Catégories
Religions et savoir

Mahathir Mohamad dit que ses propos après l'attaque française ont été sortis de leur contexte | Politique

L'ancien Premier ministre malaisien Mahathir Mohamad a maintenu ses commentaires largement condamnés sur les attaques des extrémistes musulmans en France, affirmant qu'ils avaient été sortis de leur contexte. Il a également critiqué Twitter et Facebook pour avoir supprimé ses publications.

Mahathir, 95 ans, a suscité une colère généralisée lorsqu'il a écrit sur son blog jeudi que «les musulmans ont le droit d'être en colère et de tuer des millions de Français pour les massacres du passé».

Twitter a supprimé un tweet de Mahathir contenant la remarque, qui, selon lui, glorifiait la violence, et le ministre français du numérique a demandé à l'entreprise d'interdire également Mahathir de sa plate-forme.

"Je suis en effet dégoûté par les tentatives de déformer et de sortir de son contexte ce que j'ai écrit sur mon blog", a déclaré Mahathir dans un communiqué vendredi.

Il a déclaré que les critiques n’avaient pas lu son message dans son intégralité, en particulier la phrase suivante, qui disait: «Mais dans l’ensemble, les musulmans n’ont pas appliqué la loi« œil pour œil ». Pas les musulmans. Les Français ne devraient pas. Au lieu de cela, les Français devraient apprendre à leur peuple à respecter les sentiments des autres. »

Il a déclaré que Twitter et Facebook avaient supprimé la publication malgré ses explications et avaient critiqué cette décision comme étant hypocrite.

«D'une part, ils ont défendu ceux qui ont choisi d'afficher des caricatures offensantes du prophète Mahomet … et s'attendent à ce que tous les musulmans avalent cela au nom de la liberté de parole et d'expression», a-t-il dit.

«De l'autre, ils ont délibérément supprimé que les musulmans n'avaient jamais cherché à se venger de l'injustice dont ils étaient victimes dans le passé», attisant ainsi la haine française envers les musulmans, a-t-il ajouté. Sur Twitter, cependant, cette phrase n'a pas été supprimée. Un membre du personnel de Mahathir a déclaré que l'intégralité de la publication avait été supprimée par Facebook.

Facebook Malaisie a déclaré dans un e-mail avoir supprimé le message de Mahathir pour violation de ses politiques. «Nous n'autorisons pas les discours de haine sur Facebook et condamnons fermement tout soutien à la violence, à la mort ou aux dommages physiques», a-t-il déclaré.

Les propos de Mahathir, double Premier ministre, répondaient aux appels des nations musulmanes à boycotter les produits français après que le président français, Emmanuel Macron, ait qualifié l'islam de religion «en crise» et juré de réprimer le radicalisme à la suite du assassinat d'un professeur de français qui a montré à sa classe une caricature représentant le prophète Mahomet.

Ses remarques sont également intervenues lorsqu'un Tunisien a tué trois personnes dans une église de Nice, en France. Mahathir a écrit sur les affrontements culturels entre le monde occidental et islamique et a condamné le président français, Emmanuel Macron, pour avoir lié l'attaque de jeudi à Nice à l'islam.

L’ambassadrice des États-Unis en Malaisie, Kamala Shirin Lakhdir, a déclaré qu’elle «était totalement en désaccord» avec la déclaration de Mahathir. «La liberté d'expression est un droit, l'appel à la violence ne l'est pas», a-t-elle déclaré vendredi dans une brève déclaration.

Le haut-commissaire australien en Malaisie, Andrew Goledzinowski, a écrit que même si Mahathir ne préconisait pas la violence réelle, «dans le climat actuel, les mots peuvent avoir des conséquences».

Le deuxième mandat de Mahathir en tant que Premier ministre a duré de 2018 jusqu'à son départ en février 2020.

Il a été considéré comme un partisan des vues islamiques modérées et un porte-parole des intérêts des pays en développement. Dans le même temps, il a critiqué ostensiblement la société et les nations occidentales et leurs relations avec le monde musulman, alors qu'il a été dénoncé en Israël et ailleurs pour avoir fait des remarques antisémites.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *