Catégories
Religions et savoir

Les attaques en France remettent l'extrémisme islamiste sous les projecteurs | Nouvelles du monde

La «vision de l'horreur» à Nice, comme la police a décrit la scène d'un attentat mortel au couteau dans une église jeudi, est un défi de taille pour Emmanuel Macron. Le président français a promis une répression contre l'extrémisme islamiste, y compris la fermeture des mosquées et d'autres organisations accusées de fomenter le radicalisme et la violence, et a déclaré que la France était engagée dans une bataille existentielle contre les idéologies islamiques radicales et le séparatisme. Son ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a parlé des extrémistes comme de l'ennemi intérieur.

Il y a eu également un coup de couteau devant le consulat de France en Arabie saoudite jeudi et un incident dans la ville française d'Avignon impliquant un homme armé d'un couteau qui a tenté d'attaquer la police. Il fait suite au meurtre il y a deux semaines d'un instituteur à Conflans en banlieue parisienne après avoir montré aux élèves une caricature du prophète Mahomet, et la blessure de deux personnes devant les anciens bureaux de Charlie Hebdo.

Il est peu probable que les attaques s'inscrivent dans le cadre d'une campagne concertée organisée par un grand groupe, mais les réponses les unes aux autres – les experts ont noté comment une attaque se déclenchera fréquemment plus souvent, souvent avec les mêmes tactiques – et à l'atmosphère fébrile créée par la rhétorique en colère de certains dirigeants du monde musulman en réponse à la réaffirmation par Macron des principes séculiers de la France.

Cependant, la violence plaira sans aucun doute aux dirigeants de l'État islamique et d'Al-Qaida, qui continuent de chercher des moyens de rester pertinents dans le monde en évolution rapide et concurrentiel des groupes extrémistes en prétendant avoir au moins inspiré des attaques en Europe.

Les responsables affirment que les extrémistes en Europe travaillent actuellement à travers des réseaux lâches, ancrés «dans un milieu extrémiste musulman plus large, qui peuvent servir de canal vers l'engagement terroriste». Ces réseaux sont en grande partie locaux et n'ont pas de liens organisationnels avec des groupes comme Al-Qaida ou Isis. Il y a également eu des incidents d'auto-radicalisation d'individus ou de petits groupes, principalement via Internet, sans faire partie de réseaux plus larges.

Il est compréhensible que l’Occident accorde moins d’attention à l’extrémisme islamique récemment. Les décès en Europe dus à toutes les formes de terrorisme ont chuté de 70% l'année dernière, et l'Europe occidentale a enregistré son plus faible nombre d'incidents depuis 2012. Selon les derniers rapports d'Europol, il y avait 21 complots djihadistes dans l'UE en 2019, contre 24 et 33 au cours des deux années précédentes. Sur les 21, quatre ont échoué, 14 ont été déjoués et trois ont été exécutés.

Il n'y a certainement rien eu récemment pour rivaliser avec les horreurs de 2015 et 2016, lorsque des fusils d'assaut et un camion ont été utilisés pour tuer des centaines de personnes dans une série d'attaques.

Cette flambée de violence était le résultat d'un certain nombre de facteurs qui ont convergé à un moment donné: le règne de l'État islamique sur une partie de l'Irak et de la Syrie, sa décision de cibler l'Occident, son énorme production médiatique et l'établissement de camps pour former certains des des milliers de jeunes hommes d'Europe qui ont voyagé pour prendre part au conflit, l'existence d'une série de réseaux et de hauts militants capables reliant la France et la Syrie, et les défaillances des services de sécurité et des décideurs politiques d'Europe occidentale.

La plupart de ces facteurs ont disparu – l'UE n'a signalé que deux tentatives de voyage pour rejoindre des groupes terroristes djihadistes contrecarrés par les États membres l'année dernière – mais d'autres existent toujours. Certaines sont particulièrement évidentes en France, où il y a eu plus de 200 arrestations pour terrorisme jihadiste l'année dernière, la moitié du total en Europe, et 8 000 personnes sont considérées comme menacées de radicalisation.

Un problème majeur, comme partout, reste le rôle pernicieux des médias sociaux. Cela a été clairement démontré dans les enquêtes sur le meurtre de l'enseignant à Conflans. Le tueur adolescent est venu de 60 miles de distance, et sa connaissance des actions de l'enseignant était basée sur des clips trompeurs diffusés par des parents en colère et une mosquée.

Un deuxième est la population carcérale. Beaucoup de personnes détenues pour des infractions extrémistes en France ont des antécédents judiciaires et, après les nombreuses arrestations pour extrémisme au cours de la période 2012-17, de nombreux délinquants les moins graves sont maintenant en voie d'être libérés.

Les responsables français ont identifié l'homme responsable de l'attaque de Nice comme étant Brahim Aouissaoui, un Tunisien de 21 ans récemment arrivé en France en provenance d'Italie, qu'il avait rejoint par bateau fin septembre. Le meurtre de Conflans et l’attaque contre Charlie Hebdo en septembre ont été commis par des immigrants de 18 ans. Abdouallakh Anzorov était un Tchétchène arrivé en France à l'âge de six ans, probablement de Moscou. Ali Hassan a quitté le Pakistan à 15 ans pour être introduit clandestinement en Europe.

Shuja Nawaz, membre du Conseil de l'Atlantique basé à Washington, a déclaré que deux facteurs entraient en collision pour produire de la violence. «Premièrement, les conditions dans les pays d'origine comme le Pakistan qui sont de plus en plus islamisées et anti-occidentales sous l'influence des mollahs et des gouvernements populistes, alors que leurs systèmes éducatifs s'effondrent», a-t-il déclaré. «Deuxièmement, dans les pays occidentaux où les migrants se retrouvent légalement ou illégalement, il y a une ghettoïsation d'immigrants musulmans, qui se tournent vers la religion comme mécanisme de défense et point de ralliement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *