Catégories
Religions et savoir

En tant que grand rabbin, je ne peux plus garder le silence sur le sort des Ouïghours | Ouïghours

je a récemment eu le privilège de parler à Rahima Mahmut, une remarquable militante ouïghoure des droits de l'homme vivant à Londres. Elle m'a dit qu'elle avait toujours été proche de sa famille vivant toujours en Chine, mais qu'au fil du temps, ils étaient devenus terrifiés à l'idée même de répondre à ses appels téléphoniques de peur de ce que cela pourrait signifier pour eux. Ils ont cessé d'utiliser les salutations islamiques traditionnelles, qui sont interdites, et ont finalement cessé de répondre à ses appels. Elle a persisté, jusqu'au jour où son frère a répondu au téléphone et avec un tremblement dans la voix, il l'a implorée: "Laissez-nous entre les mains de Dieu et nous vous laisserons aussi entre les mains de Dieu."

Cela fait maintenant près de quatre ans que Rahima a entendu ces mots d'adieu effrayants. Elle n'a aucun moyen de savoir ce qu'est devenue sa famille et elle vit dans la peur constante de ce qu'elle pourrait endurer.

Elie Wiesel a dit un jour: «Quiconque écoute un témoin devient un témoin.» Ayant également entendu des récits similaires d'autres personnes et réfléchissant à la profonde douleur de la persécution juive à travers les âges, je me sens obligé de parler.

Cette responsabilité est mise en évidence cette semaine dans les prières pour la fête de 'Hanoucca, lorsque nous nous souvenons des tentatives «de faire oublier la foi juive et d'empêcher les juifs de garder leurs traditions». Ces mots renvoient à la cruelle oppression des Juifs il y a plus de 2000 ans.

Peut-il être vrai que, dans notre monde moderne et sophistiqué, les hommes et les femmes sont encore battus s'ils refusent de renoncer à leur foi? Que les femmes sont obligées d'avorter leurs enfants à naître et sont ensuite stérilisées pour éviter qu'elles ne redeviennent enceintes? Cet emprisonnement forcé, la séparation des enfants de leurs parents et une culture d'intimidation et de peur sont devenus la norme?

Malheureusement, le poids des preuves de cette persécution de la minorité musulmane ouïghoure en Chine est écrasant. Les images satellites, les documents divulgués et les témoignages de survivants brossent tous un tableau dévastateur affectant bien plus d'un million de personnes, ce que, pour la plupart, le monde continue d'ignorer.

J'ai rencontré des chercheurs et des militants pour savoir s'il pouvait y avoir un espoir de changement positif. J'ai écrit des lettres et soulevé la question en privé avec des chiffres clés. À chaque interaction, j'ai eu le sentiment que toute amélioration de la situation désespérée était impossible.

«Impossible» est un mot que j'ai souvent entendu en grandissant dans l'apartheid en Afrique du Sud dans les années 60 et 70. Mon père, un rabbin, faisait des visites pastorales aux prisonniers politiques détenus à Robben Island, où Nelson Mandela était emprisonné. Ma mère était la directrice de la seule école de formation pour les enseignants noirs des écoles maternelles du pays. Pendant si longtemps, toute notion de changement positif a été rendue impossible par le pouvoir imprenable et la détermination impitoyable des autorités de l'apartheid. Et pourtant, le changement est finalement arrivé.

«Impossible» a été la triste conclusion lorsque, pendant mon mandat en tant que grand rabbin d'Irlande dans les années 1980, ma femme et moi avons participé activement à la campagne mondiale pour la communauté juive soviétique. L'oppression de tant de Juifs et d'autres par la puissante Union soviétique semblait une injustice insurmontable. Il est apparu impossible que des manifestants du monde entier puissent changer la fortune d'hommes et de femmes innocents envoyés dans des camps de travail pour le péché de vivre en tant que Juifs. Mais le changement est finalement arrivé.

La semaine dernière a marqué le 72e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme le 10 décembre 1948. Le 9 décembre de la même année, la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide a également été adoptée. Ces deux documents, qui figurent parmi les proclamations juridiques et morales les plus vitales de l’humanité, risquent de s’évanouir dans la périphérie politique si nous ne sommes pas prêts à les appliquer.

Les libertés dont nous jouissons, associées à la perception que rien de ce que nous faisons n’aidera, créent souvent une culture de l’apathie. À maintes reprises, l'histoire nous a appris que c'est précisément cette apathie qui permet à la haine de s'épanouir. Le Talmud enseigne que: «Nous ne sommes pas censés terminer la tâche, mais nous ne sommes pas non plus libres d’y renoncer.»

Nulle part la vérité de cette leçon ne m’était plus évidente que dans la réaction des gens honnêtes à l’apartheid et à l’Union soviétique. D'une manière ou d'une autre, avec chaque titre de journal et avec chaque nouvel allié, ce qui par le passé semblait impossible est finalement devenu inévitable. Le changement s'est finalement produit parce qu'au fil du temps, les gens ordinaires ont pris la parole, même lorsque ceux qui souffraient étaient d'une autre foi, qu'ils ne connaissaient pas et vivaient à l'autre bout du monde. C'est ainsi que nous pouvons apporter des changements aux musulmans ouïghours.

Il est clair qu'il doit y avoir une enquête urgente, indépendante et sans entrave sur ce qui se passe. Les responsables doivent répondre de leurs actes et les Ouïghours capables de s’évader doivent obtenir l’asile.

A côté de ces réponses et pour contribuer à leur réalisation, chacun de nous partage la responsabilité d'agir. Aujourd'hui, je vous exhorte à écrire à votre député. Écrivez des lettres à la presse. Écrivez aux entreprises qui ont été liées au travail forcé ouïghour. Accédez aux médias sociaux. Parlez à vos amis de ce qui se passe et encouragez-les à faire de même. Que personne ne dise que la responsabilité incombe aux autres.

En ce moment même, une atrocité de masse insondable est perpétrée. Bien que la tâche soit grande, aucun d’entre nous n’est libre d’y renoncer. Comme l'a dit Nelson Mandela lui-même: "Cela semble toujours impossible tant que ce n'est pas fait."

• Ephraim Mirvis est un rabbin orthodoxe qui est le grand rabbin des Congrégations hébraïques unies du Commonwealth

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *