Catégories
Religions et savoir

Histoire du cheikh tombé amoureux d'une femme: Sheikh Abu Abdullah Al Andulusi

andalousi

C'est une histoire remplie de leçons et d'avertissements, toute personne qui occupe une position élevée dans l'activité académique ou à Tasawwuf ou dans tout autre service de Deen en tirera des avantages et des conseils. Ils apprendront qu'il est de la plus haute importance que quelqu'un évite de penser que les autres lui sont inférieurs. Ils devraient toujours se souvenir des conseils de Shaykh Shahabuddin Suhrawardi (rah), le guide spirituel de Shaykh Saadi (rah): «Ne devenez jamais vaniteux et ne méprisez personne d’autre. »

Cette histoire se déroule à un moment où la piété, la confiance et la droiture occupaient une place importante dans la vie des gens. Dans chaque ville, il y avait de nombreux oulémas et hommes pieux, en particulier à Bagdad, qui était à l'époque le siège de l'État islamique. C'était un lieu de rassemblement pour les juristes, les savants des hadiths et les saints. Dans cette ville, parmi tous ces gens pieux, se trouvait un Abu Abdullah Al-Andalusi (rah), qui avait trente khanqahs (retraites spirituelles) à Bagdad. En outre, il était un savant et muhaddith bien connu et il a dit que le nombre de ses disciples était de 12 000. Il connaissait 30 000 hadiths par cœur, et pouvait réciter le Coran dans tous les différents «Qiraats».

À une certaine occasion, il partait en voyage et était accompagné d'une grande foule de participants parmi lesquels se trouvaient les célèbres Junayd Baghdadi (rah) et Shibli (rah). Hadrat Shibli (rah) poursuit l'histoire: «Notre caravane voyageait assez bien, en toute sécurité et confortablement jusqu'à ce que nous passions par une zone où résidaient des chrétiens. Il était déjà temps pour Salaah, mais à cause du manque d'eau, nous ne l'avions pas encore exécuté. Quand nous sommes arrivés au village chrétien, une recherche d'eau a été faite. Nous avons parcouru le village et découvert que la ville avait de nombreux temples, des autels adorant le soleil, des synagogues et des églises. Certains adoraient le soleil, certains adoraient le feu et certains dirigeaient leurs supplications vers la croix. Nous avons dépassé tout cela et avons atteint la périphérie de la ville, où nous avons trouvé un puits et quelques filles puisant de l'eau pour que les gens boivent. »

Les yeux de Shaykh Abu Abdullah (rah) sont tombés sur l'une des filles qui se démarquait des autres par sa beauté exquise. Elle était vêtue de beaux vêtements et ornée de bijoux. Le Shaykh (rah) a demandé aux autres filles qui elle était. Ils ont répondu: »C'est la fille de notre chef». Le Cheikh (rah) a répondu: «Alors pourquoi son père l'a-t-il tellement dégradée qu'elle doit s'asseoir près du puits et donner de l'eau à boire aux gens?"

Les filles ont répondu: "Il ne veut pas qu’elle reste assise et soit fière et vantardise des biens de son père». Hadrat Shibli (rah) dit: «Le Shaykh (rah) s'est assis avec la tête penchée en avant et est resté silencieux comme ça pendant trois jours. Au moment de la Salaah, il accomplissait sa Salaah.«Le troisième jour, découragé par sa situation, j'ai décidé de lui parler. J'ai dit: "Ô Shaykh, vos muresed (disciples) sont très inquiets et perplexes devant ce silence continu qui est le vôtre. Veuillez nous parler. Quel est le problème?"

Le Cheikh (rah) a répondu: «Mes amis bien-aimés! Pendant combien de temps puis-je vous cacher ma condition? Mon cœur s'est rempli d'amour pour la fille que nous avons vue avant-hier. Cet amour m'a tellement rempli qu'il contrôle tous mes membres. Il ne m'est en aucun cas possible de partir d'ici. » Hadrat Shibli (rah) a répondu: «Notre dirigeant! Vous êtes le guide spirituel de tout l'Irak. Vous êtes connu pour votre piété, vos connaissances et vos vertus. Vos disciples sont au nombre de plus de 12 000. Je vous supplie à travers le Saint Coran de ne pas nous déshonorer. » Le Cheikh (rah) a répondu: «Mes amis bien-aimés, votre sort et mon sort ont déjà été scellés par le destin. Le manteau de la sainteté m'a été enlevé et les signes d'orientation m'ont été enlevés. Ce qui a été prédestiné est arrivé, maintenant je ne suis plus rien.»En disant cela, le Shaykh (rah) s'est mis à pleurer amèrement.

Quand les gens ont entendu parler de notre retour, ils sont venus en grand nombre à la périphérie de la ville pour venir rencontrer le Shaykh (rah). Ils ont vu qu'il n'était pas avec nous et ont posé des questions à ce sujet. Nous leur avons raconté toute l'histoire. C'était beaucoup de chagrin et de pleurs. Beaucoup sont tombés dans la prière en suppliant Allah de guider le Cheikh (rah) sur le droit chemin et de le ramener à son ancien poste. Entre-temps, toutes les khanqahs ont été fermées. Nous parlions encore de la tragédie du Shaykh (rah) un an plus tard lorsque nous avons décidé de visiter à nouveau cette ville et de découvrir comment il allait. Un groupe d'entre nous est parti et après avoir enquêté on lui a dit qu'il était dans les bois pour s'occuper des porcs. Nous l'avons dit: "Allah nous protège! Que s'est-il passé? Les villageois nous ont dit qu'il avait proposé le mariage à la fille du chef du village. Le père des filles avait accepté la proposition à la condition qu'il s'occupe des porcs. »

"Les larmes coulant dans nos yeux, nous sommes allés dans les bois où il élevait des cochons. Nous l'avons vu avec une chaîne de perles sacrées autour du cou. Il se tenait appuyé sur un bâton alors qu'il regardait les cochons, se tenant de la même manière qu'il se tenait lorsqu'il nous livrait la Khutbah. C'était comme frotter du sel dans nos plaies ouvertes. »

Quand il nous vit venir vers lui, il pencha la tête de honte. Nous nous sommes rapprochés et avons dit "Assalamu Alaykum. » Il a répondu: "Walaykumus salaam». Puis Hadrat Shibli (rah) a demandé: «Shaykh (rah) en dépit de votre connaissance et de votre vertu, qu'est-ce qui vous est arrivé? Le Cheikh (rah) a répondu: «Mes frères! Je ne suis plus motivé par mon propre choix et ma volonté. Tout ce qu'Allah a voulu pour moi, Il l'a fait avec moi. Après m'avoir amené si près de sa porte, il m'a maintenant jeté très loin de lui. Qui peut renverser le décret d'Allah? O mes frères, craignez la puissance et la colère d'Allah. Ne devenez jamais fier et arrogant concernant vos connaissances et vos vertus. » Puis se tournant vers le ciel, il dit: «Ô mon Seigneur, je ne m'attendais pas à ce que tu me rendes si disgracié et méprisé et que tu m'envoies loin de ta porte.»Puis il s'est mis à pleurer amèrement et à faire appel à Allah.

Voyant le Shaykh (rah) dans un tel désespoir, ils sont partis pour Bagdad. Cependant, en chemin, ils virent le Shaykh (rah) devant eux sortir d'une rivière, où il venait de prendre un bain. D'une voix forte, il a dit: «Je témoigne qu'il n'y a personne digne d'adoration en dehors d'Allah et je témoigne que Muhammad (sallahu alayhi wa sallam) est le Messager d'Allah"

Le Shaykh (rah) nous a demandé des vêtements purs à porter. Il a ensuite commencé à jouer Salaah après quoi on lui a demandé la raison pour laquelle il avait été soumis à un procès aussi intense. Le Cheikh (rah) a répondu: «Lorsque nous sommes arrivés dans le village et que nous avons vu les temples, les synagogues et les églises et que nous avons vu des adorateurs du feu occupés à adorer d'autres choses qu'Allah, une fierté a envahi mon cœur. Je pensais que ces gens étaient tellement stupides d'adorer des choses sans vie. À ce moment-là, j'ai entendu une voix en moi disant: "Cet Iman que vous avez, ne fait pas partie de votre vertu ou de vos bonnes qualités. Tout cela n'est que nos faveurs envers vous. Ne considérez pas votre foi comme étant de votre choix, car vous pouvez maintenant mépriser ces gens avec des yeux méprisants. Et si vous le souhaitez, nous allons vous tester maintenant. » À ce moment, j'ai eu l'impression qu'une colombe avait quitté mon cœur et s'était envolée. C'était en fait mon Imaan.

Hadrat Shibli (rah) raconte: «Par la suite, notre caravane est arrivée à Bagdad avec une grande joie tout autour. Tous ses muresed étaient extrêmement heureux que le Cheikh (rah) soit revenu à l'Islam. Il a repris ses activités à Tasawwuf, Tafseer et Hadith. Les Khanqahs ont été rouverts et en peu de temps, ses mureeds ont compté plus de 40 000 personnes."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *