Catégories
Religions et savoir

Le Disenfranc (e) hisement des musulmans et pourquoi nous devons rester concentrés

La poursuite de la justice est une valeur islamique fondamentale. Un des rôles importants qu'Allah, l'Exalté, assigné à Ses messagers est la tâche d'établir la justice parmi le peuple. Allah, le Tout-Puissant, a souligné l'importance de la justice quand Il s'est interdit l'oppression et l'a déclarée interdite parmi nous les humains. Allah est le Seigneur de toute justice et équité. Dans son équité, il nous commande de ne pas laisser notre colère ou notre haine envers un groupe nous conduire à l'injustice contre eux. «Soyez juste», ordonne-t-il, «c'est plus proche de la justice.»

Allah, le Très-Haut, nous ordonne d'être des témoins de justice, même contre nous-mêmes. Le concept de «même contre nous-mêmes» est un appel ouvert à tous les croyants à se montrer à la hauteur de l'occasion, en particulier là où nous constatons une oppression systémique ou structurelle. Dans la plupart de ces cas, l'oppression est menée en notre nom, généralement par notre gouvernement élu.

L’accent mis par Allah sur la justice conduit de nombreux musulmans à craindre que s’ils votent pour un président qui transgresse contre un autre pays, la faute incombe à tous ceux qui ont voté pour lui. Cette peur paralyse l'engagement musulman dans le système politique américain. Examinons les circonstances de la responsabilité dans de tels cas.

Soutenez MuslimMatters pour seulement 2 $ par mois

MuslimMatters est un service gratuit à la communauté depuis 2007. Il suffit d'un petit cadeau d'un lecteur comme vous pour nous permettre de continuer, pour seulement 2 $ / mois.

Le Prophète (SAW) nous a enseigné que les meilleures actions sont celles qui sont faites de manière cohérente, même si elles sont petites.
Cliquez ici pour soutenir MuslimMatters avec un don mensuel de 2 $ par mois. Réglez-le et collectez les bénédictions d'Allah (swt) pour le khayr que vous soutenez sans y penser.

Pour être clair, les gouvernements actuels de presque tous les pays de la planète, y compris les pays dits musulmans, opèrent avec corruption et oppression. Prenant l’Égypte comme exemple, la politique intérieure du gouvernement a conduit à la mort et à l’emprisonnement injustes de milliers de citoyens égyptiens, et leur politique étrangère permet de perpétuer la destruction de Gaza. Cela n'oblige cependant pas le citoyen musulman égyptien moyen à rejeter toute relation avec la nation égyptienne. La question se pose alors: dans quelle mesure le musulman est-il responsable des actions de son gouvernement? De même, lorsque le gouvernement américain agit avec injustice chez lui et à l'étranger, dans quelle mesure le musulman américain est-il responsable des actions de son gouvernement? Lorsque le citoyen moyen n'est pas consulté avant l'exécution des opérations militaires, dans quelle mesure en sommes-nous tenus responsables?

Messager d’Allah nous a fourni une approche équilibrée pour lutter contre l'injustice qui nous entoure. Abu Saʿīd al-Khudri raconte qu'il a entendu le Prophète dire,

«Quiconque voit le mal devrait le changer de sa main; et s'il est incapable de le faire, alors il devrait le changer avec sa langue; et s'il est incapable de le faire, alors il devrait le haïr de tout son cœur – c'est la moindre de la foi.

Prenons un exemple pratique:

En 2001, le président George W. Bush a décidé d'envahir l'Irak. Pour justifier son action, il a inventé une série de mensonges selon lesquels l'Irak possédait des capacités nucléaires. Il lui a fallu plus d'un an pour aligner les courtiers du pouvoir en Amérique et en Europe pour permettre à cette action maléfique de se produire. Ni les opinions ni les intérêts de la population américaine n'ont été pris en considération.

Avant l'invasion, le public avait deux préoccupations: que la justification présentée pour la guerre était spéculative et infondée, et que la guerre entraînerait d'innombrables morts inutiles. Ces inquiétudes se sont rapidement matérialisées dans les réalités au fur et à mesure que le temps les prouvait. Cependant, avant la guerre, divers politiciens, experts et faiseurs d'opinion ont aidé à vendre cette action injuste au peuple afin d'obtenir son consentement. Ils sont sans aucun doute coupables de meurtre et devraient être considérés comme des colporteurs de la mort.

Mais quel était le devoir d'un musulman américain moyen? Le hadith mentionné ci-dessus énumère trois niveaux d'engagement:

Premier niveau:

Quelqu'un qui faisait partie de l'autorité militaire ou législative avait le devoir devant Allah de tenter d'arrêter l'invasion par l'action. S'il était membre du Congrès, il avait le devoir moral de voter contre la guerre. S'il était membre de l'armée, d'une agence de renseignement ou d'un groupe politique gouvernemental, il avait le devoir moral de contester les affirmations des partisans de la guerre et de fournir des informations au public afin qu'il puisse connaître la vérité. Cette obligation s'appliquait à la personne malgré la probabilité qu'une telle démarche aurait probablement mis en péril sa carrière ou sa vie.

Niveau deux:

La plupart des Américains n'étaient pas dans la position décrite au niveau un. Dans leur cas, leur devoir était de dénoncer cet acte d'injustice. Ils auraient pu écrire des lettres à leurs législateurs, participer à des rassemblements de protestation, organiser des événements au congrès et même parler à leurs voisins, camarades de classe et collègues de la gravité de cette action. Tout musulman américain qui n'était pas menacé d'arrestation pour avoir pris la parole, mais qui a choisi de garder le silence, n'a pas rempli son devoir de protester contre la perversité.

Niveau trois:

Il y a peu de chances que l'approche du silence soit justifiée pour la plupart des musulmans américains. Il y a des pays (comme l'Arabie saoudite), où des gens peuvent être arrêtés, torturés, voire assassinés s'ils dénoncent le gouvernement. Un musulman vivant dans l'une de ces sociétés a le devoir de s'engager au moins avec les injustices qui l'entourent au niveau interne, en détestant l'action du plus profond de son cœur. Quant au musulman qui ne déteste pas que des millions d'innocents soient tués, il devrait vérifier son cœur; ils manqueraient ce que le Messager d'Allah décrit comme «le moindre de la foi».

Quelle foi reste-t-il dans le cœur du musulman qui n'est pas gêné par la mort de plus d'un million de musulmans?! Même si son esprit est pollué par le patriotisme, le tribalisme, le nationalisme ou un penchant pour la culture militaire, il n'y a aucune excuse pour le manque d'humanité nécessaire à ce niveau d'apathie.

Compte tenu du hadith ci-dessus, notre devoir minimum est de nous opposer à l'utilisation de nos impôts pour de tels actes d'injustice. Il y avait en effet de nombreuses voix de dissidence musulmanes et non musulmanes qui protestaient contre l'invasion américaine de l'Irak. En plus du devoir spirituel de dénoncer l'injustice, il était clair pour beaucoup ce qui s'est avéré plus tard être vrai: l'invasion n'était pas bonne pour l'Amérique. Les pertes financières et humaines subies par cette guerre n'ont pas rendu ni l'Amérique, ni le monde plus sûrs.

Beaucoup proposent que les musulmans réagissent aux injustices dans leur pays en les quittant. Mais cette approche évasive ne parvient pas à remédier à l'injustice. Il y a une attente plus grande, bien que plus difficile, de s'attaquer aux injustices de l'intérieur, en particulier dans un pays comme l'Amérique où les critiques sont tolérées et où les protestations peuvent conduire à une politique ressentie dans le monde entier. Une grande partie de la douleur et de la souffrance qui arrive aux musulmans aujourd'hui peut être arrêtée de l'intérieur de l'Amérique. Nos frères et sœurs au Pakistan, au Bangladesh, en Syrie, en Jordanie, en Somalie, au Kenya, au Yémen, en Irak et au Soudan espèrent que nous ferons quelque chose de nos positions qui allégera leurs souffrances. Ils ont besoin de notre aide.

S'exonérer parce que notre gouvernement agit sans notre consentement peut apaiser nos consciences, mais n'est d'aucune utilité pour notre communauté musulmane mondiale.

Une telle approche est en contradiction avec l'enseignement du prophète comme le montre clairement le hadith ci-dessus. Nous avons la possibilité et la capacité de dénoncer le mal, donc la dissidence passive n'est pas une option.

Allah nous raconte l'histoire de Musa 'alayhi'l-salām (que la paix soit sur lui) et al-Khadir 'alayhi'l-salām (que la paix soit sur lui) dans la sourate al-Kahf (paix soit sur eux deux). Lorsqu'ils sont montés à bord du bateau de certains hommes qui ont accepté de les conduire jusqu'à leur destination, Khadir a percé le bassin du bateau, endommageant leur source de revenus. Confus, Musa a critiqué cette action, car cela semblait être une injustice envers les gens qui leur rendaient volontiers service. Ce que Musa ne savait pas, c’était que les hommes allaient rencontrer un roi tyran qui avait envoyé ses hommes saisir tous les bateaux qui étaient sains et intacts. Et comme ces hommes avaient aidé Musa et al-Khadir, il souhaitait les aider à échapper à la politique oppressive de ce roi; les dégâts mineurs les ont empêchés de perdre leur bateau!

Le roi était un tyran oppressif. Musa et al-Khadir (que la paix soit sur eux tous les deux) ne possédaient pas le pouvoir de retirer le roi ou d'empêcher le roi de ses mauvaises actions, et ils ont donc agi selon leur capacité. Ils savaient que s’ils ne pouvaient pas sauver tout le monde de l’injustice, il était toujours de leur devoir d’agir selon leur capacité pour réduire l’injustice du roi.

L'histoire du croyant secret

Allah nous raconte aussi la belle histoire du croyant secret du Coran, qui a travaillé dans le gouvernement injuste du Pharaon à l'époque de Moussa 'alayhi'l-salām (que la paix soit sur lui). Nous savons qu'il avait un statut assez élevé dans le gouvernement parce qu'il faisait partie de leurs réunions les plus confidentielles. Ce croyant secret n’a pas quitté le gouvernement après avoir vu les nombreuses mauvaises actions du gouvernement du Pharaon. Au cours de la discussion dans le cabinet du pharaon où ils ont décidé que Musa 'alayhi'l-salām (que la paix soit sur lui) devait être tué, ce croyant s'est levé et a exprimé ses objections à l'injustice, citant des appels historiques, logiques et émotionnels. La réunion, cependant, s'est terminée par la décision d'exécuter Musa. N'ayant pu arrêter cet arrêté royal, il a tout de même fait l'effort d'avertir Musa afin de lui donner la chance de fuir.

Allah nous raconte la belle histoire du croyant secret du Coran, qui a travaillé dans le gouvernement injuste du Pharaon à l'époque de Moussa Cliquez pour tweeter

Au lieu de le condamner pour avoir participé à un gouvernement fondé sur l'incrédulité, Allah exalte sa mention dans Son livre glorieux. Il est notre exemple de dire la vérité au pouvoir, et la raison pour laquelle Musa 'alayhi'l-salām (que la paix soit sur lui)sécurité du complot de Pharaon. Cet homme a utilisé sa position pour empêcher l'oppression, pas pour la perpétuer.

En tant qu'américains musulmans, nous vivons dans un pays non musulman. Les décisions et les actions de notre gouvernement ont une incidence sur nous tous vivant dans ce pays. Le désengagement permettra aux personnes égoïstes de prendre des décisions qui porteront préjudice à nos communautés.

La participation nous permettra de suivre les exemples d'engagement proactif afin de prévenir les dommages et finalement de changer les systèmes corrompus de l'intérieur. Une approche tout ou rien ne mènera presque toujours à rien.

Allah, l'Exalté, fournit ces exemples afin que nous puissions comprendre le rôle pratique du musulman dans une société extrêmement hostile. Même si nos environnements n'ont pas atteint ce degré, nous pouvons toujours nous rapporter aux sentiments d'être opprimés et ostracisés pour notre foi. La leçon d’Allah pour nous dans ces histoires est que notre foi ne doit pas nous empêcher d’essayer de changer ces circonstances.

Et à Allah est la fin de toutes les choses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *