Catégories
Religions et savoir

La Turquie menace de poursuites judiciaires pour la caricature du président de Charlie Hebdo | Nouvelles du monde

La Turquie a menacé une action «légale et diplomatique» contre le journal satirique français Charlie Hebdo après avoir publié une caricature du président Recep Tayyip Erdoğan sur sa dernière page de couverture.

Le dessin qualifié de «dégoûtant» par le dirigeant turc et l’annonce par Ankara que les procureurs ont ouvert une enquête officielle sur la publication ont aggravé les tensions déjà exacerbées entre les deux pays.

Erdoğan, qui a déjà suggéré que le président français Emmanuel Macron avait besoin de «contrôles mentaux», a accusé les pays occidentaux se moquant de l'islam d'essayer de «relancer les croisades».

Il a déclaré au parlement turc qu'il n'avait pas vu la dernière caricature et qu'il ne la regarderait pas. Il est représenté en sous-vêtements soulevant le hijab d’une femme pour révéler ses fesses.

«Je considère qu'il est faux de regarder ces publications immorales… des scélérats qui insultent notre bien-aimé Prophète», a déclaré Erdoğan aux députés. «Je crois que les ennemis de la Turquie et de l’islam vont se noyer dans un marais de haine et d’animosité au nom de la liberté. C’est un signe que l’Europe est revenue à l’âge des ténèbres. »

Il a été annoncé que le parquet d’Ankara avait ouvert une enquête sur les dirigeants de Charlie Hebdo, tandis que la France allait demander des sanctions de l’UE contre la Turquie.

Clément Beaune, ministre français de l’Europe, a déclaré au Sénat français: «Nous allons faire pression pour des mesures européennes comme réaction forte, y compris l’utilisation éventuelle de sanctions.» Il a ajouté que chaque jour, Erdoğan repoussait encore les limites de ce qui était «acceptable» et accusait la Turquie de «provocations par arme à feu».

Alors que les manifestations se poursuivaient contre l'islamophobie perçue de Macron, le palais de l'Élysée a lancé une riposte sévère accusant les dirigeants de mener la campagne anti-française de «manipulation politique» et de «propagande».

Avant même la dernière caricature de Charlie Hebdo, les diplomates français ont tenté de calmer les manifestations dans le monde islamique où les portraits du président français ont été brûlés avec des appels au boycott des produits français.

Les conseillers présidentiels ont déclaré que les propos de Macron étaient délibérément «déformés» par certains dirigeants pour des raisons de politique intérieure.

«Ils ont chacun leurs problèmes et une position solide par rapport à la France. Leur réponse est une manipulation politique », a déclaré un responsable, ajoutant qu'il y avait un problème supplémentaire de compréhension du concept de« laïcité »française ou laïcité.

«Le président a expliqué ce que cela signifie mais il y a eu une déformation de ses déclarations. Il n'a pas dit que la France continuerait à caricaturer le Prophète, il a dit que cela faisait partie de l'exercice de la liberté d'expression en France de permettre aux médias de le faire », a déclaré le responsable.

«Mais il y a beaucoup de désinformation et de propagande… ce n'est pas le gouvernement français qui publie les caricatures et il est absolument faux de faire croire que le gouvernement français fait la promotion des caricatures.

«Nous défendons la liberté de la presse. Ce n'est pas le président qui fixe les limites de ce que peut faire la presse. Il n'y a pas de crime de blasphème en France et la caricature est une très vieille tradition.

La réaction a commencé après des descentes de police contre des organisations et des individus islamiques à la suite de la mort de Samuel Paty, l'enseignant de 47 ans qui a été décapité après avoir montré des caricatures à des élèves, dont l'un du prophète Mahomet, publié par Charlie Hebdo, dans le cadre d'une discussion sur la liberté d'expression. Se tenant devant l’école de Paty la nuit du meurtre, Macron a déclaré que la France faisait face à une lutte «existentielle» contre le terrorisme. Dans son discours lors d'une cérémonie nationale en l'honneur du professeur assassiné la semaine dernière, Macron a évoqué «l'islamisme politique et radical, qui conduit au terrorisme», ajoutant: «Nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins, même si d'autres reculent».

Ses racines remontent cependant à un discours antérieur de Macron le 2 octobre décrivant une nouvelle loi pour promouvoir la laïcité en France et lutter contre le «séparatisme» religieux dans lequel il a abordé l'islam et l'extrémisme islamiste. La loi, qui sera présentée aux ministres en décembre, a été élaborée après consultation de la principale organisation musulmane française, le Conseil français du Culte musulman (CFCM).

Le président a déclenché la colère en déclarant l'islam «une religion en crise aujourd'hui, partout dans le monde»; l'influent université sunnite Al-Azhar au Caire a qualifié sa suggestion de «raciste et susceptible d'enflammer les sentiments de deux milliards de musulmans à travers le monde».

Les responsables de l’Elysée insistent sur le fait que les propos du président ne visaient pas les musulmans. «Il ne s'agit pas des musulmans en France, mais des extrémistes violents en France; des gens qui tombent dans l'extrémisme, la violence, le fondamentalisme et qui ne rendent pas service aux musulmans. Ce sont des ennemis de l'islam. Soyons clairs, pour nous, il n'y a pas de confusion entre les musulmans et ces extrémistes qui commettent des actes de terreur, malgré que certaines personnes tentent de créer cette confusion », a déclaré la source de l'Elysée.

"La lutte est contre ces extrémistes et en cela nous avons le soutien des musulmans de France qui sont nos alliés."

Le soutien à la France a trouvé écho dans 24 des 26 États de l'Union européenne.

Dans la capitale somalienne Mogadiscio, les manifestants ont crié: «La France à terre, elle a insulté notre prophète», tandis qu'au Caire, le président égyptien Abdel-Fattah al-Sissi a déclaré que la liberté d'expression devrait cesser si elle offensait plus de 1,5 milliard de personnes.

Le Grand Imam de l’université al-Azhar d’Égypte, l’un des sièges les plus éminents du monde du savoir musulman sunnite, a exhorté la communauté internationale à criminaliser les actions «anti-musulmanes». Des manifestants iraniens se sont rassemblés devant l'ambassade de France à Téhéran, ont rapporté les médias d'Etat. Certains brandissaient des pancartes avec des croix rouges collées sur des images de produits français. À Dhaka, des centaines de musulmans bangladais sont descendus dans les rues de la capitale pour une troisième journée consécutive, scandant des slogans tels que «Boycottez les produits français» et brûlant des effigies de Macron, qu'ils ont décrit comme un ennemi de l'islam.

L'Elysée a regretté que dans tout le bruit et la fureur des manifestations internationales anti-France et anti-Macron, le meurtre brutal de Paty soit éclipsé.

«De temps en temps, on dit des choses qui peuvent nuire à la sensibilité des gens. Mais qu'est-ce qui peut justifier la mort d'un professeur? Nous ne tuons personne parce que nous ne sommes pas d’accord avec eux », a déclaré un responsable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *