Catégories
Religions et savoir

"J'ai plus d'adeptes que le C de E": rencontrez les stars religieuses d'Instagram | Nouvelles du monde

"Un ami dit que son Insta est plein de seins et de clochards – je suis une bouffée d'air frais": Rev Chris Lee, 37 ans, prêtre de l'Église d'Angleterre, Londres

En 2015, mes amis m'ont invité à faire une machine à sous appelée Rev Chris Reacts sur leurs chaînes YouTube. Je suis apparu dans mon collier de chien, passant en revue la nourriture, la culture et la musique; une vidéo de moi regardant God Is A Woman d'Ariana Grande a maintenant accumulé plus de 8 millions de vues.

Cela m'a frappé d'avoir eu l'occasion d'injecter de la lumière et de l'amour dans Internet. J'ai rejoint Instagram il y a cinq ans et mon nombre d'abonnés a doublé au cours de la dernière année. J'ai 168 000 fidèles – plus que l'Église d'Angleterre et l'archevêque de Cantorbéry réunis.

Je suis vicaire à l'église St Saviour’s, à Wendell Park, Londres. Quand je rencontre des gens, j'essaie de ne pas leur dire tout de suite ce que je fais, car ça change immédiatement l'humeur. Parfois, ils s’ouvrent, parfois ils se défendent, parfois ils ne m’aiment tout simplement pas.

Sur Instagram, je partage toutes les choses que j'aime – le sport, ma famille, Dieu – mais je ne fais pas de «couper-coller»: vous ne trouverez pas de longs sermons de ma part. Je suis marié et père de deux filles et j'ai un jumeau identique, qui est major de l'armée. L'été dernier, j'ai partagé des photos de nous sautant ensemble à Dubrovnik et lors d'un voyage militaire en Corée.

Je reçois de 50 à 100 DM par jour, allant de "Hé, tu es incroyable" aux appels à l'aide. Souvent, ces conversations m'inspirent pour partager quelques réflexions sur des sujets difficiles. Certains dimanches, je publie des résumés de 60 secondes de sermons sur le chemin de l'église; ils sont publiés dans un livre cet automne intitulé The OMG Effect.

Mon cheminement vers le christianisme n'était pas simple. À 21 ans, j'ai quitté mon emploi dans les hypothèques et les biens, et j'ai voyagé en Tanzanie, où j'ai vécu dans une mission dans la steppe Massaï. À 24 ans, j'ai été ordonné diacre dans le diocèse du mont Kilimandjaro. Je suis retourné à l'école de théologie au Royaume-Uni et je suis dans mon église actuelle depuis quatre ans.

La pandémie a forcé l'Église d'Angleterre à embrasser la révolution technologique. Avant, nous étions comme des pêcheurs aux filets pauvres, essayant de capter tout intérêt en ligne; maintenant, des efforts considérables ont été consacrés à l'entretien des moustiquaires. Être enfermé dans nos propres églises a été particulièrement difficile. J'ai commencé à faire des services en direct sur Instagram, et souvent 5 000 personnes regardaient pendant une journée, y compris des athées.

J'ai eu des femmes qui m'envoyaient des photos coquines. Je crie généralement: "Oh mon Dieu!" et demander à ma femme Jenny (@mamajennylee) de s'occuper d'eux.

J'essaie de partager des messages qui renforcent l'espoir et l'amour; qui font que les gens se sentent entendus. Un ami dit que son Insta est plein de seins et de clochards, puis je me lève et c'est une bouffée d'air frais.

Instagram: @ revchris7

"Il y a des trolls, principalement des hommes, qui me disent que je ne suis pas un vrai prêtre": Rev Jennie Högberg, 38 ans, prêtre de l'Église de Suède, Stockholm

Rev Jennie Högberg, AKA the Vegan Priest



Rev Jennie Högberg, alias le prêtre végétalien. Photographie: Christopher Hunt / The Guardian

Mon nom Instagram se traduit par Vegan Priest. J'ai rejoint le groupe en 2012, et quand je suis devenu végétalien il y a quatre ans, j'ai commencé à partager des photos gourmandes. Certains plats, comme les gâteaux que j'ai faits, étaient populaires et j'ai commencé à restreindre la focalisation pour refléter les domaines qui me passionnent le plus: le véganisme, la théologie animale et le changement climatique.

Je suis arrivée au christianisme dans la vingtaine et j'ai été ordonnée en 2018, après avoir étudié pendant 12 ans. Avant de devenir prêtre, j'ai travaillé comme massothérapeute et j'ai enseigné la danse moderne et le ballet. Je suis aussi saxophoniste baryton; il est important pour moi que les gens reconnaissent que le clergé est aussi multidimensionnel que n'importe qui d'autre.

Récemment, je suis devenu plus un activiste. En juin de l'année dernière, j'ai rencontré Greta Thunberg et publié une photo de nous. Certains messages sont plus personnels; les selfies dans le col de mon prêtre sont toujours populaires.

Je parle à beaucoup de jeunes qui considèrent l'église comme conservatrice et ennuyeuse. Ensuite, ils me voient et pensent différemment. Je suis également une voix critique au sein de mon église: je veux qu’ils adoptent le véganisme d’une nouvelle manière, qu’ils prennent des mesures à ce sujet et face au changement climatique.

Quand j'écris mes sermons, j'étudie les textes et la théologie, et je réfléchis à ce que la congrégation a besoin d'entendre. Mais sur Instagram, je suis plus libre. Les réponses sont extrêmement positives, mais il y a aussi des trolls – surtout des hommes – qui me disent que je ne suis pas un vrai prêtre parce que je suis une femme. Parfois j'en discute; parfois je ne me dérange pas.

Instagram: @vegoprasten

"Ma première classe de Spin ressemblait à une église": Père Ryan Rooney, 35 ans, prêtre catholique romain, Springfield, Massachusetts, États-Unis

Père Ryan Rooney



«Je viens de faire baptiser et confirmer mon caméraman en direct»: le père Ryan Rooney. Photographie: Webb Chappell / The Guardian

J'étais un mangeur émotionnel depuis mon enfance. Mon père est parti quand j'avais quatre ans et est décédé à l'âge de 12 ans. On m'a diagnostiqué un cancer juste avant de terminer mes études secondaires, donc j'ai traversé beaucoup de choses. À mon plus lourd, j'étais 464 lb (210 kg) – morbide obèse.

Quand je suis devenu prêtre, j'ai eu du mal à m'éteindre. Je mangeais trop et, en 2013, après 18 mois de travail, je me suis inscrite dans un centre de réadaptation et j'ai perdu 100 lb (45 kg).

J'ai pris mon premier cours de Spin en 2014. Pendant 10 minutes, j'ai eu l'impression que j'allais mourir, mais j'ai adoré. La musique, la camaraderie – c'était comme une église.

J'ai déménagé dans mon église actuelle en 2016. Nous sommes une paroisse multiculturelle du centre-ville au service d'une communauté hispanique majoritaire. J'ai trouvé un gymnase Spin dédié localement et j'ai été encouragé à me qualifier en tant qu'instructeur. C’est alors que mon compte Instagram a décollé. Un ami et moi avons créé notre propre communauté, @priestfit, pour des prêtres intéressés par le fitness.

Il y avait beaucoup de haineux, qui présumaient que c'était tout ce que je faisais, et avaient leurs propres idées de ce qu'un prêtre devrait être. J'ai donc commencé à partager plus de moi-même, à chanter (j'aime l'opéra et le karaoké: Journey’s Don't Stop Believin ’est ma chanson), ainsi que l'église.

Beaucoup de mes disciples viennent d'autres pays catholiques comme les Philippines, l'Italie et l'Amérique du Sud; les prêtres y sont des superstars des médias sociaux. Il y a un extrait de moi sur YouTube, tiré d'un documentaire intitulé Fathers Out Of Order, qui compte plus d'un million de vues.

Mon travail à plein temps est ma paroisse. Pendant la pandémie, comme de nombreuses églises, nous avons diffusé en direct la masse sur Facebook. Lors d'une de nos premières messes publiques après le lock-out, mon caméraman a été baptisé et confirmé. C'est une belle réalisation des connexions que nous avons établies pendant la quarantaine.

Instagram: @spinningpadre

«De nombreux cercles orthodoxes désapprouvent les nouvelles technologies. Mais nous devons être là où les gens sont »: Adam Kelwick, 37 ans, aumônier musulman, Liverpool

L'aumônier musulman Adam Kelwick, photographié dans un entrepôt en Turquie, avec des marchandises destinées aux réfugiés syriens.



L'aumônier musulman Adam Kelwick, photographié dans un entrepôt en Turquie, avec des marchandises destinées aux réfugiés syriens. Photographie: Aytunc Akad / The Guardian

Le mien n'est pas un travail que vous faites pour un salaire ou une progression de carrière; votre cœur doit y être. Vous devenez un serviteur, aidez les gens avec des problèmes personnels, prenez des appels à toute heure. J'ai travaillé comme aumônier dans un hôpital et pour la police de Merseyside. Le travail à l'hôpital est traumatisant. Vous êtes avec des gens à leurs moments les plus critiques; c'est intense et facile à brûler. Trouver vos propres intérêts est essentiel.

Être aumônier signifie que j'exerce certaines fonctions d'imam à la mosquée Abdullah Quilliam de Liverpool. Je suis également marié et père de quatre enfants. Chaque semaine, j'essaie de trouver une fenêtre – un parc ou la rivière – pour sortir de la ville et être seul. J'essaie de partager ces moments, pour que d'autres puissent aussi réfléchir.

Lorsque j'ai rejoint Instagram il y a trois ans, mon intention était de toucher les plus jeunes. Mais c'est rapidement devenu une plate-forme pour faire connaître le travail que je fais en dehors de ma communauté.

En 2015, j'ai répondu à la crise des réfugiés en me rendant à Calais. Lorsque j'ai partagé mes plans sur ma page Facebook, j'ai fini par emporter plus de 10 000 £ de dons avec moi. Le soutien a augmenté à mesure que je publiais des informations sur le travail en Grèce, en Somalie, en Irak et maintenant au Yémen. J'ai également commencé à concentrer mon Instagram sur ce travail humanitaire. Si j'annonçais demain que j'allais en Nouvelle-Zélande ou au Japon, je peux garantir que les gens sur Instagram ou Facebook proposeraient de me rencontrer ou de m'héberger.

De nombreux cercles orthodoxes désapprouvent les nouvelles technologies. Même les photographies étaient haram (interdites) jusqu'à il n'y a pas longtemps. Mais je pense que si c'est là que les gens sont, nous devons être là avec eux.

Pendant le verrouillage, j'ai vécu l'une des périodes les plus occupées et les plus intenses de ma vie, en particulier pendant le Ramadan. Chaque jour, je me suis retrouvé impliqué dans jusqu'à cinq conférences en direct sur des plateformes en ligne. Voir la communauté musulmane britannique évoluer et se déplacer en ligne pendant cette période a été une source d'inspiration. C'était rafraîchissant de voir des gens et des institutions, qui sont souvent coincés dans leurs traditions, essayer quelque chose de nouveau.

J'ai récemment travaillé avec le Muslim Influencer Network, offrant une pastorale aux chanteurs et aux modèles avec des millions d'adeptes. Certains d'entre eux se sentaient isolés par l'écart entre leurs personnages sur les réseaux sociaux et leur vrai moi. Il est important d’être conscient de ces dangers.

Je suis heureux et fier d’être identifié par ma foi. Mais je pense aussi que c'est génial de servir d'exemple d'une figure religieuse qui est juste un gars normal.

Instagram: @adamkelwick

"J'ai rapidement décidé que le whisky serait mon truc": Rabbi Amir Ellituv, 42 ans, Manchester

Rabbi Amir Ellituv



Rabbi Amir Ellituv: «Ma consommation se limite à de petites dégustations». Photographie: Stephen Burke / The Guardian

Une semaine typique est sans escale: enseigner et conseiller les fidèles, préparer les sermons, les visites à l'hôpital et le travail d'aumônerie, l'apprentissage personnel, puis le Shabbat. J'ai passé mes examens rabbiniques il y a 15 ans, mais j'exerce mes fonctions depuis le début de la vingtaine. Ma synagogue compte 350 membres et je suis marié et père de six enfants. Il est donc rare de trouver une demi-heure pour moi. Mon compte Instagram en est devenu une grande partie.

Je suis entré dans le whisky en tant qu'étudiant. Mais ce qui m'a vraiment intéressé, c'est une visite à mon beau-frère à Glasgow, en 2005. Il avait toutes les étiquettes bleues pour les occasions spéciales, mais c'est Bowmore 17 qui m'a séduit: tourbé, doux, fleuri avec une durée goût. J'ai commencé à visiter des distilleries. Ma femme est ingénieur chimiste et je suis un mordu de whisky, donc il y a quelque chose pour nous deux. Nous partons en voyage avec les enfants et les cochons sur une carte. Nous sommes allés à 55 ans.

Sur Facebook, je partage des messages ou des conseils, mais quand j'ai rejoint Instagram, il y a deux ans, j'ai rapidement décidé que ce serait un médium à whisky. Je me suis enseigné les hashtags et les algorithmes, et mes images ont pris un style, photographiant le whisky contre des décors dramatiques dans la nature: une rivière, une cascade, la neige. J'ai une collection de 70 bouteilles et j'en garde un couple dans le coffre de ma voiture, ou je prends des minis si je voyage, pour pouvoir prendre des photos. Pour marquer le Tour de France, j’en ai installé un dans le porte-bouteille de mon vélo; pour la Coupe du monde, j'en ai équilibré un sur un ballon de football. Mes enfants ont été mortifiés lorsque j'en ai sorti un de mon sac à dos à Jodrell Bank.

Les gens doivent penser que je suis écorché 24 heures sur 24, mais ma consommation se limite à de petites dégustations. Je n'ai été saoul qu'une fois dans ma vie – et plus jamais. Je fais partie d'un groupe appelé Whisky Circle; Nous sommes 17 à échanger des messages et à partager nos messages. Cette communauté de passionnés, de tous horizons, est charmante. Nous avons également repris le jargon de l'autre. Ils ont commencé à dire "L’Chaim" (hébreu pour "acclamations").

Après l'attentat de Manchester et pendant la pandémie, les médias sociaux ont été un moyen de transmettre rapidement des messages d'espoir aux communautés bien au-delà des miennes. Rien ne vaut le contact humain, mais nous pouvons rassembler des gens du monde entier sur nos écrans, et cela a été vital. Nous avons eu des services quotidiens, des concerts, des conférences et des conventions, comme des bar-mitsva, pour garder les gens connectés et exaltés.

Instagram: @whiskyrabbi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *