Catégories
Religions et savoir

Les manifestations anti-France attirent des dizaines de milliers de personnes à travers le monde musulman | Islam

Des dizaines de milliers de musulmans au Pakistan, au Liban, dans les territoires palestiniens et ailleurs se sont joints aux manifestations vendredi contre le vœu du président français Emmanuel Macron de protéger le droit de caricaturer le prophète Mahomet.

Démonstrations en Pakistan La capitale, Islamabad, est devenue violente lorsque 2 000 personnes qui tentaient de marcher vers l'ambassade de France ont été repoussées par la police tirant des gaz lacrymogènes et utilisant des matraques. Des foules d'activistes islamistes ont pendu une effigie de Macron à un viaduc après l'avoir pilonnée avec leurs chaussures.

Plusieurs manifestants ont été blessés dans des affrontements avec la police alors que les autorités poussaient à expulser les militants de la zone rouge, une zone de sécurité qui abrite les missions diplomatiques du Pakistan. À la tombée de la nuit, des manifestants ont organisé un sit-in sur une route principale pour protester contre le recours à la force par les autorités.

Dans la ville orientale de Lahore, environ 10 000 adeptes du parti islamique radical Tehreek-e-Labbaik sont descendus dans les rues en scandant des slogans et portant des banderoles. "Il n'y a qu'une seule punition pour le blasphème", a crié Khadim Hussain Rizvi, un religieux qui dirige la marche. «Décapitation! Décapitation! » les manifestants ont crié en retour.

À Multan, dans la province pakistanaise du Pendjab, une foule a incendié une effigie de Macron et a appelé le Pakistan à rompre ses liens avec la France et à boycotter les produits français.

Les tensions entre la France et les pays à majorité musulmane ont éclaté ce mois-ci lorsqu'un jeune musulman a décapité un instituteur français qui avait montré des caricatures du prophète Mahomet en classe.

Les images, republiées par le magazine satirique Charlie Hebdo pour marquer l'ouverture du procès sur l'attaque meurtrière de 2015 contre la publication, ont mis en colère les musulmans du monde entier qui considèrent les représentations du prophète comme blasphématoires. Jeudi, un Tunisien armé d'un couteau portant une copie du Coran a tué trois personnes dans une église de Nice.

Une photo d'Emmanuel Macron brûle à Islamabad
Une photo d'Emmanuel Macron brûle à Islamabad. Photographie: Sohail Shahzad / EPA

Dans Liban capitale, Beyrouth, quelques centaines de manifestants se sont dirigés vers le Palais des Pins, résidence officielle de l'ambassadeur de France, mais ont trouvé leur chemin bloqué par des files de policiers en tenue anti-émeute. Agitant des drapeaux noirs et blancs avec des insignes islamistes, les militants ont crié: «À votre service, ô prophète de Dieu. Certains ont jeté des pierres sur la police qui a répondu avec de la fumée et des gaz lacrymogènes.

Les manifestations seront une gêne pour le Premier ministre désigné, Saad Hariri, qui tente de former un nouveau gouvernement qui mettrait en œuvre un plan de réforme français. La France, ancien dirigeant colonial du Liban, a aidé le pays à tracer une voie pour sortir de sa crise économique et financière en spirale.

À Istanbul, Turquie plus grande ville, les fidèles se pressaient dans une mosquée chiite après les prières du vendredi, scandant des slogans religieux et brandissant des pancartes insultant Macron. Les critiques du président turc Recep Tayyip Erdoğan à l'égard de Macron ont poussé la France à rappeler son ambassadeur en Turquie le week-end dernier.

Des centaines de Les Palestiniens a protesté contre Macron devant la mosquée al-Aqsa à Jérusalem, le troisième site le plus sacré de l'Islam. Certains jeunes se sont affrontés avec la police israélienne alors qu'ils sortaient de l'esplanade dans la vieille ville. La police israélienne a déclaré avoir dispersé le rassemblement et détenu trois personnes.

Des dizaines d'autres se sont déroulés dans la bande de Gaza, où le groupe militant du Hamas a organisé des rassemblements dans des mosquées du territoire qu'il contrôle. Fathi Hammad, un responsable du Hamas, s'est adressé à une manifestation au camp de réfugiés de Jabaliya, jurant «de se tenir ensemble pour affronter cette offensive criminelle qui nuit à la foi d'environ 2 milliards de musulmans», se référant aux représentations du prophète. Il a réitéré l’appel lancé par les autorités du Hamas aux Palestiniens pour qu’ils boycottent tous les produits français.

Un manifestant, qui s'est identifié comme étant Abu Huzayfa, s'est montré équivoque lorsqu'il a été interrogé sur les récentes attaques en France en représailles aux caricatures. «Nous ne ciblons pas les innocents», a-t-il déclaré. "Mais ceux qui insultent directement notre prophète en assumeront la responsabilité."

Les manifestants à Kaboul
Les manifestants à Kaboul. Photographie: Omar Sobhani / Reuters

Des cris de «mort à la France» ont retenti L'Afghanistan capitale, Kaboul et plusieurs autres provinces alors que des milliers de personnes envahissaient les rues. Les manifestants ont piétiné les portraits de Macron et ont appelé les dirigeants afghans à fermer l'ambassade de France, à arrêter les importations françaises et à interdire aux citoyens français de se rendre dans le pays.

Dans l'ouest de la province de Herat, des manifestants ont hissé une effigie de Macron à l'aide d'une grue et y ont mis le feu. Gulbuddin Hekmatyar, le chef du Hezb-i-Islami, un parti islamiste, a averti que si Macron ne «contrôlait pas la situation, nous allons vers une troisième guerre mondiale et l'Europe en sera responsable».

Dans Bangladesh capitale, Dhaka, une foule de 50 000 effigies a brûlé et brandi des pancartes «dites non à l'islamophobie», «arrêtez le racisme» et «boycottez les produits français».

Dans Ethiopie, plusieurs centaines de personnes ont manifesté pacifiquement après la prière du vendredi.

Les dirigeants musulmans ont vivement critiqué la France pour ce qu’ils considèrent comme la position provocatrice et anti-musulmane du gouvernement. Mais l’attaque de jeudi à Nice a suscité des condamnations de la part des dirigeants de pays qui ont exprimé leur indignation face aux caricatures, comme l’Arabie saoudite, le Pakistan et l’Égypte.

Dans un sermon du vendredi diffusé en direct sur égyptien à la télévision d’État, le ministre des Dotations religieuses du pays a semblé dénoncer les représailles violentes pour les caricatures. «L'amour du prophète ne peut être exprimé en tuant, en sabotant ou en répondant au mal par le mal», a déclaré Mohamed Mokhtar Gomaa, s'adressant à des dizaines de fidèles dans une mosquée de la province de Daqahleya.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *