Catégories
Religions et savoir

Le point de vue du Guardian sur l'explosion du Liban: un cabinet démissionne, un système doit disparaître | Éditorial | Opinion

Après une énorme explosion qui a ravagé la ville de Beyrouth, faisant au moins 170 morts et des milliers de blessés, le cabinet libanais a démissionné la semaine dernière. C’était peut-être l’occasion de mettre fin à un triste chapitre de l’histoire du pays. Les manifestants sont dans les rues depuis octobre dernier, en colère contre la corruption officielle, la mauvaise gestion et l'inflation en spirale. Avec la démission massive des politiciens, ce fut sûrement un tournant. Malheureusement, il semble y avoir beaucoup plus de chapitres tristes à endurer cette nation torturée.

La tragédie du Liban aujourd’hui est qu’il est pris entre l’Iran et les États-Unis, une impasse qui a vu les Émirats arabes unis et Israël – anciens ennemis – se rapprocher la semaine dernière. L'Iran soutient le Hezbollah, un parti politique islamiste chiite et un groupe terroriste désigné par les États-Unis, qui est devenu un pilier de l'État libanais en tissant un réseau d'alliances multi-sectaires.

Le «Parti de Dieu» fait partie des gouvernements de coalition libanais depuis plus d'une décennie. C’est aussi l’adversaire le plus puissant d’Israël. Auparavant, le Hezbollah se cachait en arrière-plan, permettant à ses rivaux de diriger le gouvernement mais capables d'intervenir à des moments cruciaux. Lorsque les manifestations ont amené un nouveau gouvernement en janvier, le Hezbollah était fermement aux commandes. Cela signifiait qu’il pouvait être blâmé pour le dysfonctionnement de l’État, qu’il ne peut guère résoudre. Avec les soupçons qu'il a stocké des armes près du site de l'explosion, le groupe soutenu par Téhéran aura du mal à conserver sa domination.

Le système politique libanais basé sur la confession est au cœur de sa gouvernance dysfonctionnelle. Sur la base d’un accord de partage du pouvoir de l’époque coloniale française et renforcé par l’accord de Taif de 1991 qui a mis fin aux 15 années de guerre civile du pays, les sièges au parlement sont répartis proportionnellement entre les 18 groupes religieux du pays. Les emplois du secteur public sont répartis entre les sectes. Ce système aurait dû disparaître au sein du premier parlement après la fin de la guerre civile.

Mais les partis politiques libanais n’ont aucun intérêt à démanteler le système de favoritisme. Ils utilisent les ministères pour distribuer des emplois à leurs disciples. Le système politique libanais repose sur des puissances étrangères, qui soutiennent les mandataires locaux. La Syrie a dirigé le pays, avec l'approbation tacite des États-Unis, jusqu'à son retrait de 2005 – qui a été déclenché par l'assassinat du Premier ministre d'alors Rafic Hariri. Cette semaine, un tribunal soutenu par l'ONU à La Haye doit rendre son verdict sur quatre hommes, liés au Hezbollah, jugés pour son meurtre.

La mort de Hariri aurait dû être l’étincelle d’un changement réel: la réconciliation nationale entre les groupes communaux et, comme l’envisageait les accords de Taif, la création d’un organe parlementaire pour mettre fin à la démocratie «confessionnelle» du Liban. Il faut un processus de réforme. Mais Beyrouth s'accroupit, promulguant une loi qui donne à l'armée des pouvoirs étendus alors que les manifestations font rage.

Les Libanais, qui accueillent 1,5 million de réfugiés syriens, devraient décider de leur gouvernement. Ils sont à juste titre en colère: les pannes de courant, les pénuries alimentaires et la flambée des prix nuisent à leur vie quotidienne. Une aide pour faire face à Covid-19 est nécessaire. Davantage de sanctions américaines seront vaines. De nouvelles élections pourraient aider. Mais le vote effectué avec le système actuel favorise les titulaires.

L'une des revendications des manifestants est, avant toute nouvelle élection, que la loi électorale soit modifiée en une base non sectaire. Cela nécessite que le gouvernement intérimaire actuel cède le pouvoir à un gouvernement plus représentatif. Quelque chose doit céder, et il vaudrait mieux que la rue arabe soit entendue. Comme nous l'avons vu dans la Syrie voisine, un mouvement civil non sectaire peut se transformer en conflits sectaires meurtriers. C'est un chapitre de l'histoire libanaise que personne ne veut écrire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *