Catégories
Religions et savoir

L'étourdissement des animaux est lentement accepté par les bouchers halal de Turquie, selon des militants | dinde

Alors que la Turquie se prépare pour l'Aïd al-Adha, ou Qurban Bayram, la fête musulmane du sacrifice, les militants des droits des animaux célèbrent les progrès dans leurs efforts pour convaincre les chefs religieux, les bouchers et les abattoirs des mérites d'étourdir les animaux avant l'abattage rituel.

Les entrepôts de bétail à travers le pays étaient occupés jeudi avant le début du festival au coucher du soleil, avec des familles inspectant les moutons et les vaches à abattre en l'honneur de la volonté d'Ibrahim de sacrifier son fils Ismael.

Qurban Bayram est la période la plus chargée de l'année pour les fermiers et bouchers turcs. Alors que certaines familles des zones rurales continueront à élever du bétail sur leurs propres terres et à abattre rituellement les animaux elles-mêmes, les règles d'hygiène signifient que la plupart des abattages sont désormais effectués sur des sites spécifiques par des bouchers formés par la municipalité locale.

Pour Asalet Sancakdaroğlu, le représentant turc de l'organisation de protection des animaux Eyes on Animals, l'accent est mis sur la prévention de la souffrance animale. Pour être certifié halal, un animal doit être vivant et en bonne santé, sa gorge doit être tranchée d'un seul coup par un musulman à l'aide d'un couteau bien aiguisé et le sang doit être drainé de la carcasse. Étourdir l'animal d'abord ne contrevient pas à la loi islamique – et Sancakdaroğlu a pour mission d'éduquer les abattoirs, les chefs religieux et les consommateurs sur ce fait.

«La plupart de mon travail consiste à faire passer le mot parce qu'il y a tellement d'idées fausses sur l'abattage halal. Les gens ont peur qu'il ne soit pas acceptable pour Dieu que l'animal soit inconscient ou que le sang ne s'écoule pas correctement », a-t-il déclaré.

«Lorsque nous organisons des ateliers de formation, ces réserves disparaissent. Plusieurs chefs religieux ont pris ce que j'ai dit au sérieux et ont d'abord parlé à leurs fidèles de l'étourdissement des animaux: l'année dernière, Ismailağa Cemaati (une grande secte conservatrice) a annoncé publiquement que l'étourdissement des animaux était halal. Le ministère de l'Agriculture étudie également une loi selon laquelle les animaux devraient être tués sans douleur. »

Plus tôt ce mois-ci, après la levée des restrictions turques sur les coronavirus, Sancakdaroğlu a visité un abattoir dans le nord-est du pays, offrant au directeur un pistolet à verrou captif pour assommer les animaux avant l'abattage. L'abattoir a accepté d'étourdir maintenant les animaux qui arrivent déjà blessés à l'usine avant leur déchargement, et le bétail sera étourdi pour les clients qui le demandent.

Sancakdaroğlu a visité 300 des 900 abattoirs de Turquie. Jusqu'à présent, seuls trois ont accepté de passer de la méthode classique à l'étourdissement, mais il dit que cela est en grande partie dû à la faible disponibilité du matériel d'étourdissement et aux frais d'importation: les systèmes industriels peuvent coûter plus de 10000 € (9030 £). Les pistolets à poudre à canon sont également souvent embourbés dans la paperasse douanière parce qu'ils sont classés comme des armes.

«Certaines entreprises m'ont dit officieusement qu'elles étourdissaient déjà des animaux, mais ne le disaient tout simplement pas à leurs clients», a déclaré Sancakdaroğlu. «C'est plus rapide, plus sûr, plus propre et par conséquent, ils gagnent plus d'argent. C'est juste que le public a toujours l'impression que ce n'est pas halal. »

Il y a également place à amélioration en ce qui concerne le transfert et le transport d’animaux vivants en Turquie, a déclaré Lesley Moffat, directrice d’Eyes on Animals.

La demande de bétail de la Turquie augmente chaque année, la production animale nationale augmentant de 3 millions en 2019, en hausse de 4,7% par rapport à 2018. En un an seulement, la Turquie est passée d'importations d'animaux d'une valeur de 600 millions de dollars (457 millions de livres sterling) en 2016 à 1,2 milliard de dollars en 2017. , dont la grande majorité provient de l'UE, selon TurkStat, l'autorité statistique turque. Parfois, les animaux sont laissés sans surveillance dans des conteneurs chauds et exigus pendant des jours à la frontière Bulgarie-Turquie.

«La Turquie a un long chemin à parcourir, mais ce n'est ni meilleur ni pire que d'autres pays en ce qui concerne le traitement inhumain du bétail», a-t-elle déclaré. «Notre travail jusqu'à présent montre que de plus en plus de gens s'intéressent au bien-être animal et que le changement est possible.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *