Catégories
Religions et savoir

Oped: La trahison de répandre le déni du génocide en Bosnie dans la communauté musulmane

Dans la deuxième décennie du 21e siècle en Amérique, les musulmans se considèrent «aussi américains que la tarte aux pommes», revêtent le hijab du drapeau américain et considèrent leur présence et leur participation à la politique américaine comme un couronnement. Il y a peu ou pas de ressemblance entre la majorité de la population musulmane américaine d'aujourd'hui et les tout premiers musulmans qui ont débarqué en Amérique – pas en tant qu'individus privilégiés, mais en tant que personnes asservies aux mains de colons blancs vicieux qui avaient déjà décimé la population autochtone et qui n’avaient aucun scrupule à détruire la vie de leurs esclaves. Le livre du Dr Sylviane A. Diouf, «Servants d'Allah: les musulmans africains asservis aux Amériques», retrace les voyages et les expériences des musulmans africains qui se sont retrouvés embarqués à bord de navires de trafic d'esclaves et emmenés à l'autre bout de leur monde connu. De leur intronisation à la traite transatlantique des esclaves, à leur détermination à défendre les cinq piliers de l'islam – quelles que soient leurs circonstances – à la structure de la communauté musulmane asservie, à leur alphabétisation précieuse (et dangereuse) et à leur résistance sans fin contre l'esclavage , Diouf illustre avec des détails incroyables les expériences puissantes et douloureuses des musulmans africains réduits en esclavage et l'héritage qu'ils ont laissé dans les Amériques.

Cette revue de «Serviteurs d'Allah: les musulmans africains réduits en esclavage dans les Amériques» se concentrera sur les qualités uniques et la foi formidable des tout premiers musulmans des Amériques, et l'héritage qu'ils ont laissé aux musulmans des Amériques aujourd'hui.

Soutenez MuslimMatters pour seulement 2 $ par mois

MuslimMatters est un service gratuit à la communauté depuis 2007. Tout ce qu'il faut, c'est un petit cadeau d'un lecteur comme vous pour nous permettre de continuer, pour seulement 2 $ / mois.

Le Prophète (SAW) nous a enseigné que les meilleures actions sont celles qui sont faites de manière cohérente, même si elles sont petites.
Cliquez ici pour soutenir MuslimMatters avec un don mensuel de 2 $ par mois. Réglez-le et collectez les bénédictions d'Allah (swt) pour le khayr que vous soutenez sans y penser.

Dans le premier chapitre, Diouf commence par répondre à la toute première question qui se pose lorsque l'on considère le chemin des musulmans africains réduits en esclavage: comment sont-ils devenus esclaves en premier lieu? L'esclavage existait déjà en tant qu'institution en Afrique, bien que très différente des normes horribles des esclavagistes européens. Entre la traite des esclaves existante, les conflits militaires qui ont créé des prisonniers de guerre qui ont ensuite été vendus comme esclaves et la propension européenne à kidnapper des innocents, de nombreux musulmans se sont retrouvés entraînés dans la traite transatlantique des esclaves. Ce sont ces mêmes musulmans qui nous ont fourni une grande partie des connaissances que nous avons aujourd'hui sur l'expérience des esclaves américains. La plupart des musulmans africains étaient alphabétisés, en raison de l'importance religieuse et culturelle de l'éducation; parmi les esclaves, beaucoup étaient des érudits religieux ou des étudiants en connaissances. Ils ont décrit comment ils ont été capturés, le voyage tortueux des caravanes d'esclaves à travers le continent et l'expérience encore plus horrible des navires d'esclaves eux-mêmes. Ces hommes ont également documenté leur vie d'esclaves et, indirectement, ont fourni un aperçu profond de leur propre nature intérieure.

Malgré la pression et les demandes intenses sur les esclaves africains pour qu'ils renoncent à leur «foi païenne» et soient intronisés comme chrétiens, les musulmans africains ont démontré un engagement envers l'islam qui devrait amener les musulmans modernes aujourd'hui à avoir une profonde honte en comparaison. Les tout premiers mots que Job ben Solomon (Ayuba Suleyman Diallo) a prononcés, après s'être enfui et avoir été découvert en Pennsylvanie, ont été les shahaadah; Omar ibn Sa’id a écrit de nombreux manuscrits arabes, dans lesquels shahaadah a toujours été retrouvé (Diouf, 2013, p. 72-73). Lorsque les prêtres catholiques se sont efforcés d'éduquer les esclaves sur le christianisme dans le cadre du processus de conversion, les musulmans africains étaient à la fois résistants et peu impressionnés; ils connaissaient déjà de nombreuses histoires bibliques, grâce à leur éducation coranique. Parmi ceux qui semblaient avoir accepté le christianisme, beaucoup ne l'ont fait qu'extérieurement, tout en confirmant leur croyance en Allah et en Son Messager dans tous les aspects de leur vie. En effet, au Brésil et dans d'autres régions où il y avait de fortes concentrations d'esclaves musulmans, les musulmans se sont établis sous terre madaaris maintenir et transmettre leurs connaissances et leur éducation islamiques. Muhammad Kaba Saghanughu était un homme que les missionnaires pensaient avoir été converti avec succès lorsqu'il a fourni toutes les bonnes réponses à leurs questions pré-baptismales – onze ans plus tard, dans un cahier de la Baptist Missionary Society, il a écrit fiqh manuel en arabe qui englobait les décisions de salaah, mariage et autres sujets.

L'esclavage n'a pas empêché les musulmans africains de maintenir leur salaah de quelque manière que ce soit, compte tenu de leur situation. Certains l'ont fait en secret, tandis que d'autres ont insisté pour maintenir leur salaah en public, dans la mesure où ces incidents ont été enregistrés tant par les descendants d'esclaves que par les propriétaires d'esclaves. Au Brésil, la communauté musulmane africaine – à la fois asservie et libérée – est restée si solidaire qu'elle a pu établir secrètement Salatul Jumu'ah et assister à des rassemblements de dhikr, même face à un examen minutieux (Diouf, 2013, p. 88-89).

L’un des exemples les plus émouvants du dévouement des musulmans africains réduits en esclavage à leur islam est peut-être que même au milieu de la pauvreté absolue de l’esclavage, ils ont trouvé un moyen de soutenir zakaah, scie, et Hajj. Au Brésil, il a été enregistré que les musulmans mettraient fin au Ramadan par l'échange de cadeaux, aussi simples soient-ils; en vérité, ces cadeaux étaient zakaatul fitr et zakaatul maal.

Dans d'autres régions, les descendants d'esclaves musulmans ont rappelé que leurs parents et grands-parents fabriquaient des gâteaux de riz appelés Saraka au moins une fois par an – Saraka était une corruption du mot arabe sadaqahet les gâteaux de riz étaient une tradition Jumu’ah en Afrique de l’Ouest. (Diouf, 2013, p. 92-94) Pendant le Ramadan, de nombreux musulmans ont cherché à jeûner; en effet, malgré les épreuves incroyables et le manque de nourriture nutritive que les esclaves ont déjà enduré, il y avait aussi ceux qui jeûnaient volontairement en dehors du Ramadan, souvent en faisant semblant d'être malades. Ils savaient que leur situation signifiait que le jeûne – pendant le Ramadan et en dehors de celui-ci – n'était pas obligatoire pour eux, et pourtant, pour eux, aucune circonstance n'était suffisamment grave pour justifier de ne même pas tenter d'observer le Ramadan. Le Hajj était un autre pilier de l'Islam qui était à la fois impossible et non plus obligatoire pour les musulmans asservis; Pourtant, au Brésil, dans une maison qui servait de mosquée, il y avait des représentations illustrées de la Ka’bah – démontrant le lien émotionnel que les musulmans africains entretenaient avec la Maison Sacrée.

Tout au long du livre de Diouf, le thème dominant qui se pose est l’engagement féroce que les musulmans africains asservis avaient envers l’islam. Ce n'était pas superficiel, superficiel ou facilement haussé les épaules face à la difficulté. Au lieu de cela, les musulmans africains ont conservé leur croyance en Allah et leur pratique quotidienne et vécue de l'islam, même lorsqu'ils avaient toutes les excuses pour assouplir leurs obligations. Ils ont respecté leur code vestimentaire islamique et culturel, non seulement à sa norme minimale de modestie, mais d'une manière qui démontrait clairement leur identité religieuse (Diouf, 2013, p. 101-110). Ils ont trouvé des moyens de fabriquer des tapis de prière et dhikr perles; ils ont donné à leurs enfants des noms musulmans en secret, alors qu'on attendait d'eux qu'ils se présentent comme chrétiens; ils se sont même efforcés d'observer tout ce qu'ils pouvaient du code alimentaire islamique, en refusant de boire de l'alcool ou de manger du porc – Ayuba Diallo est allée jusqu'à ne manger que dhabiha viande qu'il a lui-même abattue (Diouf, 2013, p. 119-122). Les musulmans africains réduits en esclavage appréciaient avant tout leur identité islamique. Même en esclavage, ils savaient que leur «Izzah venaient de leur Deen – tout comme ceux qui les entouraient, qui notaient leur allure unique face aux horreurs de l'esclavage.

L'histoire des musulmans africains qui ont été réduits en esclavage et amenés aux Amériques n'est pas simplement une leçon d'histoire ou un hommage symbolique en l'honneur du Mois de l'histoire des Noirs. C'est une histoire qui fait écho à la persécution des premiers musulmans à La Mecque et qui s'applique aux musulmans d'aujourd'hui. Les minorités musulmanes d'Occident sont souvent trop désireuses de se plaindre de nos difficultés et de demander des exemptions religieuses pour nos petits inconvénients. Pourtant, qui sommes-nous en comparaison des premiers musulmans afro-américains, qui supportent l'indicible? Qui sommes-nous, avec nos privilèges, avec notre liberté même, par rapport à ces musulmans qui ont été dépouillés de tout et de tous ceux qu'ils connaissaient et aimaient, et qui tenaient toujours plus étroitement la corde d'Allah? On peut dire qu'il est injuste de nous comparer avec eux; que reconnaître leurs luttes ne doit pas signifier invalider les défis auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui. Certes, nous sommes confrontés à de nombreux fitan qui sont très différents de ce qu'ils ont vécu, mais la vérité est que nous devrait comparez nos attitudes à celles de nos prédécesseurs. nous devrait avoir honte de nos propres faiblesses en période de privilège par rapport à leur force en période d'oppression. Plus important encore, nous devons apprendre d'eux ce que signifie avoir une telle relation avec notre Créateur et notre Deen que nous sommes capables de survivre et de prospérer même dans les pires circonstances.

Puisse Allah avoir pitié des musulmans africains asservis qui ont enduré l’une des tragédies historiques de cette Oummah, et qu’Il ​​fasse de nous ceux qui démontrent leur force d’amour pour Lui à travers chacune de nos tragédies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *