Catégories
Religions et savoir

L'Arabie saoudite interdit les pèlerins étrangers du pèlerinage suite aux craintes d'un coronavirus | Hajj

Les musulmans du monde entier ne pourront pas participer au hajj de cette année, le pèlerinage annuel vers les lieux saints islamiques de La Mecque et de Médine, qui attire généralement environ 2,5 millions de visiteurs.

L'Arabie saoudite a déclaré que seul un nombre limité de personnes résidant dans le royaume seront autorisées à prendre part au hadj afin de contenir la propagation de Covid-19.

Le pays a enregistré 161 000 cas de coronavirus et plus de 1 300 décès. Un couvre-feu national de 24 mois sur 24 mois a été levé ce week-end, toutes les activités économiques et commerciales étant autorisées à reprendre, mais les voyages internationaux sont toujours interdits.

Il y avait eu des spéculations répandues cette année sur le pèlerinage qui serait annulé, mais les médias d’Etat ont annoncé lundi qu’un petit nombre de personnes vivant en Arabie saoudite seront autorisées à visiter La Mecque et Médine lorsque le hadj commencera fin juillet.

«Le nombre, si Dieu le veut, peut être des milliers. Nous sommes en train de procéder à une révision, ce pourrait donc être 1 000 ou moins, ou un peu plus », a déclaré le ministre saoudien du Hajj, Muhammad Benten, lors d'une conférence de presse virtuelle.

Les plus de 65 ans ne seront pas autorisés à effectuer le hajj. Tous les pèlerins et ceux qui servent les pèlerins seront mis en quarantaine avant et après le pèlerinage.

Les autorités saoudiennes ont suspendu le pèlerinage de la Omra, qui peut être entrepris à tout moment de l'année, fin février.

Le Hajj – une exigence pour les musulmans valides au moins une fois dans leur vie – pourrait potentiellement être une source d'infection alors que des millions de pèlerins se pressent dans les sites religieux congestionnés pendant cinq jours.

L'Indonésie, le pays musulman le plus peuplé du monde, a déclaré ce mois-ci que ses ressortissants ne participeraient pas au hajj de cette année en raison des risques potentiels pour la santé. La Malaisie, le Sénégal et Singapour ont emboîté le pas.

"Mes espoirs d'aller à [La Mecque] étaient si élevés", a déclaré Kamariah Yahya, 68 ans, d'Indonésie, à l'Agence France-Presse. "Je me prépare depuis des années. Mais qu'est-ce que je peux faire? C'est la volonté d'Allah – c'est le destin. "

Chaque pays se voit attribuer un quota de visas hajj en fonction de sa population musulmane, l'Indonésie ayant la plus grande contingence avec près de 221 000 personnes.

La décision saoudienne est un coup dur pour des milliers d'agents de voyages à travers le monde spécialisés dans le hadj. Cela représentera également une perte de revenus importante pour le royaume.

Il y a eu des catastrophes mortelles au cours des années précédentes, notamment une bousculade de 2015 qui a tué jusqu'à 2 300 fidèles et un effondrement de grue à la Grande Mosquée la même année au cours de laquelle plus de 100 personnes sont mortes.

En 1979, des extrémistes religieux ont pris d'assaut le site abritant la Kaaba en forme de cube à La Mecque vers laquelle les musulmans prient et se rassemblent pendant le pèlerinage. Des milliers de fidèles ont été piégés à l'intérieur et des centaines ont été tués dans un siège qui a duré deux semaines.

Environ un sur trois de la population de près de 35 millions d’Arabie saoudite est un ressortissant étranger. Le pays devait tenir un recensement cette année, le premier depuis 2010.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *