Catégories
Religions et savoir

La tâche de Macron est de montrer aux musulmans français qu'ils ont une place dans la république | Catherine Fieschi | Nouvelles du monde

UNEEn tant que double citoyen de la France et du Canada, je ne cesse de m'étonner de la profondeur de l'incompréhension qui règne sur les attitudes des Français à l'égard de la religion. Les carences de la France dans sa gestion de la diversité sont évidentes – comme tout le monde – mais il est important de reconnaître quelques faits de base avant de se prononcer sur eux.

Le premier est que le principe de laïcité en France – la marque particulière de la laïcité du pays – est plus qu’une attitude: c’est un fait sociologique vécu.

L'ampleur de la laïcité en France, en particulier au cours du dernier demi-siècle, est bien documentée. Jérôme Fourquet, dans L'archipel français, fournit 350 pages de témoignages sur la transformation de la France – ou, comme il le dit, sur la disparition des religieux en France. Pour expliquer la profondeur de cette transformation, il part de l'effacement du catholicisme.

Il n’ya pas seulement eu un déclin précipité de la croyance et de la pratique catholiques, mais une quasi-disparition des références chrétiennes. En 1945, le catholicisme était officiellement un sport minoritaire depuis un demi-siècle, mais il jouait encore un rôle dans l'espace social. Les années qui ont suivi la guerre ont vu ce rôle disparaître et l'observance catholique réduite à une (très petite) minorité. En conséquence, cette minorité est parfois devenue plus stridente, plus «identitaire», mais aussi tout à fait hors de propos.

Sa non-pertinence est confirmée par Olivier Roy dans L'Europe est-elle chrétienne?, Dans lequel il interroge l'espace politique occupé par les catholiques français. Comme le dit Roy, aucun parti politique en France ne peut se permettre de placer le catholicisme au cœur de son programme politique – ou en fait de s'en approcher, car il ne concerne qu'environ 5% de l'électorat. Et éteint tout le monde radicalement.

Et c'est là le point clé: la France est une nation d'hérétiques de l'égalité des chances. L'allergie à l'octroi à la foi de tout type de rôle public se manifeste partout: la plupart des Français éclateront en ruches à la vue d'un cortège de prêtres dans l'espace public, autant qu'à toute autre manifestation religieuse.

Tout Le débat sur les droits ou les torts de la marque de laïcité française doit être mené dans les termes de cet anticléricalisme généralisé.

Bien sûr, il y a une différence entre se moquer d'une culture majoritaire qui est largement confiante en elle-même et ses propres contradictions, et se moquer d'une minorité culturellement et économiquement marginalisée. Il y a de l'islamophobie en France, comme dans tout pays à majorité non musulmane, mais réduire le principe de laïcité à l'intolérance ou au racisme – ou alléguer qu'il ne s'agit que d'une vaste dissimulation – manque la profondeur et l'ampleur de la suspicion française de toutes les confessions.

Ainsi, même si cet anticléricalisme généralisé peut exacerber les tensions sociales, il est politiquement défendable et enraciné institutionnellement.

Quiconque retient son souffle pour faire demi-tour est dans une longue attente. La plupart des Français iraient au mur pour cela, y compris contre toute église chrétienne. Et ceux qui cherchent ici un compromis de la France se méprennent sur la nature de ce que signifie la citoyenneté en France: tout compromis avec une foi quelconque sera vu comme une rupture du contrat social. C'est le deuxième fait fondamental.

Cependant, pour que le contrat soit maintenu, il doit être renouvelé avec des citoyens français de toutes croyances et de toutes cultures. Et pour que cela fonctionne, la laïcité ne peut être déployée simplement comme une incantation des valeurs républicaines ou utilisée comme un test d'appartenance.

Laïcité doit être expliqué. Pour de nombreux musulmans (en particulier les jeunes), il n'est tout simplement pas clair comment ou pourquoi cet idéal particulier peut être libérateur plutôt que diminuer: qu'il offre un espace neutre dans lequel exercer ses droits humains fondamentaux, y compris le droit de s'éloigner de son original. tradition ou croyance.

Prendre la peine de le préciser (cela n’a pas été fait depuis la loi de 1905 séparant l’Église et l’État) est une étape nécessaire. Et c'est une question remarquablement difficile. L'importance renouvelée que le gouvernement français va, nous l'espérons, va désormais mettre sur l'enseignement des laïcité – plutôt que de simplement frapper les gens à la tête avec ça – me donne de l'espoir.

Mais cela nous amène au troisième fait fondamental et aux récentes actions d'Emmanuel Macron, qui marquent une rupture avec celles de ses prédécesseurs. Au cours des dernières semaines, Macron a été critiqué pour avoir appelé à un islam réformé et à un islam français. Je pense que ses actions récentes montrent deux choses.

Le premier est la détermination à s'engager avec les médias musulmans et les organisations musulmanes à l'étranger. Il a clairement indiqué, par exemple, qu'il soutenait l'inclusion du Hezbollah dans les pourparlers sur l'avenir du Liban.

L'engagement national avec les organisations musulmanes françaises peut en aliéner certaines, étant donné que ces groupes ne représentent pas tous les musulmans français. Mais le fait qu'ils soient si activement amenés dans la tente suggère un moment charnière.

Macron augmente également la mise en matière de sécurité, adaptant la stratégie antiterroriste que la France a d'abord mise en place après le 11 septembre et développée après les attentats de 2015. Et bien sûr, cela fait partie de sa tentative de faire face à Marine Le Pen et ses partisans.

Mais le président peut aussi tranquillement préparer le terrain pour un nouveau départ; plus proche d'une stratégie de multiculturalisme, même si ce concept est si fondamentalement méconnu en France qu'elle ne pourra jamais oser prononcer son nom.

J'ai toujours soutenu que le multiculturalisme, tel qu'il est pratiqué au Canada ou à Singapour plutôt qu'en Allemagne ou au Royaume-Uni, est un realpolitik génie. Loin de la philosophie kumbaya à laquelle il est souvent réduit, le multiculturalisme est avant tout une stratégie politique incroyablement efficace quoique légèrement cynique. Il est conçu pour créer un cadre pour la participation des minorités – avec toutes les incitations financières et politiques appropriées – en échange d'un accord selon lequel chacune d'elles ne deviendra qu'un volet culturel défini parmi d'autres.

La foi et la religion deviennent culture, tout comme la langue et l'ethnicité. Les institutions font place à leur représentation, mais comme des identités culturelles entrecroisées plutôt que comme des courants de croyance ou de foi. Le multiculturalisme dilue en effet la foi publique en culture. Cela ne convient peut-être pas à tout le monde, mais cela reconnaît et cimente le statut des gens dans une politique. Dans le contexte français, où la foi est une affaire privée mais la religion peut être une question d'appartenance culturelle, vers une telle inclusion est plus nécessaire que jamais.

Plus précisément, c'est probablement le seul compromis à l'horizon. Dans les démocraties avancées avec des États providence généreux, où l'État plutôt que le marché est le gardien des pleins droits de citoyenneté, un ensemble multiculturel d'institutions est le seul moyen d'équilibrer les droits et les devoirs. Ce que Macron tente de faire – la carotte de l'engagement et le bâton de la sécurité – peut ne pas réprimer immédiatement le type de violence que nous avons vu ces dernières semaines, mais cela peut créer le genre de cadre dans lequel les musulmans français ressentiront enfin un partie intégrante de la république.

Peut-être Macron a-t-il compris qu'une dose subtile de multiculturalisme furtif est le meilleur moyen d'atteindre des objectifs complètement républicains.

Catherine Fieschi est directrice du nouveau Global Policy Institute de l'Université Queen Mary de Londres et auteure de Populocracy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *