Catégories
Religions et savoir

Macron veut réparer les maux sociaux de la France – mais il ne le fera pas en «réformant» l'islam | Arthur Goldhammer | Opinion

TLe président turc, Recep Tayyip Erdoğan, n'a prononcé aucun mot dans sa récente diatribe contre son homologue français, Emmanuel Macron. «Macron a besoin d'un traitement mental», a déclaré Erdoğan. Cette explosion d'Ankara est venue en réponse à l'annonce par Macron d'une série de mesures visant à «réformer» la pratique de l'islam en France et à mettre fin au «séparatisme islamique» – preuve, pour Erdoğan, que Macron avait «un problème avec l'islam».

Puis, cinq jours plus tard, le 29 octobre, un immigrant tunisien nouvellement arrivé a tué trois chrétiens en prière à Nice. La France a de nouveau été victime «d'une attaque terroriste islamiste», a proclamé Macron. Il n'a pas eu besoin de rappeler à ses compatriotes la décapitation de l'instituteur Samuel Paty par un autre immigré, celui-ci d'origine tchétchène, en plein jour deux semaines plus tôt, ou le coup de couteau antérieur de deux personnes devant les anciens bureaux du journal satirique Charlie Hebdo. . L'exécution de Paty, les meurtres à Nice et les coups de couteau à Paris ne sont que les derniers d'une série d'attentats qui ont coûté la vie à 260 Français depuis 2012. Personne ne peut nier que la France a un problème de terrorisme.

Erdoğan, soucieux de détourner l'attention des difficultés économiques de la Turquie, a choisi de caractériser la réponse défensive de la France comme une attaque contre «des millions de membres de groupes confessionnels différents». Mais Erdoğan n'est pas le seul critique de la France dans le monde islamique. Des manifestations contre la prétendue position «anti-islamique» de la France, ainsi que le boycott des produits français, ont éclaté au Bangladesh, au Qatar, au Liban et dans d’autres pays à majorité musulmane.

Pour des raisons très différentes, Macron reçoit également des critiques de l'intérieur de la France. Ses détracteurs de droite le dépeignent comme doux à la terreur. Christian Estrosi, le maire de Nice, a appelé à «des changements à la constitution» pour faciliter «la guerre» contre le terrorisme. Avec une hyperbole caractéristique, Éric Ciotti des Républicains a déclaré que «pour la première fois depuis l'occupation, la France n'est plus libre! Notre pays est en guerre! … Nous devons anéantir les islamistes! »

Les appels à la suspension des libertés civiles, comme en temps de guerre, sont de plus en plus forts de jour en jour, malgré le fait que les pouvoirs étendus accordés aux autorités lors des précédents états d'urgence «temporaires» restent en vigueur. Pourtant, de telles mesures ne peuvent pas faire grand-chose pour dénicher des djihadistes solitaires sans lien connu avec des groupes radicaux organisés.

Pendant ce temps, des critiques de gauche, comme Clémentine Autain, accusent le président français de «fouler aux pieds la liberté et la démocratie». Mais la gauche n'est guère unie dans cette vision: les anciens premiers ministres socialistes Bernard Cazeneuve et Manuel Valls estiment que l'extrême gauche, éperdue par le multiculturalisme, sous-estime allègrement la menace islamiste. Des critiques plus virulents accusent Autain et ses alliés du parti France Unbowed de Jean-Luc Mélenchon d ’« islamo-gauche »et même de« complicité »avec les djihadistes.

À l'extrême droite, Marine Le Pen a joyeusement félicité Macron d'avoir accepté sa vision «de bon sens» de «l'islamisme» comme l'ennemi implacable tout en l'accusant de «confondre dire pour faire». Les cyniques de tous bords insistent sur le fait que Macron simulait la position de Le Pen afin de lui voler le tonnerre si elle montait un autre défi présidentiel en 2022.

Pourtant, le discours de Macron début octobre sur le «séparatisme islamique» peut difficilement être qualifié d’inspiré de Le Pen. Il a essayé de tracer un chemin prudent à travers le champ de mines idéologique, mais les émotions déclenchées par les atrocités qui ont suivi ont rapidement arraché le contrôle du débat de ses mains.

En vérité, cependant, sa tentative de cadrer étroitement la question, comme une simple question de redessiner la ligne tracée entre la religion et l'État par la loi française de 1905, ne réussira jamais. Comme l'explique Jean Birnbaum dans Le Monde: «Il est impossible de comprendre le djihadisme sans raisonner, comme le font les jihadistes, à l'échelle internationale. Macron a évoqué brièvement le contexte global de la lutte, mais seulement pour transférer toute responsabilité du côté musulman, décrivant l'islam comme une religion «en crise»: «Les tensions entre les fondamentalismes, entre les projets vraiment religieux et politiques» étaient à blâmer, a-t-il soutenu. , sans parler de la longue histoire de conflit entre les mondes musulman et non musulman.

Si Erdoğan a par la suite pu grotesquement tordant les paroles du président français en une attaque contre les musulmans en général, il a été aidé par les ambiguïtés du diagnostic trop superficiel de Macron. La disparité entre la haute rhétorique de Macron le penseur politique et les tons plus martiaux du commandant en chef a également aidé. Le président a exhorté son «conseil de défense» que «les islamistes ne doivent pas être autorisés à dormir tranquillement dans ce pays».

Certes, ce changement de ton est intervenu après la décapitation barbare de Paty, lorsque les émotions étaient vives, mais la pugnacité de Macron avait tendance à effacer toute bonne volonté qu'il avait précédemment gagnée avec sa franche reconnaissance dans le discours d'octobre que la République n'était pas irréprochable en créant le dilemme qu'elle a depuis des décennies: «Nous avons construit notre propre séparatisme», a-t-il dit, «dans nos quartiers, créant des ghettos, au départ avec les meilleures intentions du monde – mais nous laissons faire… Nous avons concentré la misère et les difficultés, et nous le savons."

Mais quand il a été question de proposer des remèdes, Macron a minimisé la responsabilité de la France, peut-être parce qu’il avait déjà rejeté une approche ambitieuse qu’il avait lui-même défendue autrefois. Au début de sa présidence, il avait chargé Jean-Louis Borloo de se pencher sur les problèmes des ghettos des banlieues françaises pour rejeter le rapport soumis en 2018. Il a brièvement reconnu un élément clé du rapport Borloo, reconnaissant qu'un «changement radical» était nécessaire dans Le logement social en France.

Il a cependant consacré beaucoup plus d'attention aux prétendues lacunes des écoles et mosquées musulmanes, des clubs sportifs et des cercles fraternels, soulignant le genre de minuties que l'État administratif excelle à réglementer: le financement étranger des écoles islamiques serait coupé, les universités françaises. formerait et autoriserait les imams et les professeurs d'arabe, les repas halal seraient interdits dans les cafétérias scolaires, aucune municipalité ne serait autorisée à offrir des heures de baignade séparées pour les hommes et les femmes dans ses piscines, et l'enseignement à domicile serait interdit.

Pourtant, indépendamment de ce que ces mesures réglementaires de petite envergure peuvent accomplir, il est difficile de croire qu'elles feront beaucoup pour faire avancer les autres aspects du programme en cinq points de Macron, à savoir créer un «islam éclairé» en France et «faire la République une fois de plus aimée »de ses citoyens.

Ce que Macron n'a pas remarqué, c'est que ces deux principes s'opposent. «Éclairer» la religion, c'est étancher les passions de la foi avec une raison froide, tandis qu'enflammer les passions patriotiques par des discussions sur la guerre accomplit exactement le contraire. La meilleure façon de vaincre les djihadistes passionnés pourrait simplement être de démontrer par l'exemple que des têtes plus fraîches peuvent effectivement prévaloir, même face à des provocations répétées et à des réactions jingo.

La disjonction entre les envolées philosophiques du président et son programme réglementaire plus banal le laisse malheureusement sans défense contre ceux qui, comme Ciotti, ne voient pas d’alternative à «anéantir» l’ennemi. Mais là encore, avec la déclaration passionnée écrasez l’infâme!, l'illumination prônée par Macron avait son propre cri de guerre anti-religieux: «écrase la chose vile».

Arthur Goldhammer est écrivain, traducteur et affilié principal du Center for European Studies de l'Université Harvard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *