la justice et la connaissance comme partie intégrante d'une existence religieuse authentique.

Soutenez MuslimMatters pour seulement 2 $ par mois

MuslimMatters est un service gratuit à la communauté depuis 2007. Tout ce qu'il faut, c'est un petit cadeau d'un lecteur comme vous pour nous permettre de continuer, pour seulement 2 $ / mois.

Le Prophète (SAW) nous a enseigné que les meilleures actions sont celles qui sont faites de manière cohérente, même si elles sont petites.
Cliquez ici pour soutenir MuslimMatters avec un don mensuel de 2 $ par mois. Réglez-le et collectez les bénédictions d'Allah (swt) pour le khayr que vous soutenez sans y penser.

Shaykh Seraj Hendricks, décédé le 9 juillet 2020 à l'âge de 64 ans, était un universitaire de renommée internationale, capable de communiquer et de s'engager au niveau des chefs d'État, des érudits religieux et du grand public. En tant que descendant de l'une des institutions islamiques les plus importantes en Afrique du Sud et dans le monde, qui a également passé une décennie à étudier aux mains des plus éminents érudits de Makkan, il a non seulement hérité d'un grand héritage, mais a élargi l'impact de cet héritage dans le monde entier. En particulier, il a soutenu une compréhension normative de l'islam, ancrée dans une tradition remontant à plus d'un millénaire – mais profondément conscient des besoins de l'époque, y compris la nécessité de s'efforcer de rendre le monde meilleur.

Shaykh Seraj Hendricks a été professeur d'anglais au lycée entre 1980 et 1982 au Cap avant de partir pour l'Arabie saoudite en 1983 pour étudier à l'Université Umm al-Qura de Makka. Avant cela, il a passé de nombreuses années à étudier en particulier aux pieds de son illustre oncle, feu Shaykh Mahdi Hendricks – ancien président à vie du Conseil de la magistrature musulmane et largement considéré comme l'un des plus grands érudits de l'islam en Afrique australe – ainsi que son père, Imam Hassan Hendricks.

Shaykh Seraj Hendricks a étudié les sciences islamiques pendant plus d'une décennie dans la ville sainte de La Mecque, passant trois ans à l'Institut de la langue arabe de Makka pour étudier l'arabe et les matières connexes, avant d'être accepté pour le diplôme de BA (Hons) en droit islamique. Il s'est spécialisé en fiqh et usul al-fiqh à la Faculté de Charia de l'Université Umm al-Qura et a obtenu son diplôme en 1992. Shaykh Seraj a pris l'ijazat à la fois de feu Sayyid Ahmad Mashur al-Haddad et Sayyid ʿAbd al-Qadir b. Ahmad al-Saqqaf, ainsi que le temps qu'il a passé avec des gens comme Shaykh Hasan Mashhat et d'autres. Ces savants sont tous connus comme certains des «oulémas les plus éminents de la Oummah au XXe siècle, dans le monde entier.

De plus, il a obtenu un ijaza complet en sciences religieuses de son professeur principal, le muḥaddith du Hijaz, le distingué al-Sayyid Muhammad b. ʿAlawi al-Maliki, maître du Ṭarīqa ʿUlamaʿ Makka – le chemin (soufi) des savants de Makkan. Avec son frère, le très estimé Shaykh Ahmad Hendricks, Shaykh Seraj et moi avons écrit un livre sur cette approche du soufisme intitulé «Une voie sublime: la voie soufie des sages de Makka». Aux côtés de son frère, il est devenu le représentant (khalifa) du muhaddith susmentionné du Hijaz.

En plus de son éducation religieuse, Shaykh Seraj a également été activement engagé dans la lutte anti-apartheid en Afrique du Sud dans les années 80 et au début des années 90, aux côtés de personnalités comme l'ambassadeur Ebrahim Rasool, camarade de Nelson Mandela, et le célèbre journaliste Shafiq Morton. . Ses engagements à promouvoir la justice signifiaient insister pour exprimer une opposition constante à l'injustice, tout en maintenant farouchement l'indépendance de l'institution et de la communauté, il s'est engagé pour toute sa vie. À une époque où différentes forces dans les communautés musulmanes du monde entier tentent d'instrumentaliser des personnalités religieuses à des fins politiques partisanes, Shaykh Seraj a montré un autre modèle, sans doute beaucoup plus prophétique.

Le shaykh soutenait également fermement les droits des femmes, qu'il considérait comme important de responsabiliser et de cultiver en tant que figures religieuses elles-mêmes. Ses étudiants, qui étaient plusieurs milliers au fil des ans, comprenaient de nombreuses femmes à divers niveaux d'expertise. Je sais qu'il souhaitait qu'ils atteignent des niveaux de plus en plus élevés, et il a pris un grand intérêt à essayer de les former en conséquence, conscient que de nombreux obstacles inutiles se dressaient sur leur chemin.

Après son retour au Cap, il a reçu une maîtrise (Cum Laude) pour sa thèse: «Tasawwuf (soufisme) – Son rôle et son impact sur la culture de l’islam du Cap» de l’Université d’Afrique du Sud (UNISA), en cours de préparation pour publication sous forme de livre. Il a traduit des œuvres de l'Imam al-Ghazali et a résumé des parties de la renaissance des sciences religieuses (Ihyaʾ ʿUlum al-Din), notamment dans la série Travelling Light, avec Shaykhs ʿAbdal Hakim Murad et Yahya Rhodus.

Certains de ses postes précédents incluaient celui de chef du Comité Fatwa du Conseil de la magistrature musulmane (qui l'a souvent conduit à être décrit comme le «  Mufti de Cape Town ''), de conférencier en fiqh au Collège islamique d'Afrique australe (ICOSA) et de conférencier. dans l'étude de l'Islam à l'Université de Johannesburg (UJ). Il a été membre du Stanlib Shariʿa Board, arbitre en chef (Hakim) de la Crescent Observer's Society, et a été inscrit consécutivement dans le Muslim500 de 2009 à 2020. Il a également été nommé doyen du Madina Institute en Afrique du Sud, une institution reconnue de l'enseignement supérieur en Afrique du Sud et une partie du monde. Séminaires de l'Institut de Madina dirigés par Shaykh Dr Muhammad Ninowy. Shaykh Seraj a également été nommé professeur à l'Université internationale de la paix d'Afrique du Sud, titulaire de la chaire Maqasid pour les études supérieures.

Outre le fiqh et l’usul al-fiqh, certains des principaux intérêts de Cheikh Seraj sont le soufisme, les études sur la civilisation islamique, les questions interconfessionnelles, les études de genre, les questions sociopolitiques et les idées connexes de pluralisme et d’identité. Il a donné des conférences et présenté des articles dans de nombreux pays, partageant des plateformes avec ses contemporains. Shaykh Seraj a enseigné une variété de sujets liés à l'islam à l'Institut Azzawia du Cap, où il était son Shaykh résident, avec son frère Shaykh Ahmad Hendricks. Ses cours ont montré un savoir encyclopédique qui était enraciné dans la tradition, tout en étant parfaitement au courant de l'ère moderne.

Mais au-delà de ses classes, il était une figure pastorale pour beaucoup – une communauté de milliers – à qui il se donnait complètement, au service de la religion, et les conseillait comme khidma (service), avec mahabba (amour), conformément avec le modèle prophétique. Beaucoup l'ont exhorté à se retenir de cette manière, craignant pour sa santé, qui en a beaucoup souffert au cours de ses dernières années – mais il considérait cela comme son devoir.

Le Cheikh était une figure internationale, un enseignant pour des milliers et un conseiller pour des multitudes. Beaucoup se posent aujourd'hui la question de savoir pourquoi «les oulémas sont vraiment importants, car il semble que tant d’entre eux peuvent être compromis par différentes forces à la poursuite de l’injustice, de la rigidité et de la petite partisanerie. Une telle question ne sera pas posée par ceux qui connaissaient Shaykh Seraj, car ils voyaient en lui un souci de spiritualité, pas de gain politique dérisoire, et un engagement pour la justice et la sagesse, pas pour l'oppression ou les slogans. En lui, beaucoup ont vu et continueront de voir l'espoir d'un engagement islamique en faveur de l'érudition qui cherche à rendre le monde meilleur, à relever le défi de maintenir leurs valeurs de miséricorde et de compassion, et de quitter le monde dans la dignité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *