Catégories
Religions et savoir

Révélée: enchaînement, passages à tabac et torture dans les écoles islamiques du Soudan | Développement global

UNEn soirée d'avril dans la banlieue de Khartoum. Après des mois de travail d'infiltration, j'avais appris à chronométrer mes visites dans les khalwas, les écoles islamiques du Soudan, pour coïncider avec les prières du soir. Je suis entré pendant que les cheikhs (professeurs) et une cinquantaine de garçons vêtus de leurs djellabas blancs étaient occupés à prier. Alors qu'ils s'agenouillaient, j'ai entendu le cliquetis de chaînes sur les jambes enchaînées des garçons. Je me suis assis derrière eux et j'ai commencé à filmer, en secret.

J'ai commencé à enquêter après que des allégations d'abus dans certaines de ces écoles ont émergé: des enfants enchaînés, battus et abusés sexuellement. Les khalwas existent au Soudan depuis des siècles. Il y en a plus de 30 000 à travers le pays où les enfants apprennent à mémoriser le Coran. Ils sont dirigés par des cheikhs qui fournissent généralement gratuitement de la nourriture, des boissons et un abri. En conséquence, les familles pauvres envoient souvent leurs enfants dans des khalwas au lieu des écoles publiques.

J'avais travaillé comme journaliste au Soudan pendant cinq ans, mais c'était la première fois qu'une mission me semblait vraiment personnelle. J'ai appris dans un khalwa: un endroit où j'essayais de passer chaque jour sans être battu.

Le complexe à droite est l'école al-Khulafaa al-Rashideen où deux élèves, Mohamed Nader et Ismail, ont été sévèrement battus.
Le complexe à droite est l'école al-Khulafaa al-Rashideen où deux élèves, Mohamed Nader et Ismail, ont été sévèrement battus. Photographie: BBC News Arabic

En 2018, j'ai commencé ce qui allait devenir une enquête de deux ans avec BBC News Arabic et m'emmener dans 23 khalwas à travers le Soudan. Avant l'arrivée de l'équipement d'infiltration approprié de la BBC, j'ai enregistré mon téléphone dans un cahier pour filmer en secret.

Bien que je sois allé moi-même dans un khalwa, j'ai été choqué par ce que j'ai trouvé. J'ai vu des enfants – certains aussi jeunes que cinq ans – battus et enchaînés comme des animaux. Un garçon avec des blessures profondes et à vif autour de ses chevilles m'a dit: «Nous pouvons être en groupes de six ou sept, tous enchaînés ensemble, et ils (les cheikhs) nous font tourner en rond. Chaque fois que l'un de nous tombe, nous devons nous relever car ils continuent de nous fouetter… Ils disent que c'est bon pour nous.

L'une des pires expériences que j'ai vécues a été en 2018 à Ahmed Hanafy, un khalwa très respecté au Darfour. Dans une salle d'étude, sous un toit en tôle ondulée chaude, un petit garçon a été retenu et fouetté plus de 30 fois par un enseignant. Le seul bruit dans la pièce était le fouet du fouet et les cris angoissés du garçon. Je voulais attraper le fouet et frapper le cheikh, mais je savais que je ne pouvais pas. Quand j'ai contacté plus tard l'école, le cheikh a confirmé qu'ils avaient battu les enfants mais a nié que cet incident ait jamais eu lieu.

Un autre cas inquiétant est celui de deux garçons de 14 ans, Mohamed Nader et Ismail. Quand je leur ai rendu visite à l'hôpital, ils étaient couchés sur le ventre, inconscients, le dos dépouillé de chair. Ils ont été tellement battus et torturés qu'ils ont failli mourir.

«Ils les ont gardés dans une pièce pendant cinq jours sans nourriture ni eau», me dit le père de Mohamed Nader, Nader.

Chaînes portées par les élèves
Chaînes portées par les élèves d'al-Khulafaa al-Rashideen. Photographie: Jess Kelly / BBC News Arabic

«Ils ont frotté du goudron sur tout leur corps. (Mohamed Nader) a été si violemment battu que vous pouvez même voir sa colonne vertébrale.

J'avais filmé à l'intérieur du même khalwa où cela s'était passé, al-Khulafaa al-Rashideen, dirigé par un homme appelé Sheikh Hussein. Les conditions là-bas étaient les pires que j'aie vues. La plupart des garçons étaient enchaînés et les enseignants les survolaient avec des fouets au cas où ils commettraient des erreurs. Un étudiant a signalé une pièce aux fenêtres à barreaux, qu'il a qualifiée de prison. C'était la pièce dans laquelle Ismail et Mohamed Nader avaient été détenus.

Je suis resté en contact régulier avec les garçons. Plusieurs mois après l'attaque, alors que nous jouions ensemble sur une PlayStation, Mohamed Nader a commencé à me raconter ce qui s'était passé lorsqu'il avait été surpris en train de s'échapper avec Ismail.

«Ils m'ont ligoté et m'ont couché sur le ventre avant de me fouetter», a-t-il dit. Les passages à tabac ont duré des jours. «Beaucoup de gens sont venus nous battre pendant que le reste du khalwa dormait. Après cela, je ne sais pas ce qui s’est passé, je me suis réveillé à l’hôpital. »

Fateh Al-Rahman Al-Hamdani
Fateh Al-Rahman Al-Hamdani Photographie: Jess Kelly / BBC News Arabic

La police a accusé deux enseignants de voies de fait, qui ont ensuite été libérés sous caution. Le khalwa est resté ouvert.

En regardant l'écran, Mohamed Nader a déclaré: «Il y a des viols dans le khalwa. Ils vous appelleraient pour cela, d'une manière macho. Il a dit que les garçons plus petits ou plus faibles étaient maltraités par des étudiants plus âgés.

Mohamed Nader et Ismail n'ont pas été agressés sexuellement, mais plusieurs autres personnes m'ont également dit que des viols avaient eu lieu dans la khalwa sous la direction de Sheikh Hussein.

Quand je suis retourné au khalwa pour lui parler, le cheikh Hussein a admis qu'il était mal d'emprisonner des enfants, mais a soutenu que l'enchaînement était «rempli d'avantages» et que «la plupart des khalwas utilisent le chaînage, pas seulement moi». Il m'a dit qu'il avait cessé d'utiliser des chaînes et que «la prison» était maintenant une réserve. Quand j'ai posé des questions sur les allégations d'abus sexuels, il s'est mis en colère, niant catégoriquement ces allégations et m'accusant d'attaquer le Coran.

Le cheikh est décédé dans un accident de voiture plus tôt cette année.

Le nouveau gouvernement de transition mène actuellement une enquête sur tous les khalwas au Soudan. Le ministre des Affaires religieuses, Nasreddine Mufreh, a déclaré qu'ils seraient réformés. Il ne devrait y avoir «aucun passage à tabac, torture, violation des droits de l’homme ou des droits de l’enfant» à l’intérieur des khalwas.

Quand je lui ai parlé des abus que j'avais constatés, il a répondu: «L’ancien régime n’avait pas de lois régissant les khalwas. Je ne peux pas résoudre du jour au lendemain un problème causé par 30 ans d’ancien régime. »

Avec l’influence que détiennent les cheikhs, il est rare que les familles demandent justice. Cependant, les parents de Mohamed Nader ont décidé de porter plainte. Bien que le parquet soit obligé d’examiner tous les cas de violence contre les enfants, les parents de Mohamed Nader ont dû engager un avocat pour défendre leur cause.

Sur le chemin du tribunal, sa mère, Fatima, a déclaré que la révolution de 2018 l'avait rendue plus optimiste: «Dans le passé, nous n'avions aucun droit, mais maintenant c'est différent. Avec le nouveau gouvernement, nous obtiendrons nos droits, si Dieu le veut.

Après plusieurs heures à l'intérieur, elle en est sortie déçue. L'un des accusés ne s'est pas présenté et l'audience a été reportée. Les enseignants accusés d’avoir battu les garçons n’ont toujours pas plaidé. Le khalwa est maintenant dirigé par le frère de Cheikh Hussein qui m'a dit que sous sa direction, le passage à tabac des enfants ne serait pas toléré.

Mohamed Nader et Ismail sont sur un chemin lent vers la récupération physique. Mais des milliers d'autres enfants à travers le Soudan sont toujours en danger.

Reportage supplémentaire de Jess Kelly

• Les écoles que Chain Boys seront diffusées sur BBC News Arabic TV le lundi 19 octobre à 18h30 GMT et pourront être regardées sur la chaîne YouTube de BBC News Arabic

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *