Catégories
Religions et savoir

La Chine confirme la mort d'un homme ouïghour dont la famille dit avoir été détenu dans les camps du Xinjiang | Ouïghours

Le gouvernement chinois a pris la rare mesure de confirmer officiellement à l'ONU la mort d'un homme ouïghour dont la famille pense qu'il était détenu dans un camp d'internement du Xinjiang depuis 2017.

Plus d'un million de personnes des communautés musulmanes ouïghoures et turques de l'extrême ouest du Xinjiang auraient été détenues dans des camps depuis 2017, dans le cadre d'une répression des minorités ethniques qui, selon les experts, équivaut à un génocide culturel. Le Parti communiste chinois (PCC) a refusé à plusieurs reprises les demandes des organismes internationaux de visiter et d'enquêter de manière indépendante dans la région, malgré une réaction internationale croissante.

La disparition d'Abdulghafur Hapiz a été enregistrée auprès du Groupe de travail des Nations Unies sur les disparitions forcées ou involontaires (WGEID) en avril 2019, mais le gouvernement chinois n'a répondu aux demandes de renseignements formelles que ce mois-ci. Lorsqu'il a répondu, dans un document vu par le Guardian, il a déclaré à WGEID que le chauffeur à la retraite de Kashgar était décédé il y a près de deux ans, le 3 novembre 2018, de «pneumonie sévère et tuberculose».

«Je ne le crois pas», a déclaré sa fille, Fatimah Abdulghafur, au Guardian. «S'il mourait de quoi que ce soit, ce serait le diabète.»

«Je connais la santé de mon père et j’ai parlé de ses problèmes de santé. Il s'est fait vacciner (contre la tuberculose).

Abdulghafur, une poète et militante vivant en Australie, a déclaré avoir entendu son père pour la dernière fois en avril 2016, quand il lui a laissé un message vocal sur WeChat disant: «J'ai quelque chose d'urgent à vous dire s'il vous plaît appelez-moi», mais quand j'ai appelé lui de retour, il n'était pas là.

Abdulghafur pense que son père a été envoyé dans les camps en mars 2017 et avait plaidé pour sa libération, ou du moins des informations sur son sort depuis.

«Je cherchais frénétiquement mon père, alors qu'il était déjà parti. C’est aussi très triste parce que je ne pouvais pas lui parler avant sa mort », a-t-elle déclaré. Les autorités n'ont donné aucune information sur son enterrement, ni sur l'emplacement de son corps.

Elle a déclaré que la reconnaissance formelle de sa mort était importante pour la communauté ouïghoure non seulement parce qu'il s'agissait d'une réponse extraordinairement rare – autre que les reportages des médias d'État ciblant leurs revendications – mais parce qu'elle apporte de l'espoir et potentiellement des recours juridiques. Aucun avocat des droits humains du continent ne s'approche des cas sensibles ouïghours, a-t-elle déclaré.

«C'est une lettre officielle du gouvernement remise à l'ONU, donc je peux porter cette lettre à peut-être un tribunal international pour dire que c'est ma preuve, et laisser le gouvernement chinois montrer ses preuves.

«Pour moi, c’est un succès personnel majeur. Je ne sais pas qui peut m'aider, mais je cherche. "

L'une des milliers d'Ouïghours vivant actuellement en Australie, Abdulghafur a déclaré qu'il n'était pas sûr pour elle de contacter directement sa famille au Xinjiang, mais qu'elle avait reçu des messages via des tiers au fil des ans.

Le WGEID s’est également renseigné sur la mère d’Abdulghafur et ses deux frères et sœurs plus jeunes, qui ont également disparu, et Abdulghafur a déclaré que les autorités avaient rapporté que sa mère de 63 ans «menait une vie sociale normale».

«Je n’ai pas pu lui parler du tout. C’est un autre mensonge », a-t-elle déclaré. «Elle est à la maison, j'en suis sûr. Mais elle ne mène pas une vie normale. Je pense qu'elle est assignée à résidence.

Abdulghafur a déclaré que, alors qu'elle postulait anonymement auprès du WGEID pour enquêter sur les disparitions de sa famille, sa sœur en Turquie avait demandé des informations à l'ambassade de Chine à Istanbul, mais avait été harcelée et intimidée après avoir été informée de lui transmettre ses informations personnelles.

Dans son rapport 2020, le WGEID a exhorté la Chine à fournir des informations aux familles et aux groupes juridiques sur les Ouïghours portés disparus et a déclaré que «ne pas le faire équivaut à une disparition forcée».

La répression chinoise contre le Xinjiang s’étend, selon de nouvelles recherches qui ont révélé des centaines de nouveaux camps de détention et la destruction de milliers de mosquées et d’autres sites culturels et religieux. Il fait suite aux révélations de ces derniers mois de stérilisation forcée des femmes et de l'expansion des programmes de travail forcé.

Le PCC a toujours nié les accusations portées contre lui et dit que les camps sont des centres de formation professionnelle construits en réponse à l'extrémisme religieux.

Le week-end dernier, le président du PCC, Xi Jinping, a déclaré que sa politique au Xinjiang était «totalement correcte» et que l'éducation de la population «établissait une perspective correcte sur le pays, l'histoire et la nationalité».

«Le sentiment de gain, de bonheur et de sécurité parmi les gens de tous les groupes ethniques a continué d'augmenter», a déclaré Xi lors d'une réunion du PCC.

«Tant qu'il restera au pouvoir, cela continuera et le monde verra tous les Ouïghours disparaître un par un», a déclaré Abdulghafur.

«Ils sont bien armés pour soit se débarrasser complètement de nous, soit faire de nous complètement l'un d'eux, comme une assimilation complète. Il n'y a pas de voie intermédiaire. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *