Catégories
Religions et savoir

Les musulmans d'Europe sont européens. Arrêtez d'externaliser leur sort à des dirigeants étrangers | Shada Islam | Nouvelles du monde

Tles attaques par erreur en France et en Autriche ont remis les 25 millions de musulmans d’Europe sous les projecteurs. L'attention indésirable est familière. Discuter des musulmans comme un risque pour la sécurité atteint invariablement son paroxysme après un acte terroriste d'inspiration islamiste. Cette fois, les assaillants venaient de Tchétchénie, de Tunisie et de Macédoine du Nord. Mais tant pis: l'anxiété face à «l'ennemi intérieur» musulman est profonde.

Des débats anxieux sur la place de l'islam en Europe et des affirmations selon lesquelles les musulmans européens sont des fantassins dans une confrontation existentielle entre l'Europe et l'islam et représentent un «autre» impossible à intégrer ont harcelé les musulmans à travers le continent pendant des décennies.

Il y a cependant une nouvelle acuité dangereuse dans la conversation cette fois.

La rhétorique sur la prétendue «islamisation» de l’Europe est déclenchée par des partis xénophobes et populistes, y compris des personnalités telles que le Hongrois Viktor Orbán, mais elle a été adoptée par trop de politiciens européens traditionnels.

Les ministres de l'Intérieur de l'UE discutent cette semaine de mesures pour bloquer la propagande islamiste en ligne, fournir aux imams une formation aux valeurs «européennes» et accorder plus d'attention à l'intégration des musulmans. Et étant donné les craintes d'une augmentation du terrorisme lié à l'islamisme, certaines de ces mesures sont justifiées. Mais les gouvernements doivent veiller à ce que de telles actions n'alimentent pas une augmentation de la violence, de la discrimination et de la haine contre leurs propres citoyens musulmans.

Amnesty International a averti les autorités françaises de ne pas contribuer à «présenter tous les musulmans comme des suspects» et de mettre fin aux «commentaires stéréotypés, stigmatisants et discriminatoires visant les musulmans et les réfugiés», bien que le président français, Emmanuel Macron, nie les allégations de promotion du racisme contre les musulmans. .

La réalité est que la relation entre les gouvernements européens et leurs citoyens musulmans a cruellement besoin d'une réinitialisation. Le climat de suspicion mutuelle est à la fois un reproche aux valeurs d'inclusion et de tolérance que l'UE prétend défendre et il soutient l'affirmation extrémiste selon laquelle il ne peut y avoir de coexistence entre l'Islam et l'Occident.

Pour transformer un nouveau contrat social en une conversation constructive, il faut transformer une pensée dépassée et reconnaître les erreurs et les perceptions erronées du passé.

Comme première étape importante, le mythe des musulmans européens en tant qu'éternels étrangers, avec une culture et des coutumes qui les rendent à jamais «faux» Européens, doit être remis en question.

Cela signifie ne pas confondre les actions d'une infime minorité d'extrémistes islamistes avec les croyances et la conduite de la majorité, qui abhorre ces opinions. Cela signifie non seulement accepter le rôle historique et l’influence de l’islam en Europe, comme Macron l’a fait, mais aussi reconnaître, comme Angela Merkel l’a fait en 2018, que l’islam fait partie de l’Europe moderne.

Fondamentalement, il exige la fin de l'externalisation des relations Europe-musulmans à des dirigeants étrangers. La guerre des mots entre les dirigeants de l'UE et Recip Tayyip Erdoğan de Turquie, et même l'interview de Macron avec la chaîne d'information arabe Al Jazeera dans laquelle il expliquait son respect pour l'islam ainsi que ses projets de nommer un envoyé pour le monde musulman, sont à côté de la point.

Pire encore, ils sont contre-productifs. Les dirigeants européens qui parlent à leurs homologues étrangers au-dessus de la tête de leurs propres citoyens musulmans sont insultants et dénués de sens. Tout ce qu'il fait, c'est renforcer la perception des musulmans européens comme exotiques, étrangers et éternellement non-citoyens.

Ni Erdoğan ni le Pakistanais Imran Khan n’ont vraiment intérêt à améliorer la vie des musulmans européens. Ils ne partagent pas non plus leurs préoccupations, leurs priorités et leurs valeurs. À vrai dire, de nombreux musulmans européens ont fui ces mêmes pays pour trouver refuge ici. La dernière chose dont ils ont besoin, ce sont les conseils de puissances étrangères.

Le racisme et la haine anti-musulmans doivent être combattus de front. La discrimination contre les soi-disant «migrants de troisième génération», principalement les jeunes hommes, entraîne souvent la marginalisation et la désaffection, qui à leur tour peuvent conduire à la radicalisation. Les femmes musulmanes européennes qui portent le foulard ne devraient pas avoir à combattre l'idée qu'elles sont des victimes ayant besoin d'aide ou d'une menace publique.

La réalité vécue de nombreux musulmans va dans une autre direction. La grande majorité des Européens qui suivent l'islam mènent une vie épanouissante et productive en tant que citoyens européens respectueux des lois et contribuables. Beaucoup sont en politique (mais pas au niveau de l'UE). Partout en Europe, les entrepreneurs musulmans revitalisent les quartiers urbains pauvres, créent des emplois et encouragent l'innovation dans les affaires. Ils excellent en médecine, sport, art et culture. Leurs histoires doivent être racontées.

Comme l'a noté l'Open Society Institute, les musulmans européens et les non-musulmans partagent les mêmes préoccupations, besoins et expériences, notamment «une meilleure qualité de l'éducation, des logements améliorés, des rues plus propres et (la lutte contre) les comportements antisociaux et la criminalité».

«Il n’existe aucune preuve étayant l’affirmation commune selon laquelle les musulmans vivent dans une société séparée et parallèle», selon la Fondation allemande Bertelsmann.

Enfin, il est important de déplacer l’attention de la religion vers le programme d’égalité plus large de l’Europe, tel qu’il est articulé dans le plan d’action antiraciste de l’UE, adopté en septembre à la suite des manifestations de Black Lives Matter.

Une écrasante majorité de musulmans en France et en Allemagne se décrivent comme fidèles à leur pays et ne voient aucune contradiction entre les valeurs franco-allemandes et musulmanes. «Il n'y a aucune preuve à l'appui de l'affirmation commune selon laquelle les musulmans vivent dans une société séparée et parallèle», déclare la Fondation Bertelsmann.

Le plan ambitieux reconnaît les racines profondes du racisme structurel à travers l'Europe et que la haine anti-musulmane est une forme de racisme. Il devrait être systématiquement utilisé pour lutter contre la marginalisation des musulmans européens.

Permettre aux organismes nationaux de promotion de l'égalité dans les États de l'UE d'inclure la haine anti-musulmane dans leur travail de lutte contre le racisme est une étape importante. Changer la culture policière et en conduire une autre.

La bonne nouvelle est que même si certains politiciens nationaux intensifient leur rhétorique anti-musulmane, les politiciens locaux ont adopté une approche différente et plus inclusive. En outre, Covid-19 a mis en évidence la forte présence des musulmans dans les services de première ligne à travers le continent.

La haine et les préjugés anti-musulmans peuvent être considérés comme un problème musulman. En vérité, c'est bien plus que cela. C’est une tache sur les valeurs européennes, la cohésion interne de l’Europe et sa réputation mondiale. En outre, la reconstruction de l’économie européenne post-pandémique exige la participation de tous et la contribution de tous les citoyens.

En fin de compte, c’est très simple: les musulmans d’Europe ne vont nulle part. Ils sont là pour rester car l'Europe est chez eux.

Shada Islam est un commentateur basé à Bruxelles sur les affaires européennes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *