Catégories
Religions et savoir

Le chanteur iranien Mohammad Reza Shajarian décède à 80 ans | Nouvelles du monde

Mohammad Reza Shajarian, dont la voix distinctive a tremblé au rythme de la musique traditionnelle persane à la radio d’État pendant des années et a soutenu les manifestants après les élections contestées de 2009 en Iran, est décédé à l’âge de 80 ans des suites d’un cancer, a rapporté la télévision d’État.

Shajarian a animé la musique traditionnelle iranienne avec son style de chant, qui montait en flèche, plongeait et trottait sur une poésie connue de longue date mise en chanson.

Dans ses dernières années, il ne pouvait se produire qu'à l'étranger, après avoir soutenu ceux qui contestaient la réélection contestée du président extrémiste Mahmoud Ahmadinejad en disant à la radio d'État de cesser d'utiliser ses chansons.

«Après ce qui s’est passé, j’ai dit« pas moyen »et menacé de porter plainte contre eux s’ils continuaient à utiliser ma musique», a déclaré Shajarian en 2009.

En mars 2016, Shajarian a révélé aux fans qu'il suivait un traitement pour un cancer du rein depuis 15 ans, tant en Iran qu'à l'étranger. Les ministres iraniens de la Culture et de la Santé ont alors annoncé qu’ils suivraient son cas, soulignant son importance.

La position politique de Shajarian a surpris beaucoup d’Iran, en particulier parmi les jeunes qui le considéraient comme un crooner d’une époque révolue. Bien qu’il ait changé un jour son nom pour éviter l’opposition de son père conservateur à son chant, Shajarian a soutenu le mouvement iranien contre le shah soutenu par les États-Unis. Il a démissionné de son poste à la radio d'État iranienne avant la révolution islamique de 1979 en Iran.

Après la révolution, c’est la voix puissante de Shajarian à la radio qui a chanté une prière avant le coucher du soleil pendant le mois sacré du Ramadan. Il l'a chanté a cappella, comme un appel venant d'un minaret de mosquée, avec une émotion grouillante qui a soulevé la chair de poule même à travers des émissions de radio éraflées. Lors de concerts à guichets fermés, les fans lui ont jeté des roses.

Soutenu par l’appareil du système iranien dirigé par des religieux, personne ne s’attendait à entendre sa voix se lever pour soutenir l’opposition dans les troubles entourant les élections de 2009. Ahmadinejad a remporté un décompte des voix contesté qui a déclenché des protestations massives, conduisant à une répression par les forces de sécurité dans laquelle des milliers de personnes ont été détenues, des dizaines ont été tuées et d'autres torturées.

En septembre 2009, des mois après les élections, Shajarian a chanté Zaban e Atash o Ahan, qui se traduit du farsi par The Language of Fire and Iron. Dans ce document, le chanteur a plaidé: «Posez votre arme. Venez, asseyez-vous, parlez, écoutez. Peut-être que la lumière de l’humanité passera aussi dans votre cœur.

Shajarian a alors dit à la radio d'État de cesser d'utiliser ses chansons, ce qu'elle a fait. La répression des artistes était courante après la révolution islamique, bien que la crise de 2009 ait provoqué une répression sans précédent depuis des années.

«C'est beaucoup plus grand maintenant à cause de la position que la plupart des artistes ont prise contre eux», a déclaré Shajarian en 2009. «Pour le moment, ils bougent très calmement. Mais à l'avenir, je sais qu'il y aura une confrontation entre les artistes et ce gouvernement.

Dans les années qui ont suivi, Shajarian a joué de la musique traditionnelle pour les Iraniens à l'étranger, et il est ensuite retourné dans sa patrie pour enseigner le chant.

Shajarian est né en 1940 dans la ville religieuse de Mashhad, dans le nord-ouest de l'Iran. Il avait commencé à chanter enfant en récitant le Coran.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *