Catégories
Religions et savoir

Le racisme est une maladie du cœur et d'autres épiphanies dans un voyage vers l'antiracisme

Je pensais que je n'étais pas raciste. J'ai grandi au Soudan et l'humanité de mes amis et voisins était quelque chose que je tenais pour acquis. Muhammadain m'a appris à conduire, Mme Bashary était une enseignante bien-aimée et les jumeaux d'à côté étaient Safiya et Summaiya bavardes, qui partageaient mes secrets et dont la mère avait une odeur céleste. La race était une conversation américaine à laquelle j'ai été initiée après mon arrivée aux États-Unis. J'ai compté mes bénédictions et j'ai pensé, et si j'étais élevé en Indo-Pakistan et si je n'avais pas été élevé avec des gens à la peau noire? Les aurais-je vus de la même manière que de nombreux Sud-Asiatiques?

Je pensais que j'allais bien. J'étais bien lu, formé.

Je pensais que je n'étais pas raciste, mais nous avons tous des préjugés internes qui se manifestent. Admettre cela est impératif pour aller de l'avant.

Soutenez MuslimMatters pour seulement 2 $ par mois

MuslimMatters est un service gratuit à la communauté depuis 2007. Tout ce qu'il faut, c'est un petit cadeau d'un lecteur comme vous pour nous faire avancer, pour seulement 2 $ / mois.

Le Prophète (SAW) nous a appris que les meilleures actions sont celles qui sont faites de manière cohérente, même si elles sont petites.
Cliquez ici pour soutenir MuslimMatters avec un don mensuel de 2 $ par mois. Réglez-le et collectez les bénédictions d'Allah (swt) pour le khayr que vous soutenez sans y penser.

Il y a quelques années, j'ai écrit un article de presse pour un journal local sur un groupe de jeunes principalement d'Asie du Sud qui livrait des repas du Ramadan au masajid du centre-ville. Mon ton m'a paru très «sauveur desi», même si je n'ai pas consciemment tenté de l'écrire de cette façon. Les jeunes ne sont pas restés pour rompre leur jeûne avec la communauté, je n'ai pas commenté ce comportement et couvert les mosquées délabrées et je n'ai pas accordé la même attention à la mosquée organisée et bien gérée dans le centre de la ville. Les anciens noirs de Baltimore m'ont vérifié et j'ai essayé de l'expliquer jusqu'à ce que je réalise que je devais arrêter. Ils n'étaient pas trop sensibles; je était trop sensible. J'étais aussi partiale que n'importe qui d'autre – ma perspective était influencée par mes propres expériences et ma position privilégiée.

J'ai été vérifié plusieurs fois depuis. Ma sœur, Romana Muhammad, m'a vérifié quand J'ai écrit un article dans lequel j'ai cité une femme d'un projet de logement que j'avais interviewé, mot pour mot. "E tu brute?" dit sœur Romana, en attendant mieux de moi. Je pensais relayer une langue vernaculaire authentique. Mais j'avais fixé la grammaire de nombreux chefs d'immigrants que j'avais interviewés; pourquoi n'ai-je pas corrigé sa citation?

Ce sont des moments où vos intentions importent moins que les effets de ce que vous dites, écrivez ou faites. Dans ces exemples, je perpétuais des stéréotypes sur les musulmans noirs, qui peuvent causer de réels dommages.

Les gens sympas peuvent faire et dire des choses racistes.

Si quelqu'un souligne que quelque chose que vous avez dit ou fait est un acte de racisme et que vous le considérez comme une attaque personnelle contre votre personnage, vous faites la situation tout autour de vous – pas une vue d'ensemble de la façon dont nous pouvons tous prendre la responsabilité de notre propre rôle dans la suprématie blanche. De très bonnes personnes peuvent le faire. Des gens vraiment sympas peuvent faire ça.

Je savais que je devais travailler sur moi-même.

Ma chère famille non noire,

Nous devons avoir une conversation difficile. Nous avons fait un petit pas en avant, mais nous sommes loin de là où nous devons être pour apprendre à ne pas être raciste.

Beaucoup d'entre nous viennent de pays colonisés où nos parents et grands-parents ont été contraints de se haïr pour leur propre identité – nous portons ce bagage avec nous. Nous avons des sentiments négatifs sur nous-mêmes, nos langues, nos traditions, notre culture. C'est ce qu'on appelle le racisme intériorisé. On nous apprend à valoriser la culture et les valeurs blanches par rapport à la nôtre par le biais de la télévision, des films, etc. À tel point que lorsqu'on nous dit Musa 'alayhi'l-salām (que la paix soit sur lui) était un homme noir nous haletons, comme si on entendait un blasphème. Nous devons nous analyser et apprendre à filtrer cela avant de réagir aux gens et au monde qui nous entoure.

«Et parmi ses merveilles, il y a la création des cieux et de la terre, et la diversité de vos langues et de vos couleurs. Car en cela, voici, il y a effectivement des messages pour tous ceux qui possèdent une connaissance innée! » (Coran 30:22).

Nous devons admettre que, très souvent, nous aspirons à la blancheur – peut-être parce que c'est là que se trouvent le pouvoir et la richesse – bien des fois au sujet de la piété, même au sujet de faire la bonne chose. Qu'est-ce que cela signifie pour ceux d'entre nous qui vivent en Occident? Nous nous déplaçons dans les quartiers blancs aussi vite que possible, aussi loin que possible des Noirs. Nous choisissons les écoles blanches et étiquetons les zones noires comme étant mauvaises.

Nous roucoulons sur les bébés à la peau claire, blanchissons notre peau et rejetons l'idée de nous marier dans des familles noires comme s'il s'agissait d'un acte haram. La blancheur est une norme. À tel point que nous cessons même parfois de traiter les Noirs comme des humains.

C'est un comportement appris et nous pouvons le désapprendre. Si nous avons été mal éduqués, nous pouvons nous éduquer.

Course

Ce qui est intéressant, c'est que de nombreux chercheurs qui étudient la race croient que la race est une construction sociale sans fondement biologique vrai ou absolu. "Américains d'origine européenne race inventée à l'époque de la Révolution américaine comme moyen de résoudre la contradiction entre un droit naturel à la liberté et le fait de l'esclavage », explique l'historienne Barbara J. Fields dans la série PBS Race: Le pouvoir d'une illusion.

Beaucoup d’entre nous ne savent pas que le mot «blanc» aux États-Unis a plus à voir avec la réglementation du mariage, des droits de propriété, de la citoyenneté et du vote qu’avec le véritable ascendance. Les Mexicains étaient considérés comme blancs jusqu'aux années 1930. Historiquement, de nombreuses personnes de couleur de peau différente ont été placées dans la catégorie «blanc».

Du racisme à l'antiracisme

Selon le Dr Anneliese A. Singh, dans son livre sur la guérison raciale, le terme «antiraciste» fait référence aux personnes «qui cherchent activement non seulement à élever leur conscience de la race et du racisme, mais aussi à prendre des mesures lorsqu'elles constatent des inégalités de pouvoir racial dans la vie de tous les jours." Être un antiraciste est très différent d'être simplement «non-raciste», écrit Black antiracist Marlon James.

Le Dr Singh nous exhorte également à garder à l'esprit que nous avons intériorisé les notions suprémacistes blanches sur notre propre race et les autres, nous devons donc garder un œil sur la façon dont ces attitudes intériorisées se manifestent et nous empêchent de nous unir avec d'autres personnes de couleur groupes.

Commencez votre éducation sur le racisme

Le racisme se produit entre les individus, au niveau interpersonnel, et est ancré dans les organisations, les institutions et les pays à travers leurs politiques, procédures et pratiques.

Racisme interpersonnel

Le messager d'Allah ṣallallāhu 'alayhi wa sallam (que la paix et les bénédictions d'Allah soient sur lui) m'a dit: Vos lignées ne vous rendent pas supérieur à quiconque. Vous êtes tous fils d'Adam. Personne n'a de supériorité sur un autre, sauf dans la piété et la conscience. Il est assez dommage que quelqu'un soit méchant, mauvais ou avare. "

En tant que musulmans, la lutte contre le racisme interpersonnel nous incombe. Beaucoup de gens disent qu'ils ne voient pas la couleur, mais Allah nous demande dans le Coran, «Ne voyez-vous pas qu'Allah fait descendre la pluie du ciel? Avec elle, nous sortons ensuite des produits de différentes couleurs. Et dans les montagnes, il y a des zones blanches et rouges, de différentes nuances de couleur et de noir intense en teinte. Et ainsi parmi les hommes, les créatures rampantes et le bétail – ils sont de différentes couleurs. Ceux qui craignent vraiment Allah, parmi Ses serviteurs, qui ont la connaissance. Car Allah est Exalté en puissance, Pardonneur »(Coran 35: 27-28).

En tant que peuple de «couleur» et minoritaire, nous ne voulons pas que les gens nous regardent daltonien, est-ce que nous? Nous avons tous des histoires vibrantes et belles, certaines remplies de douleur du colonialisme et du néocolonialisme. Lorsque nous ne voulons pas cela pour nous-mêmes, alors pourquoi adoptons-nous l'approche «daltonien» de nos frères et sœurs noirs? Nous ne pouvons pas effacer leurs histoires.

Lorsque vous vous trouvez dans une situation où vous savez que le racisme est la cause du rejet d’une proposition de mariage ou de la non-offre d’un emploi à quelqu'un, alors, pour l'amour d'Allah, parlez. Exprimez-vous lorsque vous entendez des gens utiliser une injure désobligeante, même par plaisanterie. Cela vous incombe.

Combien de fois échouons-nous à parler lorsque le racisme se produit parce que nous ne voulons pas attirer l'attention sur nous-mêmes?. C’est notre travail de l’appeler quand cela se produit, même s’il est inconfortable. Nous avons dû avoir ces conversations difficiles avec nos familles. Vous ne «ruinez» pas une occasion autrement pacifique – ils la ruinent en étant raciste.

Vous avez la vérité avec vous et c'est tellement puissant. Sīdī Aḥmad Zarrūq a déclaré que «la vérité a le pouvoir de pénétrer le cœur des gens, y compris ceux dont le cœur a un sceau. L'humanité a le droit d'avoir parmi nous des témoins de la vérité, ceux qui sont prêts à défendre la vérité, peu importe qu'elle soit impopulaire. » Nous sommes tous des créations d'Allah.

Racisme structurel

Le racisme systémique comprend des politiques et des pratiques ancrées dans des institutions établies, qui entraînent l'exclusion ou la promotion de certains groupes.

Beaucoup d'entre nous qui vivent aux États-Unis doivent étudier la vie de Al Hajj Malik Shabazz (Malcolm X), si ce n'est pas déjà fait. Il était Allah subḥānahu wa ta'āla (glorifié et exalté soit-il) bénédiction à cette nation pour une raison: pour guérir le cancer du racisme, avant que sa vie ne lui soit arrachée. Il a écrit dans sa chronique dans la Gazette Eygptienne, «Racisme: le cancer qui détruit l'Amérique», le 25 août 1964. «L'objectif commun de 22 millions d'Afro-Américains est le respect en tant qu'êtres humains, le droit donné par Dieu d'être un être humain. Notre objectif commun est d'obtenir les droits de l'homme que l'Amérique nous refuse. Nous ne pourrons jamais obtenir de droits civils en Amérique tant que nos droits humains ne seront pas rétablis. Nous n'y serons jamais reconnus comme citoyens tant que nous ne serons pas reconnus comme humains. »

Si vous ne comprenez pas pourquoi les gens protestent en ce moment avec tant de colère, lisez Le nouveau Jim Crow par Michelle Alexander, qui montre comment le système de justice pénale perpétue l'oppression raciste, ou Cornel West’s Race Matters, ou regardez le 13e par Ava DuVernay.

Je me souviens de ma première visite à Washington DC et témoin de la pauvreté abjecte sous l'ombre du Capitole de la nation la plus puissante du monde. Rien n'avait de sens. Aventurez-vous dans certaines parties de la ville de Baltimore avec une forte présence de la police et l'état des écoles, des terrains de jeux et des bâtiments vides soulignent à nouveau le peu de ressources canalisées dans certaines zones.

Alors j'ai lu politique du logement et département des transports, politiques de lutte contre la drogue, politiques de recours à la force détruire les quartiers noirs. Je suis éduqué tous les jours.

J'ai appris les politiques vicieuses qui ont forcé certains pères noirs à quitter leur famille d'Ustadha Zakia Amin, l'épouse de l'imam Hassan Amin et cofondateur des services sociaux musulmans. Elle a raconté des histoires des années 60, lorsque l'aide gouvernementale n'était accordée qu'aux femmes célibataires et que le ministère des Services sociaux effectuait une descente de paniers à linge à l'intérieur des maisons pour s'assurer qu'aucun homme ne vivait dans la maison. De nombreux pères qui ne trouvaient pas d'emploi dans leurs quartiers détruits ont dû quitter leurs familles car ils devaient faire face au choix difficile de voir leurs enfants mourir de faim ou de vivre avec eux. Combien de pères noirs sont emprisonnés pour des délits mineurs alors que les hommes blancs s'en tirent avec des crimes bien pires?

Rappelez-vous ceci, la prochaine fois que les gens parleront de familles noires brisées, ce qui est un stéréotype tellement grossier.

Comprendre la race et la blancheur

Il était important d'étudier et de lire sur la blancheur. «Le racisme est basé sur le concept de la blancheur – une fiction puissante imposée par le pouvoir et la violence», écrit Paul Kivel dans Uprooting Racism, «la blancheur est une frontière en constante évolution séparant ceux qui ont le droit d'avoir certains privilèges de ceux dont l'exploitation et la vulnérabilité à la violence est justifiée par le fait qu'ils ne sont pas blancs. »

Pendant mes études à la Nouvelle-Orléans, mon colocataire blanc a partagé qu'il y avait un côté blanc du lac Ponchatrian et un côté noir et que je ne devais pas aller du côté noir. Ce fut un moment déterminant et très troublant pour moi dans une ville superbement divisée. Je n'y avais aucune place en tant qu'étudiant international sud-asiatique sombre. «Hena, tu es blanche», dit-elle d'une voix traînante. Je ne le suis certainement pas. Mais sa façon de penser binaire m'a fait reprendre la lecture. Le philosophe américain, le Dr Cornel West a tout expliqué dans son livre Race Matters de 1994, «Pourtant, l'esclavage des Africains – plus de 20% de la population – a servi de pilier de la démocratie américaine; c'est-à-dire que la stabilité et la continuité tant annoncées de la démocratie américaine étaient fondées sur l'oppression et la dégradation des Noirs. Sans la présence de Noirs en Amérique, les Européens-Américains ne seraient pas «blancs» – ils ne seraient que des Irlandais, des Italiens, des Polonais, des Gallois et d'autres engagés dans des luttes de classe, ethniques et de genre sur les ressources et l'identité. Ce qui a rendu l'Amérique distinctement américaine pour eux n'était pas simplement la présence d'opportunités sans précédent, mais la lutte pour saisir ces opportunités dans une nouvelle terre où l'esclavage noir et la caste raciale servaient de plancher sur lequel les luttes de classe blanche, ethniques et de genre pouvaient être diffusé et détourné. En d'autres termes, la pauvreté des Blancs pourrait être ignorée et la paranoïa des Blancs les uns des autres pourrait être négligée principalement en raison de la caractéristique américaine distincte: la division raciale fondamentale des peuples noirs et blancs. De 1776 à 1964… cette fracture raciale servirait de présupposé de base pour le fonctionnement étendu de la démocratie américaine, même si la concentration de la richesse et du pouvoir restait entre les mains d'un petit nombre d'hommes blancs aisés. » J'ai réalisé à quel point mes livres d'histoire américains avaient été blanchis à la chaux.

Il existe de nombreuses publications que vous pouvez étudier sur la blancheur, notamment par W.E.B. Du Bois, James Baldwin et Ralph Ellison. Dans son essai de 1984, James Baldwin a fourni une excellente description de la nature de la blancheur aux États-Unis en tant que construction sociale. Écrit sur la façon dont les immigrants européens dans ce pays (irlandais, allemands, italiens, juifs, français, polonais, etc.) ont commencé à se définir comme blancs – parfois pas par choix et parfois par choix afin d'obtenir des privilèges – il explique comment cette nouvelle façon de penser et cette nouvelle catégorie ont changé la mentalité des immigrés: «Parce qu'ils se croient blancs, ils ne peuvent se laisser tourmenter par la suspicion que tous les hommes sont frères». En conclusion, il écrit: «Cependant -! Les Blancs sont, absolument, un choix moral (car il n'y a pas de Blancs), la crise de leadership pour ceux d'entre nous dont l'identité a été forgée ou marquée, car les Noirs n'ont rien de nouveau. »

Le livre de Michelle Alexander, Le nouveau Jim Crow: l'incarcération de masse à l'ère de la daltonisme, est une lecture essentielle car elle explique pour les prisons à but lucratif, comment les communautés noires sont punies de peines de prison plus sévères pour des délits mineurs et le «système de castes» comme elle l'appelle. «Le génie du système de castes actuel, et ce qui le distingue le plus de ses prédécesseurs, c'est qu'il semble volontaire. Les gens choisissent de commettre des délits, et c'est pourquoi ils sont enfermés ou exclus, nous dit-on. Cette caractéristique rend la politique de responsabilité particulièrement tentante, car il semble que le système puisse être évité avec un bon comportement. Mais c'est là que réside le piège. Tout le monde fait des erreurs. Nous sommes tous des pécheurs. Nous sommes tous des criminels. Nous violons tous la loi à un moment donné de notre vie. En fait, si la pire chose que vous ayez jamais faite est d'accélérer de dix miles au-dessus de la limite de vitesse sur l'autoroute, vous vous êtes mis, ainsi que les autres, plus à risque que quelqu'un qui fume de la marijuana dans l'intimité de son salon. Pourtant, il y a des personnes aux États-Unis qui purgent des peines à perpétuité pour des infractions liées à la drogue pour la première fois, ce qui est pratiquement inconnu ailleurs dans le monde. »

Racisme dans les communautés musulmanes

Il existe de nombreux articles sur Muslimmatters à ce sujet. Ici, ici, ici, ici et ici, et surtout par Umm Zakiyyah. Lisez-les avec un cœur ouvert, prêt à vous purifier et à purifier votre communauté.

Je me suis souvent tenu sur le port d'Annapolis, où ils accostaient des navires négriers. Il y a un mémorial à Kunta Kente. Nous ne savons pas ni n'enseignons à nos enfants Les musulmans ont été sur ce sol depuis le moment où ils ont été amenés sur des navires négriers d'Afrique, ou même avant cela lorsque les Maures ont voyagé sur des navires espagnols. Ce faisant, nous effaçons l'histoire et justifions pourquoi la lutte des Noirs n'est pas un problème «musulman». J'invite les gens à visiter le musée du patrimoine islamique américain à Washington DC, dirigé par le frère Amir Muhammad avec leur famille, puis à passer la journée au musée d'histoire afro-américaine.

Un autre segment du livre d'Alexander, The New Jim Crow, est un aha moment, en particulier en ce qui concerne la communauté musulmane. Elle écrit que lorsque nous pensons au racisme «nous pensons au gouverneur Wallace de l'Alabama qui bloque la porte de l'école; nous pensons aux tuyaux d'eau, aux lynchages, aux épithètes raciales et aux signes «blancs seulement». Ces images permettent d'oublier facilement que de nombreux blancs merveilleux et généreux, généreux envers les autres, respectueux de leurs voisins et même gentils avec leurs femmes de chambre, jardiniers ou cireurs de chaussures – et leur souhaitant bonne chance – sont néanmoins allés aux urnes et voté pour la ségrégation raciale… Notre compréhension du racisme est donc façonnée par les expressions les plus extrêmes du fanatisme individuel, et non par la manière dont il fonctionne naturellement, presque de manière invisible (et parfois avec une intention véritablement bénigne), lorsqu'il est ancré dans la structure de un système social. "

Lorsque vous comprenez cela, vous comprenez que nous faisons de même dans les communautés musulmanes. Ce n'est pas parce que nous n'interdisons pas activement les Noirs de la mosquée ou leur faire du mal physiquement que nous ne votons pas consciemment ou inconsciemment pour eux pour des postes au conseil d'administration ou ne les invitons pas à parler lors de nos événements, ne pas faire de dons à leurs causes . Lorsque nous faisons cela, nous maintenons des structures de pouvoir similaires dans nos propres institutions.

De nombreux musulmans non noirs, en particulier les immigrants, achètent modèle mythe minoritaire – crochet, ligne et plomb. Nous avons été autorisés à venir aux États-Unis en raison des sacrifices que les Noirs ont faits dans le mouvement des droits civiques.

Il y a près de 60 ans, fnos étudiants afro-américains se sont assis à un comptoir-déjeuner séparé de Woolworth à Greensboro, en Caroline du Nord et a commencé un mouvement qui a conduit au passage de la Loi sur les droits civils de 1964 et Loi sur le droit de vote de 1965. Le Congrès a ensuite adopté la ImmLoi sur l'immigration et la nationalité de 1965, abolissant le système de quotas d'immigration fondé sur la race et le remplaçant par un système qui privilégie les réfugiés, les personnes ayant des compétences particulières et celles dont les membres de la famille vivent aux États-Unis. Il interdit également la discrimination dans la délivrance de visas d'immigrant sur la base de la race, du sexe, de la nationalité, du lieu de naissance ou du lieu de résidence.

La plupart d'entre nous ou nos parents ont été autorisés à venir parce que nous étions très instruits. Nous ne voyons pas les inégalités ou n’apprenons pas l’histoire, et nous blâmons les Noirs de ne pas travailler dur, après tout, nous l’avons fait, alors pourquoi pas eux? Ce point de vue ne tient pas compte de la déshumanisation systématique à laquelle les Noirs ont été confrontés pendant l'esclavage et auxquels ils sont toujours confrontés aujourd'hui.

"C'est du monde invisible que le monde phénoménal émerge, et c'est du royaume invisible de nos cœurs que toutes les actions jaillissent", écrit Shaykh Hamza. Les communautés et institutions musulmanes dirigées par des non-Noirs (nous oublions souvent que jusqu'à un quart de notre communauté est noire) doivent réfléchir à cet état spirituel communautaire extrêmement important. Le célèbre militant des droits civiques Martin Luther King, Jr. a déclaré que pour que les gens condamnent l'injustice, ils devaient passer par quatre étapes. La première étape est que les gens doivent s'assurer que des injustices sont effectivement perpétrées. Dans son cas, c'était une injustice contre les Afro-Américains aux États-Unis. La deuxième étape consiste à négocier, c'est-à-dire à approcher l'oppresseur et à demander justice. Si l'oppresseur refuse, King a déclaré que la troisième étape est l'auto-purification, qui commence par la question: «Sommes-nous nous-mêmes des malfaiteurs? Sommes-nous nous-mêmes des oppresseurs? La quatrième étape consiste donc à prendre des mesures après un véritable auto-examen, après avoir éliminé ses propres torts avant de demander justice aux autres. (Purification du cœur)

Nous traversons une période où nous sommes confrontés à des administrations ouvertement anti-musulmanes dans de nombreux pays occidentaux. La communauté musulmane doit examiner nos torts collectifs et le racisme (à la fois personnel et structurel) est une faute commise dans nos communautés.

Combien de fois échouons-nous à parler lorsque des événements racistes se produisent parce que nous ne voulons pas attirer l'attention sur nous-mêmes.

L'auto-réflexion est une partie cruciale du voyage

Le prophète ṣallallāhu 'alayhi wa sallam (que la paix et les bénédictions d'Allah soient sur lui) nous a avertis encore et encore: "Rapporté Uqbah Bin Aamir: Le Messager d'Allah ṣallallāhu 'alayhi wa sallam (que la paix et les bénédictions d'Allah soient sur lui) m'a dit: Vos lignées ne vous rendent pas supérieur à quiconque. Vous êtes tous fils d'Adam. Personne n'a de supériorité sur un autre, sauf dans la piété et la conscience. C'est une honte suffisante pour que quelqu'un soit grossier, mauvais ou avare. »

Le racisme est une maladie du cœur

Allah subḥānahu wa ta'āla (glorifié et exalté soit-il) n’a pas créé de disparité raciale, la société l’a fait, mais cela ne signifie pas que cela n’affecte pas la façon dont nous vivons dans ce monde.

Je crois que le racisme est un péché. Personne ne peut me dire qu’ils ne pèchent jamais. Personne ne peut dire qu'il n'est pas un menteur. Vous ne mentez peut-être pas aujourd'hui, mais vous pourriez mentir demain. Vous pouvez essayer de ne jamais faire de gheebah, mais vous pourriez glisser demain. C'est un péché que nous luttons contre nos nafs. Nous essayons de ne pas le faire mais nous reconnaissons que nous sommes faibles et que nous pouvons tomber. Nous acceptons notre erreur et apprenons d'elle et promettons à Allah subḥānahu wa ta'āla (glorifié et exalté soit-il) ne pas recommencer. Nous nous excusons auprès de la personne que nous avons blessée et essayons d'être meilleurs. C'est aussi simple que ça.

Le racisme est une maladie du cœur. Mufti Menk m'a appris cela. Vous pensez que vous êtes meilleur qu'une autre personne, ce qui est directement contraire aux ordres du Coran.

Le cœur peut être purifié. J'ai appris cela d'un beau livre, Purification du cœur, il y a de nombreuses années. Sh Hamza écrit que «Purifier le cœur est un processus. Tout d'abord, il faut comprendre la nécessité d'avoir la courtoisie avec Dieu et l'importance de remplir ses exigences, comme indiqué ci-dessus. Deuxièmement, il faut être conscient des maladies du cœur – conscient de leur existence, de leurs maux et des complications et troubles délétères qui en découlent, et reconnaître que ces maladies empêchent d'atteindre cette courtoisie. »

Racisme de la langue

Soyez prudent avec votre langue. Des mots comme Abeed (qui signifie littéralement esclave) et Ka $% u ne sont pas que des mots. Ils portent du poison pour vous et les gens à qui vous les dites. Si vous avez l'habitude de dire le mot N, faites particulièrement attention à la section taubah et faites-vous guérir.

Ce sont des enseignements prophétiques: "Abu Malik al-Ash’ari a raconté le Messager d'Allah ṣallallāhu 'alayhi wa sallam (que la paix et les bénédictions d'Allah soient sur lui) qui a dit: Parmi mon peuple, il y a quatre caractéristiques appartenir à époque préislamique de l'ignorance qu'ils n'abandonnent pas: vantant un rang élevé, vilipendant les généalogies d'autres peuples, cherchant la pluie par les étoiles et les murs (Sahih Muslim, # 934).

Assurez-vous donc de ne pas dire un mot sur une personne en fonction de sa race ou de la couleur de sa peau.

"Celui qui avilit les autres se rabaisse."James Baldwin, Le feu la prochaine fois

Comment faire du Taubah et effacer la maladie

L'Imam Ali aurait déclaré que la langue est l'interprète du cœur. Nous devons purifier nos cœurs pour parfaire notre relation avec Dieu.

Allah nous ordonne d'être droit dans notre discours, qui est une mesure de l'état du cœur.

Selon une tradition prophétique, chaque matin, lorsque les membres et les organes se réveillent dans le monde spirituel, ils frissonnent et disent à la langue: «Craignez Dieu pour nous! Car si vous êtes debout, alors nous sommes droits; et si vous déviez, nous aussi nous dévions.

S'engager dans le souvenir régulier de Dieu (dhikr) protège la langue et remplace les paroles oiseuses par des mots et des phrases qui en élèvent un en honneur. La langue est essentielle pour développer la courtoisie avec Dieu, qui est tout le point d'existence. »» (Purification du cœur)

Asseyez-vous avec ces sentiments. Cette partie de votre éducation et de votre développement en tant que serviteur d'Allah.

Nous ne pouvons pas contrôler ce que les autres disent et font, mais nous pouvons contrôler ce que nous faisons. «En substance, ce qu'il est interdit de faire est également interdit comme objet de réflexion. Cela comprend la réflexion sur les faiblesses ou les défauts des autres, qu'ils soient présents ou non. Le prophète ṣallallāhu 'alayhi wa sallam (que la paix et les bénédictions d'Allah soient sur lui) dit: "Il y a un arbre au Paradis réservé à celui dont les propres défauts l'ont empêché de considérer les défauts des autres." Passer du temps à penser ou à parler des défauts des autres est stupide. Le temps est court et il vaut mieux investir dans la reconnaissance de ses propres défauts et ensuite travailler de manière cohérente pour les éliminer. »(Purification du cœur)

Un autre hadith déclare: «L'un de vous dira un mot et n'y accordera aucune attention, même s'il entraînera la personne (qui l'a prononcé) dans Hellfire pendant 70 ans.»

Ecoutez

Lorsqu'une personne à la peau foncée vient vers vous et partage sa douleur – par exemple, elle n'a pas été autorisée à donner de l'adhan à la mosquée, même si sa récitation est incroyable. Ou ils ont été dépassés ou appelés en colère pour avoir exprimé leur point de vue, écouter et ne pas essayer de leur expliquer leur propre expérience. They are not ignorant or wrong about their own experiences, nor are they overly sensitive. Just give them some brotherly or sisterly love and hold space for them — which is the process of witnessing and validating someone else’s emotional state without interfering with your own feelings.

I still get confused because there are a variety of voices in the African American/ Black Muslim community and they don’t always agree with each other, but that’s like any community no? Can’t we afford to give them that- the space to differ? We differ all the time. Learn to learn. Listen. Be okay with being checked.

Don’t traumatize Black People

When you start realizing how racist society is and you see it everywhere, at this point resist the urge to share those stories with your Black friends. I do not relay anti-black racist incidents to my Black American or African friends or colleagues. See I can feel angry about the incident and vent. When I share it with you, a non Black person, we will be collectively upset for a while. But then we can move on. We don’t have to live it. That incident will not bring up lived memories of similar experiences that Black people have gone through or go through everyday.

We don’t share the pain of being dehumanized or internalizing that pain, especially from our own brothers and sisters in Islam.

In the same vein, don’t share dehumanizing photographs and videos of death by cops. Black people will stay the same color their entire life, they cannot take off their skins.

The Anti-Racist Grind

Anti-racism work is a continuing pursuit of acknowledging where you are on the spectrum of oppression, which is why I’ve made so many different choices since my  earlier mistakes. Each of us should be striving to be an anti-racist- in word and in action. I urge you to get trained by Muslim AntiRacism Collaborative.

When you start actively becoming an anti-racist then do not make it about yourself. Many people who do this work all day and do not have time or the energy to educate you, to discuss racism that you start seeing it everywhere — once you see the matrix, you can’t unsee it.

My work with RashidunDC and CEPA forces me to witness the reality of these policies. When you work with the families affected by these policies it become so much more personal- you build relationships. I share all this to show you that everyone needs to constantly work on themselves and then do something with what they have learned.

There are a lot of strong figures within Black and Black Muslim communities that lead initiatives, show up and support their leadership. Be comfortable in taking their lead about issues that they are intimately familiar with.

Step out of your bubble. Volunteer for organizations that are doing solid, transformative work. Do work behind the scenes on a consistent basis. Don’t look for gratitude.

…….

We need spiritual remedies and social remedies, we need just policies and breaking the structures that support racism, like police accountability, like abolishing private prisons, dismantling the school to prison pipeline. We need love and we need seeking forgiveness from Allah, from each other.

This is hard, lifelong work. It is a test. It is not a selfie and a rant on social media. Let’s get to work. In the words of W. E. B. Du Bois, “Now is the accepted time, not tomorrow, not some more convenient season. It is today that our best work can be done and not some future day or future year. It is today that we fit ourselves for the greater usefulness of tomorrow. Today is the seed time, now are the hours of work, and tomorrow comes the harvest and the playtime.”

Those of us who have made the journey to this land – a settler colony – and now call it home must reconcile with and love our Black and Native siblings deeply, and adopt their struggles, for the sake of Allah, before we lose our souls to the devil.

It is a lifelong journey- let’s ride together.

with salam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *