Catégories
Religions et savoir

L'Arabie saoudite lance une nouvelle application Umrah pour ouvrir la Omra au milieu de la pandémie COVID-19.

application-pour-postuler-pour-umrah

Omra rouvrira bientôt.

Le ministre a déclaré que pour répondre aux besoins des pèlerins, chaque étape est informatisée à l'aide de l'IA avec le ministère du Hajj et de la Omra lançant une nouvelle application de la Omra, Eatmarna, le dimanche. Cela aidera à faire respecter les normes de santé au milieu de la pandémie de COVID-19, ce qui permettra aux pèlerins de réserver plus facilement leur Omra à condition qu'ils soient autorisés par les autorités.

Les utilisateurs qui téléchargent l'application doivent également s'assurer qu'ils sont enregistrés auprès de l'application Tawakkalna du ministère de la Santé pour vérifier l'état de santé de l'utilisateur et son éligibilité à effectuer des rituels de la Omra.

Nouvelles conditions pour la Omra

  • 1. Seules les personnes âgées de 18 à 65 ans seront autorisées à pratiquer la Omra au stade initial.
  • 2- Aucune personne ne sera autorisée à entrer dans Masjid Al Haram sauf après s'être inscrite sur l'application Omra.
  • 3. Le permis de la Omra sera délivré gratuitement.
  • 4. Grâce à l'application, le ministère offre aux pèlerins des possibilités de logement et de transport.
  • 5- Des centres d'isolement seront créés dans les hôtels pour tous les pèlerins présentant des symptômes.
  • 6- D'autres dispositions seront prises si les personnes rencontrent des problèmes lors de l'inscription via l'application approuvée.
  • 7- Les artistes interprètes ou exécutants de la Omra seront divisés en 12 groupes chaque 24 heures et alloués un temps de 3 heures chacun et seront assistés par un professionnel de la santé.

Concernant l'Omra Internationale:

  • 1. La décision finale «par pays» sera prise par le ministère de la Santé après avoir émis certaines conditions et déterminé les pays sans risque dans les semaines à venir.
  • 2. Le Ministère de la Omra et du Hajj ouvrira une voie spéciale aux pèlerins internationaux de la Omra et du Hajj.
  • 3. Le ministère de la Omra et du Hajj travaille à l'élimination des bureaux physiques et permet l'enregistrement de la Omra et du Hajj via les applications officielles du gouvernement.

Alors que le Royaume commence à rouvrir aux affaires, de nombreux Saoudiens et expatriés ont trouvé la reprise progressive de la Omra un signe de bienvenue, mais restent vigilants.

La reprise se déroulera en trois phases, chacune avec une certaine capacité et sous une surveillance constante, similaire aux normes imposées lors du pèlerinage du Hajj en août dernier. Le ministre saoudien du Hajj et de la Omra, le Dr Mohammed Saleh Benten, a déclaré que «le ministère est là pour aider le pèlerin».

Il a également annulé les rumeurs selon lesquelles le Royaume imposerait des frais pour réserver des créneaux horaires.

Le ministre a déclaré que pour répondre aux besoins des pèlerins, chaque étape est informatisée à l'aide de l'IA avec le ministère du Hajj et de la Omra lançant dimanche une nouvelle application de la Omra, Eatmarna. Cela aidera à faire respecter les normes de santé au milieu de la pandémie de COVID-19, ce qui permettra aux pèlerins de réserver plus facilement leur Omra à condition qu'ils soient autorisés par les autorités.

Les utilisateurs qui téléchargent l'application doivent également s'assurer qu'ils sont enregistrés auprès de l'application Tawakkalna du ministère de la Santé pour vérifier l'état de santé de l'utilisateur et son éligibilité à effectuer des rituels de la Omra.

Dans une interview accordée à l'émission Al-Rased de la télévision nationale saoudienne, le Dr Mohammed Saleh Benten a annoncé que la première phase permettra à 6000 pèlerins par jour et sera divisée en 12 groupes sur 24 heures. Ceci tout en maintenant des mesures de distanciation sociale avec l'aide des autorités pour s'assurer qu'ils reçoivent les mêmes soins fournis aux pèlerins effectuant le pèlerinage du Hadj, ajoutant qu'il sera "plus précis, plus précis avec plus de mesures de précaution en place", a-t-il dit. .

«Nous avons également désigné les groupes d’âge entre 18 et 65 ans pour ceux qui en sont capables. Ceux qui ne le peuvent pas auront des fauteuils roulants prêts pour eux pour effectuer le Tawaf et le Saee, mais le flux du Tawaf (le fait de faire le tour de la Kaaba sept fois) sera cohérent avec la même vitesse et le même flux », a déclaré le ministre.

«Nous avons un plan de mise en œuvre précis en place pour faciliter le flux des résidents du 17 Safar (4 octobre) pour effectuer le rituel de la Omra», a annoncé le ministre saoudien du Hajj et de la Omra, le Dr Mohammed Saleh Benten.

Le ministre a dit que les pèlerins auraient une période de temps spécifique pour effectuer les rituels.

«Les pèlerins qui arriveront de l'extérieur de La Mecque, qui ont réservé des hôtels et des résidences, seront invités à se rencontrer aux points de contrôle 15 minutes avant leur départ prévu pour la Grande Mosquée où ils seront accueillis par des guides et des spécialistes de la santé pour effectuer les rituels en une période très spécifique dans leurs plages horaires réservées », a déclaré le ministre.

Les enfants seront autorisés à accompagner leurs parents tant qu'ils seront ajoutés à l'application Tawakkalna sous les personnes à charge des utilisateurs. Les utilisateurs peuvent également ajouter des personnes à charge pour les accompagner dans l'exécution de la Omra.

Les voitures ne seront pas autorisées à stationner à l'intérieur de la zone centrale autour de la Grande Mosquée, à l'exception de ceux qui vivent dans la zone. Les pèlerins qui arrivent en voiture mais sans réservation d'hôtel pourront accompagner le groupe désigné affecté au créneau horaire de leur choix en les rencontrant au point de contrôle et être transportés en bus.

Les pèlerins arrivant de l'étranger seront autorisés à entrer dans le Royaume dans la troisième phase du plan avec le ministère de la Santé désignant les nationalités qui seront autorisées dans le Royaume.

«Les pèlerins arrivant de l'étranger recevront le même traitement que les résidents de l'Arabie saoudite. Ils pourront également réserver un créneau horaire et arriver en sachant très bien qu’ils seront pris en charge de l’arrivée au départ », a déclaré le ministre.

Khairallah Al-Zahrani, institutrice, a déclaré: «La décision de reprendre progressivement la Omra après que le taux de cas de coronavirus soit réduit à un petit nombre est une sage décision qui répond à la fois aux exigences des fidèles et aux mesures sanitaires pour une Omra sûre.

Al-Zahrani a déclaré qu'il avait pratiqué la Omra à plusieurs reprises et qu'il ne demanderait pas de permis pour la Omra.

«Il y a beaucoup de musulmans de différentes nationalités qui vivent en Arabie saoudite, et ces gens meurent d'envie de pratiquer la Omra après cette longue période de suspension due à la pandémie», a-t-il dit.

Il a déclaré que la levée de l’interdiction de la Omra par étapes reflétait ce qui avait été dit au sujet de la sécurité des visiteurs des lieux saints étant la priorité absolue du Royaume.

«Cela reflète la volonté de l'Arabie saoudite de garder le coronavirus sous contrôle jusqu'à ce qu'un vaccin soit produit», a déclaré Al-Zahrani.

Comme Al-Zahrani, Sattam Jassar, un ouvrier yéménite de nettoyage à sec, a déclaré à Arab News qu'il était en Arabie saoudite depuis de nombreuses années et qu'il n'était pas disposé à demander une licence de Omra.

«J'ai le sentiment que cette pandémie se terminera bientôt et je pourrai alors pratiquer confortablement la Omra. De nombreux expatriés en Arabie saoudite dont le permis de séjour est expiré se préparent à rentrer dans leur pays. Je crois que ces personnes devraient avoir la chance de faire leur petit pèlerinage car elles ne trouveront peut-être pas une autre chance de visiter la Grande Mosquée de La Mecque », a déclaré Jassar.

«Ce pays est connu pour n'avoir jamais rien fait contre le bénéfice des pèlerins», a déclaré Jassar.

D'un autre côté, Saleh Al-Qudaimi, un chauffeur de la famille yéménite à la fin de la cinquantaine, a déclaré qu'il ferait tout ce qu'il pouvait pour faire partie du premier groupe à exécuter la Omra.

«Vous ne pouvez pas imaginer à quel point je suis impatient de porter les vêtements blancs et de faire le tour de la Kaaba sacrée. Cette pandémie m'a privé du plaisir que je ressens dans la Grande Mosquée. Je veux pratiquer la Omra pendant au moins une fois de plus dans ma vie », dit-il.

Il a déclaré que les autorités saoudiennes avaient réussi à gérer le dernier Hajj et qu'elles feraient de même lors de la reprise de la Omra.

«En l'absence de cas de COVID-19 enregistré, le dernier Hajj a été un succès, et cela n'aurait pas pu se produire s'il n'y avait pas de gestion professionnelle du Hajj. Cette gestion va faire de la Omra une autre réussite, avec les mesures sanitaires que les autorités prennent », a déclaré Al-Qudaimi.

Réf: Arab News

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *