Catégories
Religions et savoir

L'épouse d'un humaniste nigérian détenu plaide pour une «preuve de vie» | Nouvelles du monde

L'épouse d'un éminent humaniste nigérian accusé de blasphème a plaidé pour des informations sur son bien-être à la veille du troisième anniversaire de sa détention.

Mubarak Bala, le président de l'Association humaniste du Nigéria, a été arrêté à son domicile dans l'État de Kaduna le 28 avril et emmené à Kano voisin. Au cours des semaines précédentes, il avait publié sur Facebook des commentaires critiques à l'égard de l'islam qui ont provoqué l'indignation dans la partie profondément religieuse et conservatrice du pays.

Depuis qu’il a été emmené à Kano, on ne sait pas où se trouve Bala et sa santé. Selon des chiffres proches de lui, il s'est vu refuser tout contact avec sa famille et ses avocats.

«Je ne sais pas s’il est mort ou vivant, en prison ou non», a déclaré sa femme, Amina Moubarak. "À ce stade, je ne demande même pas sa libération, je veux juste sa preuve de vie."

Mme Moubarak, qui avait donné naissance à un garçon six semaines avant que son mari ne soit emmené, a déclaré qu'elle avait désespérément supplié les policiers du quartier général de la police de la capitale, Abuja, de l'autoriser à entrer en contact avec son mari. Elle a également demandé une preuve de son bien-être, mais a été refusée sur les deux points.

«C'est insupportable de vivre ce traumatisme psychologique et émotionnel en ce moment. J'ai essayé tout ce que je pouvais », dit-elle.

Un avocat de Bala à Kano a déclaré que le jeune homme de 36 ans était traité de manière particulièrement sévère.

«Je suis préoccupé par le fait que quelqu'un soit détenu au secret alors que ce n'est pas comme s'il avait commis un terrorisme ou un meurtre», a déclaré l'avocat, qui s'est exprimé de manière anonyme en raison des sensibilités entourant l'affaire. «Cela devrait confirmer à tout le monde que le système soutient l'injustice.»

Kano a un double système juridique de la charia et de l'État et Bala a été accusé en vertu de la loi de l'État d'avoir violé une loi sur une infraction religieuse et de cybercriminalité. Des personnalités religieuses de Kano ont fait pression pour que Bala soit puni, faisant craindre qu'il ne soit jugé en vertu de la charia, mais pour l'instant cela ne semble pas s'être produit.

Vendredi, les experts des droits des Nations Unies ont déclaré qu'il y avait eu «un sérieux manque de procédure régulière» dans le traitement de Bala.

"L'arrestation et la détention de M. Bala équivaut à la persécution des non-croyants au Nigéria", indique un communiqué. «Nous sommes également gravement préoccupés par la sécurité de M. Bala pendant sa détention, à la lumière des menaces de mort contre lui, et nous craignons en outre qu’il ne soit soumis à la torture… ou à des sanctions en raison de ses croyances athées.»

Les experts ont également noté que «la petite communauté de personnes non religieuses ou non croyantes au Nigéria est constamment confrontée au harcèlement, à la discrimination, à la persécution et à des tabous sociaux prohibitifs».

La critique franche de Bala de la religion et de l’islam au Nigéria a touché un point sensible dans le nord à majorité musulmane, où la dissidence ouverte et religieuse est rare. Fils d'un érudit islamique réputé, il a renoncé à l'islam en 2014 et a été interné de force dans un établissement psychiatrique par sa famille à Kano pendant 18 jours avant d'être libéré.

Leo Igwe, un autre humaniste nigérian et militant des droits, a déclaré que Bala avait favorisé une communauté pour des milliers d'athées nigérians et que son arrestation menaçait leurs libertés. «Il est clair qu'ils veulent le faire disparaître pour faire taire ces croyances», a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *