Catégories
Religions et savoir

Pourquoi les États musulmans gardent-ils le silence sur les abus de la Chine envers les Ouïghours? | Nick Cohen | Opinion

WLorsque la Chine a imposé des sanctions commerciales à la Norvège en 2010 pour avoir honoré le dissident emprisonné Liu Xiaobo du prix Nobel de la paix, elle a craché un mot que nous n'avions pas l'habitude d'entendre des propagandistes pour un régime communiste athée, mais qui devrait être habitué à aujourd'hui. "C'est un blasphème", a déclaré un porte-parole du parti.

Une fois, le blasphème accablait les dieux et les livres sacrés des fidèles. Aujourd'hui, la critique de la plus grande dictature du monde est devenue sacrilège. Vous ne devriez pas être surpris. Comme certains d'entre nous ont essayé de le dire dans les années 1990 et 2000, l'écart entre le sacré et le profane n'a jamais été aussi large que le croyaient les sentimentalistes religieux et les multiculturalistes libéraux.

Ils ont soutenu l'argument selon lequel c'était au mieux un mauvais goût et au pire du racisme d'offenser les croyants. Vous «frappiez» des communautés en grande partie pauvres et en grande partie musulmanes. Nous pensions qu'ils étaient délibérément aveugles. Ils ne comprenaient pas comment des hommes dotés d'un pouvoir et d'une malveillance réels manipulaient l'indignation religieuse pour consolider leur domination sur leur misérable population. L’Iran a condamné à mort Salman Rushdie en 1989 pour satirisation des mythes fondateurs de l’islam en Les versets sataniques. Son dictateur théocratique, l'ayatollah Khomeiny, augmentait ses pouvoirs en prétendant parler au nom du monde musulman et viser les romanciers. Quand le journal danois Jyllands-Posten publié des caricatures en grande partie inoffensives de Mahomet en 2005, pour affirmer le droit de se moquer de la religion, les dictateurs égyptiens et syriens, Hosni Moubarak et Bashar al-Assad, ont transformé un argument local en une campagne mondiale contre le Danemark. Les cris de rage distraient utilement de leur corruption et de leur mauvaise conduite. Je pourrais ajouter d'autres exemples mais ils racontent la même histoire. La politique autoritaire et la religion autoritaire ne sont que les deux faces d'une même médaille avilie.

La Chine a supprimé les justifications religieuses pour révéler ce qui était autrefois à moitié caché: un pouvoir sans fioritures et imparable. Dans de nombreux pays, critiquer la Chine est le nouveau blasphème. Nulle part vous ne pouvez voir le pouvoir plus nu que dans les régimes à majorité musulmane. Une fois, ils ont tenté d'assassiner des romanciers blasphématoires et ont crié leur désir de défendre le prophète de la moindre insulte. Aujourd'hui, ils plient les genoux et se mordent la langue alors que la Chine se livre à des atrocités indicibles contre la population ouïghoure largement musulmane de l'ouest de la Chine.

L'un des grands crimes du XXIe siècle est commis sous nos yeux. Nous le voyons, mais nous ne l’enregistrons pas. Le Parti communiste chinois revient à la dactylographie et ravive la peur totalitaire de l'ère Mao. Pour faire baisser le nombre des Ouïghours en grande partie musulmans du Xinjiang, rapporte le chercheur chinois Adrian Zenz, les communistes forcent les femmes à être stérilisées ou équipées d'appareils contraceptifs. S'ils résistent, l'État les envoie rejoindre le million de Ouïghours et d'autres minorités musulmanes détenues dans ce que l'État définit comme des camps de «rééducation». Une enquête de la BBC a révélé que la Chine séparait les enfants de leurs familles alors ils ont grandi sans comprendre l'islam.

C'est peut-être un point bon marché, mais il reste vrai que si un pays occidental affichait un dixième, un centième ou un millième de la brutalité que la Chine inflige aux musulmans, la gauche mondiale brûlerait d'indignation.

Si vous voulez être charitable, son silence s'explique en partie par des difficultés logistiques. Les journalistes sont libres de couvrir la suppression de la démocratie par la Chine à Hong Kong, pour le moment du moins, mais ne peuvent pas approcher le Xinjiang sans prendre des risques extraordinaires. Sans images de leurs souffrances, des millions de personnes peuvent souffrir inaperçues dans le noir.

Mais les principales raisons pour lesquelles les musulmans souffrent en silence sont que les pays à majorité musulmane qui ont fait rage contre Rushdie, Jyllands-Posten et Charlie Hebdo ont décidé de garder le silence. Ils n'utilisent l'idée de solidarité musulmane que lorsqu'elle leur convient.

En juillet 2019, le Pakistan, l'Arabie saoudite, l'Égypte, les Émirats arabes unis, l'Algérie et d'autres États à majorité musulmane qui se présentent comme des défenseurs de la foi ont aidé à bloquer une motion occidentale aux Nations Unies appelant la Chine à autoriser des «observateurs internationaux indépendants» dans la région du Xinjiang. L'Iran émet des critiques occasionnelles mais veut le soutien de la Chine dans sa lutte contre l'administration Trump et garde donc ses plaintes codées. Leur hypocrisie est presque drôle, si vous prenez votre humour en noir. L'Iran, l'Égypte, la Syrie et des dizaines d'autres pays qui ne pouvaient pas tolérer un roman réaliste magique peuvent vivre avec la stérilisation de masse des femmes musulmanes. Ils donneront aux camps de concentration un clin d'œil d'approbation complice, mais traceront la ligne des caricatures dans un journal danois.

Beaucoup ont été achetés. La Chine est désormais une voix plus active et plus influente aux Nations Unies, car de nombreux pays bénéficient de milliards de dollars d'investissements chinois grâce à son programme d'infrastructures «Belt and Road». Comme la Norvège l'a constaté en 2010, et l'Australie l'a constaté cette année lorsqu'elle a demandé une enquête internationale sur les origines de Covid-19, ceux qui blasphèment contre la Chine font face à des cyber-attaques et à des sanctions. Mieux vaut prendre les récompenses et éviter les punitions.

Cependant, suivre l'argent peut vous conduire dans une impasse. Dans une enquête sur la puissance croissante de la Chine, Économiste a noté qu'il rendait le monde sûr pour l'autocratie. Recep Tayyip Erdoğan, par exemple, maintient sa base conservatrice heureuse en Turquie en se faisant passer pour un homme fort ostensiblement islamique. Mais il n'est pas susceptible de condamner les abus des musulmans par la Chine quand il est tout aussi désireux de violer les droits de ses opposants nationaux. L'ordre mondial chinois fait appel à la franc-maçonnerie des sadiques timides à la publicité. Vous ne dites rien de ce que nous faisons à nos sujets et nous ne dirons rien de ce que vous faites au vôtre.

"L'idée du sacré est tout simplement l'une des notions les plus conservatrices de toute culture, car elle cherche à transformer d'autres idées – incertitude, progrès, changement – en crimes", a déclaré Salman Rushdie alors qu'il avait peur de sa vie en 1990. Il parlait de l'islam conservateur. La Chine transforme maintenant les critiques de son bilan désastreux en matière d'incubation du virus Covid-19 et de ses atrocités contre ses minorités musulmanes en crimes, et les personnes qui devraient crier le plus fort penchent la tête dans un silence révérenciel.

Nick Cohen est chroniqueur Observateur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *