Catégories
Religions et savoir

Le choc de Macron avec l’islam secoue le long débat en France sur la laïcité | Nouvelles du monde

Le 6 octobre, lorsque Samuel Paty, professeur d'histoire et de géographie populaire dans une école d'une banlieue parisienne tranquille, a présenté une copie des caricatures du prophète Mahomet qui ont provoqué l'attaque contre le magazine Charlie Hebdo il y a cinq ans, il avait aucune idée de la conséquence tragique pour sa propre vie, la société française ou les relations de la France avec le monde islamique. Ce qui était censé être une exploration en classe de la liberté de pensée s'est transformé en un mini-choc des civilisations.

Dix jours plus tard, Paty a été tué, prétendument par un adolescent d'origine tchétchène d'origine russe, envoyant un choc électrique dans le long débat français sur la laïcité, ou laïcité. Le président français, Emmanuel Macron, a répondu en disant que la France ne «renoncerait pas aux caricatures».

Depuis lors, Macron a été qualifié de malade mental par le président turc, Recep Tayyip Erdoğan; son ambassadeur au Pakistan a été convoqué pour condamner l'incitation à l'islamophobie; et de Sana’a à Riyad, il est devenu l’axe du mal. Les produits français font l'objet d'un boycott. Le restaurant Le Train Bleu à Doha, «une expérience culinaire parisienne par excellence» au Qatar, réapprovisionne par exemple à la hâte ses produits.

Il serait facile de penser que Macron, confronté à des infections record de Covid, pourrait regarder son bac et reculer. Mais il semble avoir fait le contraire, en appelant le président russe, Vladimir Poutine, en gardant à l’esprit les origines tchétchènes de l’assaillant présumé de Paty, pour l’exhorter à redoubler d’efforts de la Russie pour coopérer dans le domaine du terrorisme. Macron a longtemps cherché une réinitialisation avec Moscou en unissant ses forces contre le terrorisme. L'appel dans certains récits a pris la forme d'une conférence, et dans d'autres un appel à coopérer plus étroitement dans une cause commune.

Quoi qu'il en soit, ce n'est pas un combat que Macron est susceptible d'abandonner. Sur le plan intérieur, il affronte le premier tour de l'élection présidentielle française d'avril 2022, et son défi viendra de la droite sécuritaire, soit le centre droit Les Républicains, soit l'extrême droite Marine Le Pen, avec qui il est au coude à coude. cou dans les sondages. Son taux de désapprobation net en tant que président est de -24%.

Son calcul sera que tant qu'il fera le tour final, la gauche comme avant n'a nulle part où aller. Être dur avec le séparatisme islamiste et payer un prix à l'échelle mondiale ne le blesse guère avec des hésitants à droite.

Mais réduire son conflit avec l'extrémisme en un calcul étroit de l'avantage politique personnel revient à mal comprendre son parcours intellectuel sur la laïcité au pouvoir et la manière dont la question est au cœur de sa vision de la politique étrangère, y compris son attitude envers la Turquie, la Russie, l'OTAN et Moyen-orient.

En augmentant les enjeux et en les maintenant élevés, Macron essaie également de faire reconnaître aux autres qu'ils ne peuvent pas rester neutres.

Un jeune tient une photographie d'Emmanuel Macron estampillée d'une empreinte de pied



Une manifestation à Istanbul dimanche, au lendemain du jour où le président turc, Recep Tayyip Erdoğan, a qualifié Macron de malade mental. Photographie: Emrah Gürel / AP

Macron avait après tout abordé le débat sur l’extrémisme islamiste avant la mort de Paty dans son discours du 2 octobre sur la laïcité – un discours d’une heure dans lequel il tentait d’être nuancé sur la manière d’intégrer l’islam et la laïcité française. Il contenait un certain nombre de propositions visant à réglementer les imams et les mosquées.

Dans le passage s'est avéré le plus provocateur en Turquie, il a dit: «L'islam est une religion qui traverse une crise à travers le monde», en référence au djihadisme de l'État islamique et aussi au wahhabisme, à l'idéologie extrémiste saoudienne et au salafisme. «Nous ne croyons pas en l’islam politique qui n’est pas compatible avec la stabilité et la paix dans le monde.»

Le séparatisme islamique, que Macron décrit comme une déviation de l'islam, est «un projet politico-religieux conscient, théorisé, qui se matérialise par des écarts répétés avec les valeurs de la république, qui aboutit souvent à la création d'une contre-société et dont les manifestations sont l'abandon scolaire des enfants, le développement de pratiques sportives, culturelles et communautaires qui sont le prétexte à l'enseignement de principes non conformes aux lois de la république ».

Il y avait aussi des passages équilibrés sur l'État en tant que garant de la liberté de religion, de la privation économique du droit de vote et de l'héritage colonial français.

Un discours complexe comme celui-ci ne tarde pas à être déformé et à devenir une source de griefs à l'étranger, notamment en Turquie, puisque jusqu'à la moitié des imams en France sont turcs.

Mais plus important encore, la Turquie est déjà dans un certain nombre de différends avec la France.

Ces différends – sur la Syrie, la Libye, l’OTAN, l’exploration gazière en Méditerranée orientale et l’Arménie – ont chacun leur propre contexte et leurs propres spécificités, mais ils découlent tous d’une suspicion française quant aux ambitions d’Erdoğan de diriger un islam sunnite ravivé.

En Syrie, Macron s’oppose aux attaques turques contre la milice kurde YPG, alliée de la France dans la guerre contre Isis. En Libye, son objection initiale à l’influence islamiste au sein du gouvernement d’accord national de Tripoli s’est transformée en conflit avec la Turquie après qu’Ankara a sauté au secours du GNA. Il prévient que l'alliance de l'OTAN pourrait devenir en état de mort cérébrale puisque la Turquie, un autre membre, est ambivalente quant à la défense des valeurs occidentales. En Méditerranée, il assimile les intérêts grecs à ceux de l'Europe, laissant l'Allemagne à la médiation. Il se range de plus en plus ouvertement avec l'Arménie.

De nombreux Européens s'inquiètent de l'approche quelque peu gaulliste de Macron, ou de la France d'abord. Bruno Tertrais de la Fondation française pour la recherche stratégique affirme: «La France elle-même ne consulte pas toujours ses alliés ou ne sollicite pas leur soutien avant de prendre des initiatives diplomatiques. Il l’a à peine fait en Libye et ne l’a pas fait du tout en ce qui concerne la réinitialisation de la Russie. Peut-être que si Macron avait entretenu des liens avec les alliés de l'OTAN et les membres de l'UE de l'Europe de l'Est de la France, il aurait obtenu un soutien plus précoce pour sa position contre la Turquie et plus de confiance pour sa diplomatie russe.

Le calcul français est qu'Erdoğan succombera à la pression. La livre turque est à un nouveau plus bas, et il n'y a que tellement de fronts sur lesquels un leader autocratique peut se battre. Mais Erdoğan tirera sa propre force des condamnations de Macron à travers le monde arabe. Lundi, il s'est explicitement joint à l'appel au boycott des produits français et a déclaré: «Il devient de plus en plus difficile d'être musulman et de vivre un style de vie islamique dans les pays occidentaux.» Cela a un long chemin à parcourir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *