Catégories
Religions et savoir

Nos frères et sœurs afro-américains parlent, écoutons-nous? Voici 15 choses que les musulmans afro-américains veulent que vous sachiez

Je veux parler d’un sujet dont je n’ai pas pu discuter ouvertement pendant la majeure partie de ma vie d’adulte; dépendance à l'alcool et trouble de consommation aiguë de substances. Je suis un musulman afro-américain et j'ai grandi dans la région de Washington, DC. Mon intention est principalement de discuter de mon alcoolisme, comment il a commencé, pourquoi je me suis senti si secret et comment je m'en suis sorti. Je veux que cela soit une source de force et de soutien pour d'autres comme moi qui peuvent se sentir désespérés ou impuissants face à une telle situation.

J'étais accro à l'alcool. Ce n’est pas parce que j’aimais boire, c’est parce qu’être ivre me faisait oublier les choses qui me rendaient triste et anxieuse. J'ai bu pour calmer mes nerfs dans des situations sociales ou parce que je ne savais pas comment dire «non». Ou peut-être parce que je sentais que je ne pouvait pas dis non. De plus, si je devenais gêné en public ou quoi que ce soit, boire était ma solution. Juste avant de perdre votre équilibre et vos inhibitions, être intoxiqué, c'est comme être à un carnaval.

Quand je buvais, ma langue était plus lâche et mes blagues plus drôles. J'étais la vie de la fête. J'ai aspiré l'oxygène dans la pièce jusqu'à ce qu'il n'y en ait plus. Et puis j'ai continué. C’est comme si mon estomac était sans fond. J'ai bu jusqu'à ce qu'une trappe s'ouvre et que tout le contenu de mon estomac tombe sur le sol; avec la bile et mes tripes. C’est une expérience douloureuse. Mais alors, l'alcoolisme l'est aussi.

Soutenez MuslimMatters pour seulement 2 $ par mois

MuslimMatters est un service gratuit à la communauté depuis 2007. Il suffit d'un petit cadeau d'un lecteur comme vous pour nous permettre de continuer, pour seulement 2 $ / mois.

Le Prophète (SAW) nous a enseigné que les meilleures actions sont celles qui sont faites de manière cohérente, même si elles sont petites.
Cliquez ici pour soutenir MuslimMatters avec un don mensuel de 2 $ par mois. Réglez-le et collectez les bénédictions d'Allah (swt) pour le khayr que vous soutenez sans y penser.

Je me souviens avoir pris des gorgées de vin de mes parents dans leurs verres lors de fêtes de fin d'année quand j'étais adolescent, ayant l'impression de faire quelque chose de mal, mais excité en même temps. J'adorais tenir les tasses de mon père et penser que j'étais aussi adulte que lui.

Il a gardé son alcool dans une armoire de notre centre de divertissement, juste au-dessus de ses disques. Le cabinet a fait un grincement lorsque vous l'avez ouvert. L'attraction de l'alcool était vraiment forte. J'ai aimé ce que cela me faisait ressentir et comment cela engourdissait mes émotions. J'avais honte de prendre quelque chose qui ne m'appartenait pas; quelque chose que je n’avais pas la permission de consommer. Mais peu importe, c'est devenu une routine.

À partir de la 9e année, j'ai souvent dormi pendant mes cours, à cause d'une mauvaise santé mentale et de l'épuisement. Même en tant qu'athlète, je me sentais constamment épuisé. J'ai découvert plus tard que j'avais une somnolence diurne excessive et de la narcolepsie. Il a fallu des années de tests pour recevoir un diagnostic correct, mais à ce moment-là, ma vie avait été tellement perturbée par le sommeil que j'étais gravement submergée. Cela m'a fait me sentir plus mal dans ma peau. Bien que je ne l’ai pas réalisé à l’époque, j’ai bu en raison de la façon dont je percevais mon état de santé. Boire était mon évasion.

Il y a eu quelques fois où je me suis saoulé. Ce genre de chose a commencé dans ma troisième année de lycée. Je voulais engourdir mes sentiments et me sentir heureux, mais je buvais trop vite et trop. Je consommerais de l’alcool jusqu’à ce que je sois physiquement malade. Boire comme ça est extrêmement dangereux. Je me rends compte maintenant que j'étais passivement suicidaire et gravement déprimé. J'étais également confronté à de nombreux comportements impulsifs et je n'avais aucun filet de sécurité.

Chez ma mère, je ramassais des bouteilles de bière dans de grands sacs poubelles en plastique dans ma chambre. J'avais honte que quelqu'un découvre que je buvais, alors je l'ai caché. Je finissais un pack de six et mettais les bouteilles vides dans le sac en espérant que d’une manière ou d’une autre cacherait mon «crime». Finalement, lorsque le sac devenait trop plein, je me faufilais dehors quand personne ne regardait et je le mettais dans la poubelle. J'en avais marre de cette routine et j'en avais marre de penser que les gens le découvriraient. Parfois, je gardais les sacs dans ma chambre. Je stockais 3 et 4 sacs de bouteilles à la fois. Je me noyais dans ma dépendance à l'alcool. Je ne pouvais pas voir ma sortie.

À l'université, ma narcolepsie est devenue beaucoup plus débilitante. Elle a été exacerbée par la dépression bipolaire, l'anxiété et ma réponse au traumatisme. J'ai été tellement victime d'intimidation tout au long de mon enfance que mon estime de moi en a souffert. Personne ne savait à quel point je me détestais, et ils ne savaient pas que j'avais été molesté et agressé sexuellement au moins trois fois dans ma vie. Ma mère soupçonnait quelque chose, mais ne savait pas qui était le coupable. Je ne pouvais pas parler à mon père ou aux autres membres de ma famille parce que j'étais trop timide et introverti; même si mon père était toujours favorable. Alors j'ai bu pour cacher ma douleur.

Pendant la semaine à la plage, j'ai bu jusqu'à ce que je m'évanouisse, mais avant de m'évanouir, je suis allé faire du canoë à minuit. J'aurais pu tomber par-dessus bord. Je veux que ce soit une leçon pour mes enfants et d'autres jeunes. Quand je me suis réveillé, il y avait tellement de vomi sur ma chemise et sur mon visage. Je pleurais. Mes amis ont dit qu'ils ne pouvaient pas m'empêcher de tomber malade et qu'ils ne savaient pas quoi faire. Ils ont essayé de me retourner pendant la nuit, mais je me suis toujours réveillé sur le dos.

Ce qu’ils ne vous disent pas à propos d’une surdose d’alcool, c’est que ça fait mal. J'entends par là que c'est physiquement douloureux. C’est comme si vous pouviez sentir vos cellules rétrécir, en essayant de vous éloigner du poison de l’alcool. Je l’ai ressenti trop souvent pour le compter. Lorsque vous faites de la DO ou que vous êtes intoxiqué par l'alcool, vous vous sentez vraiment mal pour la première fois, comme si quelque chose allait se passer. C’est une aura, en quelque sorte. Vous savez que vous êtes allé trop loin avec la consommation d'alcool et vous souhaitez pouvoir la reprendre.

Mais il est trop tard à ce stade. Vous vous sentez mal à l'aise et vous commencez à transpirer. Vous vous sentez chaud et étourdi. Votre peau devient moite aussi; d'abord vos mains, votre lèvre supérieure, puis le reste de votre peau. Vous commencez à avoir des sueurs froides même si vous avez chaud. Ensuite, votre estomac commence à vous faire mal. Comme tout en bas. Vous réalisez que les vomissements sont inévitables.

Il m'a fallu deux jours pour récupérer complètement et devenir sobre. Mes parents ne savaient pas où j'étais ni avec qui j'étais. Je ne me suis jamais senti aussi mal avant. Malheureusement, même après cela, j'ai encore bu. Ce cycle est le fonctionnement des troubles liés à la consommation de substances et de la toxicomanie, et il est mortel. J'ai traversé cette épreuve douloureuse plusieurs fois à l'université et même après, subhanAllah.

J'ai toujours trouvé un magasin d'alcool ou une bière et du vin partout où j'habitais. Je savais exactement où aller et à quelle heure ils fermaient en fonction de la partie de la zone où je me trouvais. Vous devenez esclave de votre dépendance. Les gens pensent que vous êtes une mauvaise vie ou que vous êtes juste une mauvaise personne si vous buvez. Ils pensent que vous avez un mauvais caractère et que vos parents vous ont mal élevé. Je déteste cette mentalité. La dépendance ne fait pas de discrimination. Ce n’est pas un problème de caractère. Il s’agit d’un traumatisme et d’un manque de capacités d’adaptation. C'est une question de connexion, et pour certains d'entre nous, c'est aussi une question d'impulsivité et de volonté personnelle. Et une maladie mentale sous-jacente rend les choses plus compliquées.

Conversion religieuse

J'avais 21 ans lorsque je me suis converti à l'islam. J'avais l'impression de n'avoir personne vers qui me tourner pour partager mon passé. J'avais peur que les gens découvrent à quel point ma vie avait été chaotique, alors je ne leur ai rien dit. Cela m'a laissé le sentiment que je ne pouvais faire confiance à personne dans mes cercles musulmans dès le début.

Je pense que c'était irresponsable, même si c'était involontaire. Je pense que j'aurais dû être conseillé par un thérapeute agréé et un imam, dépisté pour des problèmes de santé mentale et des troubles liés à l'usage de substances, et officiellement accueilli dans une communauté.Cliquez pour tweeter

Quand je me suis converti, les gens m'ont dit d'oublier mon ancienne vie. Ils ont dit qu’il n’était pas nécessaire de penser à ce qui s’était passé et qu’Allah avait pardonné mes erreurs passées, mais personne ne m’a demandé si j’avais des traumatismes, des dépendances ou des problèmes de santé mentale. Je pense que c'était irresponsable, même si c'était involontaire. Je pense que j'aurais dû être conseillé par un thérapeute agréé et un imam, dépisté pour des problèmes de santé mentale et des troubles liés à l'usage de substances, et officiellement accueilli dans une communauté. Et de plus, j'aurais dû être guidé sur ce qu'il faut faire si j'avais développé l'une de ces questions par la suite. Cela aurait été idéal de toute façon.

Comme rien de tout cela ne s'est produit, j'ai fini par essayer d'arrêter de boire de l'alcool à plusieurs reprises et de gérer mes problèmes de toxicomanie et de toxicomanie sans l'aide d'un professionnel. J'ai essayé de cacher mon traumatisme et mon anxiété et je ne suis pas venu avec les cliniciens quand je les ai finalement trouvés. Cela était dangereux et s'est avéré presque mortel pour moi à plusieurs reprises.

Je pensais que quitter la dinde froide était mieux pour moi et mon Iman. Pour une raison ou une autre, je pensais que l’islam me distinguait des autres toxicomanes parce que j’avais seulement entendu parler du rétablissement d’un point de vue chrétien.

Je me souviens de mon premier Ramadan quand j'étais à l'université. J'ai arrêté de boire pour pouvoir prier et jeûner, mais je n'avais pas de conseils, donc je ne savais pas comment diminuer et prier comme un alcoolique sec. Je ferais des allers-retours, luttant contre ma dépendance à l’alcool. J'avais arrêté d'aller aux fêtes bien sûr, mais les souvenirs de l'alcool continuaient à attaquer ma psyché. J'avais encore de fortes envies et des symptômes de sevrage. C'était si difficile de poser la bouteille, métaphoriquement parlant. Parfois, je faisais une erreur et je prenais un verre.

Quand j’ai rencontré mon futur mari, j’avais repoussé tout cela et oublié que c’était arrivé. J'avais refoulé les souvenirs des abus, de mes visites chez le psychiatre, de mes agressions sexuelles, de l'alcoolisme, etc. Tout ce dont je me souvenais, je restais seul par peur du jugement et de la honte. Nous n’avions pas de counselling matrimonial; en fait, cela ne nous a même pas été recommandé. À cette époque, il n'y avait pas de centre de conseil à la mosquée, et bien sûr, aucun endroit pour discuter de la toxicomanie ou de l'alcoolisme. Mon mariage a été conçu pour échouer, d'une certaine manière.

Aller sans alcool

Les premiers Ramadan ont été paisibles pour moi. J'ai oublié mon ancienne vie et je n'ai jamais parlé de mes dépendances à personne. Je ne semblais pas avoir besoin d’assistance supplémentaire. J'étais dans une sorte de rémission de santé mentale, mais ensuite j'ai eu mon fils et cela a déclenché quelque chose en moi. Le stress a exacerbé mes symptômes et ma dépendance a refait surface.

J'avais des enfants dos à dos, tous les deux ans. Les hormones et le stress d'être une nouvelle mère ont fait revenir mon trouble bipolaire et mon anxiété avec une vengeance. En conséquence, j'ai développé de mauvaises capacités d'adaptation. Je voulais boire, mais je ne pouvais pas. J'aurais aimé avoir dit à quelqu'un que j'avais été un gros buveur à l'université, alors je savais quoi faire. Lorsque mes sages-femmes m'ont posé des questions sur la consommation d'alcool et de substances, je n'ai pas été honnête. Je ne me souvenais pas non plus ni ne réalisais l’importance des problèmes émotionnels auxquels je faisais face.

J'ai trouvé d'autres moyens d'apaiser ma douleur et mon anxiété. Quand mon mari n’était pas à la maison, s’il y avait des pilules dans la maison, qu’elles soient à moi ou non, je les prenais. J'étais de retour dans mes comportements addictifs avant de le savoir. Je ne savais pas comment demander de l’aide. J'ai réalisé plus tard que je substituais une dépendance à une autre. Donc, arrêter de boire de l’alcool, sans système de soutien, n’a rien fait de positif pour moi. J'ai commencé à utiliser les outils de travail de mon mari pour me couper, recourant à un mécanisme d'adaptation pour adolescents que j'avais l'habitude d'employer. L'automutilation était quelque chose auquel je me livrais lorsque j'avais besoin d'aide pour gérer des situations difficiles. Je me couperais, me gratterais le visage, me tordre les mains, enrouler des objets autour de mon cou, me blesser les membres ou les blesser à nouveau. J'ai fait n'importe quoi pour ressentir de la douleur ou me blesser. J'ai encore des cicatrices aux deux bras.

Ce matin, j'ai ouvert les tiroirs de ma table de chevet. Ils étaient en désordre. J'avais des bouteilles de pilules partout et des reçus de pharmacie. J'ai aussi trouvé quelques pilules trileptales en vrac (pour la régulation de l'humeur). Du haut aux bouteilles vides. Coupe-ongles. Poubelle à gogo. Cela fait également partie de ma dépendance. C'est ce qu'on appelle la thésaurisation et le ocd. Cela fait partie de mon TDAH et de mon trouble anxieux, et c'est représentatif de ma vie trépidante. Je ne bois plus, mais je suis désorganisé. J'ai donc acheté un coffre-fort, un garde-pilules et des sachets de pilules pour organiser les choses et cela m'a aidé.

J'ai encore un long chemin à parcourir. Je ne sais pas comment prendre mes médicaments correctement, donc mon comportement imite toujours la dépendance. J'ai le coffre-fort, mais je ne l'utilise pas encore correctement. Je n'arrive pas à comprendre comment dire à mes médecins que j'ai besoin d'aide pour tout ce processus. Je veux faire une différence pour les autres et j'aurais aimé rencontrer quelqu'un comme moi en cours de route. J'aurais aimé être dans un endroit comme le refuge pour femmes dans lequel je me trouvais au Texas beaucoup plus tôt. Ce qui me manque dans cet endroit, c'est que quelqu'un vient dans ma chambre et me demande d'aller à une réunion. C'était une sensation si agréable.

Assez drôle, quand j'étais au Sénégal, c'était à peu près la même chose. Les membres de ma famille venaient à ma porte pour me donner de l'attaya (thé sénégalais) ou quelque chose comme ça. C'est une question de camaraderie et de connexion.

Les gens disent souvent à quelqu'un comme moi de demander de l'aide lorsque nous sommes aux prises avec une maladie mentale ou un problème de dépendance. Souvent, les numéros de hotline sont également transmis. Ceci est utile, mais seulement jusqu'à un certain point. La personne qui en a besoin n’est pas toujours prête ou en mesure de demander de l’aide au moment où elle en a le plus besoin. Et les personnes qui ont besoin d’aider ne savent pas toujours instinctivement de contacter leurs proches et de les vérifier sans y être invité. Cela provoque une déconnexion. Peut-être qu'au lieu de nous dire simplement «tendre la main» les uns aux autres et «prendre soin de votre santé mentale», nous pouvons diriger ces phrases et les rendre plus significatives. Nous pouvons expliquer comment nous voulons que les gens se connectent les uns aux autres, de cette façon, nous travaillons sur le renforcement des compétences communautaires et la création de meilleures expériences.

Ils disent que la dépendance découle d'un manque de connexions. Je remarque tout au long de mon récit que ce qui me manque souvent, c'est un lien avec ma famille et mes amis, et un manque de connexion authentique avec moi-même et avec Allah.

Quand mon iman est plus élevé, je ne veux pas boire ou céder à mes addictions. Mes problèmes de contrôle des impulsions, même s'ils surviennent, sont plus faciles à gérer et je suis moins enclin à rejeter l'aide que lorsque mon iman est plus bas. Mais quand je suis loin de mon deen, ce n’est pas le cas.

C’est l’été alors que j’écris ceci et il fait très chaud. J'habite à proximité de deux établissements d'alcool. Je ne me sens pas obligé d’acheter quoi que ce soit pour le moment. Mais dans le passé, je l'aurais fait. J'aurais été tellement tenté d'aller prendre une boisson alcoolisée. Je n’aurais pas pu contrôler mes envies. Dans des moments comme celui-ci, j'ai l'impression que mes veines atteignent le haram, jour et nuit. Je peux le sentir comme si je sentais mon cœur battre. Cela m'appelle.

Avec l’alcool, j’ai connu une intoxication aiguë, une ivresse extrême et une intoxication. Je n'aime pas penser au nombre de fois où j'ai eu une intoxication alcoolique parce que mon comportement était tellement auto-sabotant … J'espère que je prends beaucoup mieux soin de moi. Et je n’ai pas besoin de tenter le destin ou de voir combien de punition mon corps peut supporter.

Le surdosage fait mal. Et je ne sais jamais si la dernière fois sera ma «dernière fois». Je ne veux pas continuer à faire un pouce de nez à la merci d’Allah sans me rendre compte du nombre de fois où j’ai été sauvé auparavant.

Quand je remarque une envie, je repense aux étapes de la pleine conscience que j'ai apprises en thérapie. Même si un déclencheur peut produire des résultats puissants, je suis souvent en mesure d’obtenir le contrôle rapidement. Selon l'endroit où je suis, je vais m'asseoir et méditer pendant quelques minutes et remarquer ma respiration et mon corps. Je ferme parfois les yeux et essaie simplement de concentrer mon attention sur ce qui a pu arriver pour provoquer le sentiment d’anxiété à ce moment-là. À ce moment-là, l'envie est généralement passée et je me sens mieux. Sinon, je prends des mesures pour l'atténuer. Heureusement, j'ai une bonne communauté avec laquelle je me sens en sécurité et à l'aise et je peux communiquer correctement quand mes besoins. Et j'ai un mentor qui me rappelle toujours ma prière. Cela aide énormément.

Je ne pense plus beaucoup à boire de l’alcool. Je veux dire par là que je ne fantasme pas sur la boisson quand je suis seul. Mais parfois, quand je suis absent, je suis tenté. Je ne sais pas quoi faire dans ces moments-là et parfois je suis nerveux. L’idée de me saouler me fait nouer l’estomac, mais lorsque je passe devant un magasin d’alcool, je vérifie si elle est ouverte. Si je vois le panneau de la fenêtre clignoter, mon cœur bat fort. Je sens en fait des papillons dans mon estomac. Je me demande si j'aurai envie de rentrer à l'intérieur.

Je ne voudrais pas que les gens me voient entrer dans un magasin d’alcool en tant que musulman et muhajjaba. Je pense donc à modifier mon apparence. Je suis sûr que les gens pensent que cela signifie que je connais sans équivoque le bien du mal, je le sais parfois. Mais ce qui leur manque, c'est l'impulsivité et le trouble compulsif hors de mon contrôle, la manie et la psychose modifiant considérablement la perception et le jugement. Vous ne pouvez consentir à rien dans ce genre de conditions.

La première khutbah que j'ai jamais entendue concernait la dépression et le trouble anxieux. L'imam a dit que si vous avez besoin de prendre des médicaments pour stabiliser votre cerveau, vous devriez vous sentir libre de le faire. J'ai apprécié cette leçon. Mais je n’y ai pas beaucoup pensé à l’époque. J'ai continué ma vie de musulman et j'ai oublié ses paroles de sagesse. Des années plus tard, je me suis souvenu de ce sermon et j'ai regretté de ne pas avoir pris garde beaucoup plus tôt. Se souvenir que la khutbah m'aurait peut-être sauvé du chagrin et de l'agitation.

Je veux que les autres dans cette situation sachent qu'il est normal d'embrasser vos sentiments et de s'approprier votre relation avec l'alcoolisme. Cela m'aide à continuer quand je me souviens de la miséricorde d'Allah et que je demande de l'aide à mes amis. Un réseau sobre peut également être utile. Mon objectif à long terme est d'être un mentor efficace pour les personnes atteintes de troubles liés à l'usage de substances dans nos communautés, en particulier les jeunes et toute personne aux prises avec un traumatisme / anxiété.

Il est important de disposer de ressources islamiques pour les musulmans ayant des problèmes de dépendance, car la foi et la spiritualité peuvent être directement liées au rétablissement. J'aimerais que les gens sachent que l'alcoolisme est une maladie permanente qui peut toucher des personnes de tout âge. Quelqu'un peut être un buveur occasionnel, un buveur excessif ou seulement se livrer à des contextes sociaux. En tant que musulmans, nous devons nous renseigner sur ce problème et nous assurer que ceux qui ont besoin de soutien se sentent en sécurité pour nous contacter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *