Catégories
Religions et savoir

Le point de vue du Guardian sur l'homme fort de l'Inde: dans le déni d'une crise Covid | Inde

Le mois dernier, Narendra Modi, l’homme fort de l’Inde, Premier ministre, a célébré les rites religieux pour consacrer la construction d’un temple hindou sur le site d’une mosquée dont la destruction il ya deux décennies a déclenché des émeutes meurtrières dans tout le pays. La cérémonie a vu M. Modi s'approprier le rôle traditionnellement joué par les rois hindous. «La nation entière est sous le charme de Ram aujourd'hui», a déclaré le Premier ministre à son auditoire. «Par la grâce de Dieu, un chapitre d’or est en cours d’écriture par l’Inde.» Le message selon lequel un avenir radieux doit être divinement béni n'a pas atteint les cieux.

L’Inde se vantait autrefois d’avoir la principale économie à la croissance la plus rapide du monde. Il connaît désormais la crise des coronavirus qui connaît la croissance la plus rapide, avec près de 100000 nouvelles infections signalées chaque jour. Son PIB s'est contracté de près d'un quart. Le pays représente un tiers des nouveaux cas de Covid dans le monde et semble avoir sous-estimé la prévalence de la maladie. La jeunesse de l’Inde contribue à maintenir son taux de mortalité Covid à un faible niveau. Cependant, en chiffres absolus, le nombre de morts de coronavirus dans le pays n'est dépassé que par le Brésil et les États-Unis.

La pandémie n’est pas la faute de M. Modi, mais il est propriétaire de la réponse dysfonctionnelle de son gouvernement. Il a imposé un verrouillage draconien à la fin du mois de mars sans avertissement ni planification. Le Premier ministre a semblé se délecter du drame d'une annonce aux heures de grande écoute et de son message musclé. Mais la fermeture nationale, qui a pris fin en juin, a détruit les moyens de subsistance de millions de personnes. Beaucoup des plus touchés sont assis au bas de l'échelle de la société indienne, qui ont été forcés sans préavis de quitter les villes pour des villages éloignés. Bien que le verrouillage national ait été levé, les versions locales se poursuivent dans de nombreux États.

Une façon de faire face à la crise économique serait de renforcer le système de garantie de l’emploi en Inde. La loi nationale sur la garantie de l'emploi rural (NREGA) est conçue pour offrir à tout citoyen de l'Inde rurale 100 jours de travail avec un salaire minimum (certes bas) fourni par le gouvernement. Le plus grand programme de travaux publics au monde a maintenu à flot la vaste économie rurale de l’Inde après le krach financier mondial de 2008. Pourtant, M. Modi résiste à l'adoption massive du système et à son financement adéquat. Les experts préviennent que le financement de NREGA s’épuisera ce mois-ci. M. Modi semble incapable de concilier son aversion pour un programme (il a été introduit par ses opposants au Congrès) avec son utilité évidente. L'élargissement et l'approfondissement du régime – afin qu'il puisse s'étendre naturellement pour accueillir toute personne qui exige un travail à un salaire décent – fournirait un stimulant fiscal opportun pour maintenir les gens au travail lorsque l'économie urbaine ne peut pas absorber de main-d'œuvre.

La myopie de M. Modi coûtera cher à l’Inde. La deuxième vague Covid du pays pourrait frapper plus fort que la première. Au départ, ses grandes villes, qui possèdent les meilleurs hôpitaux, ont été touchées par le virus. Aujourd'hui, les cas décollent dans les zones rurales, qui disposent de mauvaises installations médicales. Les recettes fiscales ne dépassant pas les niveaux normaux, les gouvernements régionaux ont du mal à fournir plus que des soins ou des secours symboliques. Cette situation a été exacerbée par le refus du gouvernement central d’envoyer aux États l’argent qu’il leur doit. La piste de trésorerie est délibérément obscurcie et M. Modi devrait dire clairement les dépenses de Covid pour dissiper les inquiétudes concernant la corruption.

Plutôt que de reconstruire le tissu social indien, M. Modi veut construire un panoptique. Les critiques de la triste performance de son gouvernement ont déjà été muselés ou enfermés. Une guerre froide avec la Chine souffle dangereusement chaud dans l'Himalaya. Pour étayer son soutien, M. Modi attise le nationalisme hindou. La cérémonie au temple est une manière de susciter l’émotion des supporters fanatiques de M. Modi. Il révèle également les profondeurs de son déni de la crise de Covid en Inde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *