Catégories
Religions et savoir

Des informations selon lesquelles un groupe de coronavirus de Melbourne originaire de la fête de l'Aïd pourrait attiser l'islamophobie | Nouvelles du monde

Les dirigeants de la communauté musulmane se disent terrifiés à l'idée que des reportages non confirmés affirmant que l'un des clusters de coronavirus de Melbourne provienne d'une fête de l'Aïd en famille pourraient créer une nouvelle vague de sentiments anti-islamiques.

"Je suis vraiment inquiet, je pense" c'est reparti ", bouc émissaire, marginalisant, stigmatisant injustement la communauté musulmane", a déclaré Adel Salman, vice-président du Conseil islamique de Victoria.

"Cela joue juste dans le même récit que les musulmans ne sont pas dignes de confiance, qu'ils ne sont pas comme nous, qu'ils bafouent nos règles, qu'ils n'ont pas les intérêts de l'Australie à cœur … Soit ils sont une menace parce qu'ils veulent nous tuer et nous attaquer ou ils constituent une menace car ils propagent le virus. C’est le même récit.

"La communauté musulmane, nous avons vécu cela si souvent pendant de nombreuses années."

Le rapport du journal australien a déclaré que le groupe familial élargi de Cobourg provenait d'une grande fête de l'Aïd en famille, une importante fête islamique tenue à la fin du Ramadan.

L'Aïd al-Fitr est l'une des fêtes les plus importantes de l'année islamique. Dans des circonstances normales, de grands groupes familiaux se réunissaient pour célébrer et, dans le monde entier, des centaines ou des milliers de personnes se réunissaient pour prier.

Le regroupement familial de Cobourg a été annoncé pour la première fois le 14 juin, impliquant une famille élargie répartie entre le nord et le sud-est de Melbourne. Depuis, il est passé à au moins 14 cas, dont des élèves de deux écoles primaires de Broadmeadows et de Pakenham.

La seule source citée dans l'article était une réceptionniste de la clinique médicale de Pakenham, qui a confirmé qu'une patiente qui s'était rendue à la clinique le 10 juin et qui avait par la suite été testée positive pour Covid-19, l'aurait contractée lors du rassemblement familial.

Guardian Australia s'est entretenu avec trois réceptionnistes de la clinique. L'un a dit que le service de santé leur avait parlé de la connexion à l'Aïd, l'un était «ce qu'elle [elle] avait entendu autour du bureau» et l'autre qu'elle pensait que le service n'avait pas confirmé la source et que le patient avait dit au médecin que information.

Le département a contacté la clinique pour informer le médecin qui a traité la femme qu'ils étaient considérés comme un contact proche, mais une porte-parole du premier ministre a déclaré que les traceurs de contact n'auraient jamais révélé d'informations lors d'un de ces appels sur l'endroit où une patiente avait contracté le virus.

Le patient est allé à la clinique 17 jours après l'Aïd. Le médecin a depuis été libéré de la quarantaine et testé négatif.

Salman a déclaré jeudi qu'il avait déjà été contacté par des membres concernés de la communauté islamique.

"Même ce matin, j'ai reçu un message d'un membre très haut placé de la communauté et il était très inquiet, il a dit:" Que se passe-t-il? Pouvez-vous faire quelque chose? "

«Le mois de Ramadan qui, comme nous le savons tous, est un mois pour les gens qui se réunissent, les réunions de famille, les fêtes de famille … Je veux dire les sacrifices que les musulmans doivent faire [en renonçant aux célébrations communautaires normales]. Ils l'ont fait volontiers parce que c'est ce qui devait être fait, et je pense que cela devrait être reconnu », a déclaré Salman.

«Les musulmans ont agi de manière très responsable. Je ne pourrais pas dire que toutes les familles musulmanes se sont conformées, évidemment, mais… toutes les informations que nous avons reçues sont que les musulmans ont agi de manière très, très responsable. "

Mercredi, le directeur de la santé de Victoria, Brett Sutton, a déclaré que la désinformation diffusée sur les applications de médias sociaux dans des langues autres que l'anglais était un défi lorsque l'on essayait de s'assurer que les communautés multiculturelles étaient informées des dangers du virus.

Salman a déclaré que le Conseil islamique avait travaillé pour lutter contre cela.

«C'est certainement un facteur. Les gens obtiennent leurs informations de diverses sources, certaines ne sont pas correctes, d'autres sont carrément dangereuses », a-t-il déclaré.

"Mais ce n'est pas seulement au sein des cercles ethniques … il y a des gens qui ont juste des opinions mal informées et qui obtiennent cela d'Internet, ce n'est pas seulement dans les communautés ethniques." "

Salman a dit qu'il pensait que le gouvernement aurait pu faire plus pour informer les communautés non anglophones.

"Je pense que plus aurait pu être fait, c'est sûr, mais je ne dirai pas alors que c'est la cause de l'éclosion du cluster, il doit y avoir des preuves à l'appui", a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *