Catégories
Religions et savoir

Le Conseil musulman de Grande-Bretagne conteste les crémations forcées de Covid au Sri Lanka | Nouvelles du monde

Le Conseil musulman de Grande-Bretagne lance une contestation juridique de la politique du gouvernement sri-lankais selon laquelle toutes les personnes qui meurent de Covid doivent être incinérées, même en violation de leurs croyances religieuses.

L’insistance sur la crémation a causé une grande détresse au sein de la minorité musulmane du pays. L'Islam stipule que les morts doivent être enterrés.

Les directives de l'Organisation mondiale de la santé autorisent l'inhumation ou l'incinération des personnes qui meurent de Covid, mais le gouvernement sri-lankais a adopté une politique d'incinération obligatoire en mars.

Plus tôt ce mois-ci, un bébé de 20 jours décédé de Covid a été incinéré contre la volonté de la famille. Le père de l’enfant a déclaré qu’il ne pouvait pas supporter d’assister à la crémation.

«Je ne peux pas aller dans un endroit où ils brûlent mon bébé. Mes amis et ma famille ont demandé aux autorités comment procéder à l'incinération alors qu'aucun des parents n'avait signé de document donnant son consentement. Ils ont dit que parce que le bébé était un patient positif à Covid-19, ils pouvaient incinérer », a déclaré MFM Fahim à Al Jazeera.

Certaines familles musulmanes et chrétiennes ont cherché à contester la politique du gouvernement devant les tribunaux, affirmant qu’elle violait leur liberté de religion et leurs droits fondamentaux en vertu de la Constitution. Mais la Cour suprême a rejeté l'affaire début décembre.

Un groupe de travail mis en place par le Conseil musulman de Grande-Bretagne a écrit au haut-commissaire du Sri Lanka au Royaume-Uni pour demander un renversement immédiat de la politique de «crémation forcée» et de son impact sur les communautés musulmanes et chrétiennes. Le MCB a déclaré qu'il poursuivrait également «les poursuites judiciaires nécessaires pour mettre fin à cette violation».

Tayab Ali, associé du cabinet d'avocats londonien Bindmans, a déclaré: «Les crémations forcées de corps musulmans au Sri Lanka sont une grave violation de la liberté religieuse d'un groupe minoritaire. C’est une violation du droit international de retarder le retour en temps opportun du corps d’un membre de la famille aux fins d’enterrement, à moins qu’il n’y ait de bonnes raisons de le faire.

«Dans ce cas, les autorités sri-lankaises se sont écartées de la recommandation de l’OMS pour la gestion sûre d’un cadavre pendant la pandémie de coronavirus sans aucune justification.

«En outre, le rejet rapide et sans motif par la Cour suprême du Sri Lanka de la demande présentée par les membres de la famille du défunt ne laisse aucun recours interne à ce que certains ont décrit comme une persécution continue de la minorité musulmane au Sri Lanka.»

Le Sri Lanka est majoritairement bouddhiste, les musulmans représentant environ 9% de la population et les chrétiens environ 7%. Le pays a enregistré plus de 25 000 cas de Covid-19 et 124 décès, dont plus de 50 musulmans incinérés.

Les militants des droits de l’homme affirment que la politique d’incinération fait partie d’une attaque continue contre la communauté musulmane du pays par le gouvernement majoritaire bouddhiste cinghalais, dirigé par le président Gotabaya Rajapaksa.

Rajapaksa a été élu l'année dernière sur une vague de sentiments bouddhistes anti-musulmans et extrémistes, à la suite des attentats-suicides de Pâques commis par des militants islamistes dans des églises et des hôtels de luxe en avril dernier, qui ont fait 267 morts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *