Catégories
Religions et savoir

Le point de vue du Guardian sur le traitement réservé par la Chine aux Ouïghours: d’impensable à irréfutable | Ouïghours

Ce qui paraissait autrefois impensable est devenu, en quelques années à peine, irréfutable. Les preuves rassemblées par les universitaires, les journalistes et les militants des violations grotesques des droits de l'homme au Xinjiang ont commencé à toucher le grand public. Jeudi, l'attaquant français et barcelonais Antoine Griezmann a rompu ses liens commerciaux avec le géant chinois de la technologie Huawei, affirmant qu'il y avait de «forts soupçons» qu'il avait contribué à la répression des Ouïghours. Sa déclaration fait suite à un rapport selon lequel Huawei a testé un système de reconnaissance faciale développé par la société d'intelligence artificielle Megvii qui pourrait être utilisé pour identifier les Ouïghours et déclencher une alerte à leur présence. (Huawei a déclaré que ses technologies ne sont pas conçues pour identifier les groupes ethniques.)

En parallèle, une rare fuite d'une liste de prisonniers d'un camp a montré comment un programme gouvernemental de données a ciblé des Ouïghours en vue de leur détention simplement parce qu'ils étaient jeunes, utilisaient des VPN ou parlaient à des parents à l'étranger. Ces histoires offrent une vision vraiment effrayante d’une société de surveillance de haute technologie et démentent les affirmations de la Chine selon lesquelles ses actions au Xinjiang sont axées sur le terrorisme et le séparatisme, et ne traitent pas une population comme intrinsèquement suspecte.

Le gouvernement a d'abord nié l'existence de camps de détention de masse – dans lesquels environ un million de personnes auraient été détenues sans inculpation ni jugement – avant de dire qu'il s'agissait de centres éducatifs destinés à réduire la pauvreté et à prévenir l'extrémisme. Plus récemment, il a déclaré que des personnes avaient été libérées. Mais l'analyse suggère un recours croissant à l'emprisonnement, avec non seulement des individus mais des familles condamnés à de longues peines, et du travail forcé. D'autres Ouïghours vivent sous la surveillance de fonctionnaires envoyés chez eux, ainsi que de caméras de sécurité omniprésentes.

Maintenant, les étrangers font attention. Il y a un an, Heiko Maas, le ministre allemand des Affaires étrangères, a suggéré que les entreprises commençaient à se demander dans quelle mesure leur investissement dans la région était approprié, car «aucune entreprise ne peut ignorer le fait que des centaines de milliers d'Ouïghours sont détenus dans des camps». La National Basketball Association a rompu ses liens avec un centre de formation au Xinjiang cet été. Les exportations de coton de la région, dont on pense qu'elles représentent environ un cinquième de l'offre mondiale, sont également à l'honneur compte tenu des préoccupations croissantes concernant le travail forcé. H&M ne s'approvisionne plus en produits de la région. L'administration Trump a interdit les exportations de coton du XPCC, qui fait partie de l'État chinois et l'un des plus grands producteurs du pays.

Pourtant, lorsque Mesut Özil a parlé du traitement réservé aux Ouïghours l'année dernière, Arsenal a éloigné le club de ses propos. Le mois dernier, Volkswagen a défendu son usine du Xinjiang, affirmant qu'il n'y avait pas de travail forcé là-bas. Et le New York Times a rapporté que des entreprises telles que Nike et Coca-Cola ont pressé le Congrès américain d'édulcorer la loi sur la prévention du travail forcé ouïghour. Les lobbyistes affirment que s'ils s'opposent aux violations des droits humains, ils craignent que la législation stricte ne cause des problèmes imprévus, en partie à cause de l'opacité des chaînes d'approvisionnement chinoises.

Pékin pense que ce qui se passe au Xinjiang n'a rien à voir avec les étrangers. Mais la puissance économique de la Chine a fait de ses affaires l’affaire de tous. Bien que les responsables montrent des signes de malaise face à la pression occidentale, les moyens économiques ont leurs limites: la Chine a de nombreux marchés d'exportation et les dirigeants considèrent son autorité politique comme beaucoup plus critique que n'importe quel registre des ventes. Que l'Occident puisse ou non freiner ces horreurs, il ne doit pas en profiter ni encourager ceux qui le font. Les entreprises devraient, comme M. Griezmann, se tourner vers leur conscience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *