Catégories
Religions et savoir

La colère des musulmans contre Macron menace d’aggraver les tensions en Europe | Emmanuel Macron

Maybe il savait ce qu'il faisait. Peut-être pas. Quoi qu'il en soit, Emmanuel Macron a placé la France et l'Europe sur une nouvelle trajectoire de collision avec le monde islamique le mois dernier – tout cela au nom de la liberté. La série d’attentats terroristes meurtriers de la semaine dernière suggère que le président français a peut-être commencé quelque chose qu’il ne peut pas terminer.

Le discours passionné de Macron le 2 octobre, promettant de lutter contre «l’islamisme radical», d’éradiquer le «séparatisme» et de défendre à tout prix les valeurs laïques, préfigurait cette dernière crise. Il était considéré à l'époque comme un exercice politique principalement domestique, destiné à faire exploser les armes de l'extrême droite française avant sa campagne électorale de 2022.

Mais les dirigeants musulmans étaient furieux de la description de Macron de l’islam comme d’une foi «en crise dans le monde entier» qui avait, en fait, été détournée par des extrémistes. Puis, deux semaines plus tard, après le meurtre d'un instituteur parisien, Samuel Paty, par un islamiste né à l'étranger, un Macron intrépide a doublé. Sa défense du notoire, récemment republié Charlie Hebdo les caricatures du prophète Mahomet, que Paty avait montrées aux élèves, et une répression nationale contre les mosquées, les imams et les groupes islamiques ont alimenté le feu. La France elle-même était «attaquée», a déclaré Macron de façon dramatique, une phrase qu'il a répétée jeudi.

En défendant haut et fort les valeurs françaises, Macron a réussi à scandaliser l'opinion musulmane dominante et, apparemment, à dynamiser les extrémistes.

Dirigeants politiques et religieux du Bangladesh à la Jordanie et manifestants anti-français ont publiquement évacué leur fureur, l’accusant de faire «l’œuvre de Satan». Une grande partie de ce qu'il a dit était mal comprise ou délibérément déformée. La vérité a également été une victime.

Pourtant, le fait est resté: en défendant bruyamment et sans compromis les valeurs françaises, Macron avait réussi simultanément à scandaliser l'opinion musulmane dominante et, apparemment, à dynamiser les extrémistes.

Le résultat immédiat et sombre, qui sera justement ou injustement porté à sa porte, fut une série d'attentats à Nice, Avignon et en Arabie saoudite. La France, qui lutte pour contenir l'aggravation de la pandémie de Covid, est maintenant sur sa plus haute alerte au terrorisme, avec des écoles et des églises sous garde armée.

Macron ne peut être blâmé pour avoir défendu l'idéal français post-Lumières d'une société égalitaire, intégrée, laïque et républicaine. Mais lui et d'autres dirigeants européens sont maintenant confrontés à une réaction islamophobe et anti-musulmane potentiellement puissante qui pourrait engendrer encore plus d'effusion de sang.

Cette soudaine explosion de violence et de récriminations affecte potentiellement tout le monde. Tous les gouvernements européens risquent d’être entraînés dans une polarisation croissante, avec des implications évidentes pour la paix, la sécurité et la cohésion sociale.

À l’instar du Rassemblement national de la France (anciennement le Front national), les partis populistes islamophobes et anti-migrants d’extrême droite allemands, italiens et autres dont le soutien public a diminué ces derniers temps doivent se lécher les lèvres. Des dirigeants musulmans tels que le Pakistanais Imran Khan se sont saisis de l’affaire pour détourner la colère de leurs propres échecs.

Les détracteurs de Macron diront que c’est ce qui vient d’avoir un président impérieux pressé, poussant à prendre les rênes du leadership européen. Macron veut transformer l'UE en un bloc plus puissant et indépendant qui se défend contre les États-Unis, la Chine et l'islam. Mais le prix de sa vision européenne néo-gaulliste ne cesse d'augmenter.

Les adversaires les plus déterminés de l’Europe ont entre-temps repéré une opportunité. Le chef d’entre eux est Recep Tayyip Erdoğan, président de la Turquie. Il a suggéré que Macron était mentalement déséquilibré. "Notre histoire est celle d'une bataille contre la tyrannie et le fanatisme", a répondu Macron via Twitter. Pas de prix dont il parlait tyran et fanatique.

Erdoğan est un nationaliste islamique autoritaire et profondément désagréable. Mais à un égard, lui et Macron se ressemblent. Erdoğan se présente également comme un leader pan-régional, comme un tuteur et un défenseur du monde musulman sunnite. Cette ambition a été symbolisée par sa renommée provocante de l’ancienne cathédrale d’Istanbul, Sainte-Sophie, en tant que mosquée.

Oubliez Trump v Biden – Erdoğan v Macron est le combat des poids lourds de l'année. Les deux ont déjà fait plusieurs rounds de punition sur les réserves de gaz contestées dans l'est de la Méditerranée, la Libye, la Syrie et le Haut-Karabakh. À la demande pressante de Macron, le sommet européen de décembre discutera des sanctions contre la Turquie.

Pourtant, les idées conflictuelles et les rivalités géopolitiques de deux hommes n’expliquent pas la profondeur et l’ampleur de la fureur du monde musulman. Cela découle de la consternation ressentie par la majorité musulmane très majoritairement non-violente face à l'islamophobie européenne enracinée, à la discrimination raciale, à l'insensibilité culturelle et aux politiques d'immigration sans cœur.

Des deux côtés de cet argument, le manque de respect est une grande partie du problème

Plus loin, le néocolonialisme français perçu au Sahel et l'apparente indifférence occidentale face aux horreurs sans fin en Syrie, au Yémen, en Afghanistan, au Myanmar et au Xinjiang alimentent les tensions. ) Pour de nombreux musulmans, la projection du prophète Mahomet caricature sur les murs de plusieurs villes françaises après la mort de Paty était intolérable. Mais il en était de même pour l’attaque d’une église de Nice. Des deux côtés, le manque de respect est une grande partie du problème.

) L’impact destructeur du Covid-19 a encore affaibli les esprits, mettant les gouvernements et les citoyens du monde entier sous pression. Dans ce mantrap géant, Macron a sauté les pieds d'abord, augmentant et non réduisant les incompréhensions à une époque de stress extrême.

Une enquête de Pew Research de l'année dernière a révélé que de solides majorités de personnes au Royaume-Uni, en France, aux Pays-Bas, en Allemagne et en Suède ont des opinions positives sur les musulmans de leur pays. En Italie et en Europe du Sud et de l'Est, la négativité est plus grande. Bien que les partis populistes d'extrême droite continuent d'exploiter les craintes concernant l'identité et l'immigration, en particulier parmi les personnes moins instruites et les personnes âgées, et bien que les incidents d'islamophobie enregistrés soient en hausse, les tensions générales ont diminué par rapport à il y a cinq ans.


D'un autre côté, la politique française imposant l'assimilation dans une société prescriptive «laïque» – contrairement au multiculturalisme de laissez-faire à la britannique – semble trop rigide. Macron devrait réfléchir à nouveau à la manière dont il est appliqué.

Il est clair que les relations entre musulmans et non musulmans en Europe restent fragiles. Le danger est évident. L’amère fureur suscitée par la défense justifiée mais maladroite de Macron des valeurs françaises, la perception que l’Islam est attaquée et la terreur qui s’ensuit feront basculer l’Europe dans une nouvelle spirale conflictuelle descendante? Espérons que non.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *