Catégories
Religions et savoir

Le point de vue du Guardian sur la Chine et les Ouïghours: l’affaire de tous | Ouïghours

Il a fallu trop d’horreurs, mais le monde tient enfin compte du traitement réservé par la Chine aux Ouïghours. Des images satellites des camps de détention et des demandes d’achat de clubs à pointes ont été complétées par des fuites de documents internes avertissant de «ne permettre aucune évasion» et par des témoignages de plus en plus nombreux de parents et d’anciens détenus dont le désespoir a surmonté leur crainte de représailles pour avoir pris la parole.

Ce qui, autrefois, semblait lointain et opaque à ceux des autres pays est devenu beaucoup plus immédiat. La répression à Hong Kong, qui se déroule sous l’œil du public, a mis en évidence la cruauté de la réponse du parti communiste aux défis perçus. Les informations faisant état de l'utilisation forcée des DIU, de la stérilisation et de l'avortement suggèrent une campagne pour réduire les taux de natalité parmi les Ouïghours et d'autres minorités, ce que certains experts ont qualifié de «génocide démographique». La semaine dernière, une coalition de groupes de défense des droits a averti que la quasi-totalité de l’industrie de la mode était complice d’abus, en raison du recours au travail forcé dans la gigantesque industrie cotonnière du Xinjiang. Il est plus difficile de tourner le dos aux personnes qui ont fait la chemise dessus.

On estime qu'un million ou plus d'Ouïghours et d'autres musulmans turcs ont été détenus dans les camps pour les expressions les plus modérées de croyance religieuse, pour avoir des parents à l'étranger ou même pour ne pas payer les factures. D'anciens détenus décrivent un endoctrinement politique et des abus allant de l'obligation de manger du porc au viol et à la torture. Bien que certains aient été libérés, d'autres ont été condamnés à de longues peines de prison ou transférés dans des usines pour travaux forcés. Ceux qui sont à l'extérieur vivent dans un goulag numérique, sous une surveillance technologique et humaine implacable. La Chine, qui a nié au départ l’existence des camps, dit maintenant qu’il s’agit de centres de formation professionnelle pour rééduquer les personnes «infectées» par l’extrémisme et le terrorisme – une campagne de déradicalisation nécessaire après de violentes attaques. Pourtant, son approche dans la région revient à traiter les Ouïghours et leur mode de vie comme fondamentalement suspects. Presque toutes les expressions de la culture ouïghoure, le chant et la danse de bar, sont considérées comme menaçantes – et doivent donc être éradiquées.

Les États-Unis ont déjà mis sur liste noire les entreprises et les institutions qui, selon eux, sont impliquées dans des violations des droits de l'homme dans la région. Mais bien que Donald Trump ait maintenant signé une loi appelant à des sanctions contre les responsables responsables de la violation, il aurait déclaré à Xi Jinping que les camps de détention étaient «exactement la bonne chose à faire». Pendant ce temps, les républicains bellicistes expriment un intérêt jusqu'ici non détecté pour les droits religieux des musulmans. Le cynisme de l’administration n’est pas une excuse pour que d’autres éludent le problème. Au contraire: c'est une raison de plus pour démontrer la profondeur et l'ampleur de l'opposition aux violations scandaleuses des droits de l'homme.

La Grande-Bretagne et la France ont intensifié leurs critiques. Le Royaume-Uni a maintenant la possibilité d'utiliser la nouvelle loi de type Magnitsky pour cibler les fonctionnaires responsables de crimes au Xinjiang. Mais la Chine a trop longtemps été en mesure de jouer les pays les uns contre les autres. L'Union européenne doit faire plus. António Guterres, le secrétaire général des Nations Unies, devrait faire pression publiquement sur la Chine pour permettre à son chef des droits d'accéder à la région. Les pays musulmans restent terriblement silencieux.

Des pressions devraient également être exercées sur les entreprises qui font des affaires dans la région. La coalition qui a lancé l’avertissement de la semaine dernière sur l’industrie de la mode exhorte les gouvernements à renforcer les lois interdisant le commerce des biens produits par le travail forcé et à exiger une diligence raisonnable en matière de droits de l’homme dans les chaînes d’approvisionnement. Mais les consommateurs peuvent aussi jouer leur rôle. Les avocats britanniques ont fait valoir que la communauté internationale est légalement tenue de prendre des mesures concernant ce qui se passe au Xinjiang. Le cas moral n'a pas besoin de débat. Les Ouïghours ne peuvent plus attendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *