Catégories
Religions et savoir

Les musulmans visés par la loi du «djihad de l'amour» de l'État indien | Inde

La police indienne a raflé des hommes musulmans et perturbé les cérémonies de mariage interconfessionnel en vertu de nouvelles lois interdisant le soi-disant «djihad amoureux».

Dans l'État du nord de l'Uttar Pradesh, la police a commencé à sévir contre les mariages entre musulmans et hindous et a arrêté au moins 10 hommes musulmans en vertu d'une loi interdisant les conversions religieuses forcées.

«Love jihad» est une théorie du complot de droite hindoue affirmant que les hommes musulmans attirent les femmes hindoues dans le mariage afin de forcer leur conversion à l'islam. Bien que le gouvernement central ait admis en février qu'il n'avait aucun rapport officiel sur les incidents de la pratique, la théorie a tellement gagné en popularité en Inde qu'elle a été utilisée pour justifier une législation promulguée dans l'Uttar Pradesh et est proposée dans quatre autres États indiens.

Cette semaine, un mariage entre deux musulmans a été arrêté par la police à Kushinagar, Uttar Pradesh, après une dénonciation par un groupe de droite hindou. La police a pris d'assaut la cérémonie et arrêté Haider Ali, 39 ans, qui a été gardé à vue pendant la nuit et a allégué que la police l'avait torturé pendant des heures avec une ceinture en cuir. Ce n'est qu'après que la famille a produit la preuve que son épouse était musulmane de naissance qu'ils ont libéré Ali.

La répression de l'Uttar Pradesh a alimenté les craintes que la loi du «djihad de l'amour» soit utilisée pour cibler les musulmans et interdire le mariage interconfessionnel consensuel dans l'Uttar Pradesh. Aucun hindou n'a été arrêté en vertu de la nouvelle loi.

Un jour après la promulgation de la loi début décembre, la police de la ville de Lucknow a violemment interrompu une cérémonie de mariage entre une femme hindoue, Raina Gupta, et un musulman, Mohammad Asif, qui devait inclure des rituels hindous et musulmans. Les familles, qui soutenaient le syndicat, ont déclaré qu'aucune des deux n'allait convertir la religion, mais le mariage n'a toujours pas pu avoir lieu.

Dans un autre cas, un musulman, Owais Ahmad, a été arrêté la semaine dernière et condamné à 14 jours de garde à vue pour avoir prétendument tenté de faire pression sur une femme musulmane pour qu'elle se convertisse à l'islam et s'enfuie en 2019, à la suite d'une affaire déposée par son père. La femme est maintenant mariée à un hindou, et Ahmad a déclaré qu'il n'avait «aucun lien avec la femme».

Un musulman de 27 ans, Rashid, et son frère ont été arrêtés la semaine dernière à Moradabad. Ils avaient tenté d’enregistrer le mariage de Rashid avec une femme hindoue de 22 ans, Muskan Jahan, qui s’était convertie à l’islam avant le mariage. Alors que le trio a rendu visite à un avocat, ils ont été entourés par des membres d'un groupe hindou de droite, Bajrang Dal, qui les a abordés et les a conduits au poste de police.

Rashid est toujours en prison dans l'Uttar Pradesh pour conversion forcée de sa femme, tandis que Jahan a été emmené dans un abri par la police. S'adressant aux membres du Bajrang Dal alors qu'ils l'entouraient, Jahan a nié toute coercition. «Je suis adulte, j'ai 22 ans. Je me suis mariée de mon plein gré », dit-elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *