Catégories
Religions et savoir

Des émeutes secouent Malmö après que des militants suédois d'extrême droite ont brûlé le Coran | Suède

La phalange désordonnée des jeunes hommes et adolescents, dont beaucoup portaient des masques faciaux et des hauts à capuche, a commencé à s'accélérer, l'excitation montait à l'approche de la rangée de fourgons de police bloquant le quartier troublé de Rosengård à Malmö.

«Nous allons foutre en l'air ce système parce qu'ils veulent laisser un homme brûler le Coran», a crié l'un d'eux, alors que le groupe commence à lancer des morceaux de béton déchiquetés vers la police anti-émeute blindée qui s'abrite derrière les fourgons. «Et nous allons baiser la police.»

Plus de 300 émeutiers ont jeté des pierres sur la police et brûlé des pneus dans la ville du sud de la Suède vendredi soir après la diffusion d’une vidéo de partisans du politicien d’extrême droite danois Rasmus Paludan brûlant une copie du Coran près de l’une des mosquées de la ville.

Des foules de jeunes hommes brandissaient des barres prises sur des panneaux de signalisation et des barrières métalliques, et ont jeté des pierres et des feux d'artifice après avoir détruit des abribus. Plus haut sur la route, des voitures, des pneus, des palettes et des poubelles ont été incendiés.

La police de Malmö avait hésité pendant deux semaines sur l'opportunité de donner à Rasmus Paludan, le chef du parti extrémiste danois Hard Line, la permission d'organiser une manifestation anti-islamique. L'autorisation a été refusée mercredi, Paludan a été arrêté dans une voiture vendredi après-midi alors qu'il quittait le pont de l'Öresund, expulsé et interdit d'entrer en Suède pendant deux ans.

Mais cela n’a pas empêché ses partisans de se filmer en train de brûler un exemplaire du Coran, et d’en frapper un autre autour de la place principale de Malmö comme un ballon de football, pour lequel trois d’entre eux ont été arrêtés pour crimes de haine.

Pendant l'émeute, Samir Muric, un imam éminent de Malmö, faisait les cent pas dans l'espace entre la police et les émeutiers, implorant les émeutiers d'arrêter et les accusant de faire honte à leur propre religion. Muric, vêtu d'un jubbah, a également condamné les émeutiers sur sa page Facebook. «Ceux qui agissent de cette manière n'ont rien à voir avec l'islam», a-t-il écrit. «Leurs cris remplis de« la ilaha ill Allah »et« Allahu Akbar »ne sont que des explosions qu’ils ne veulent pas dire, car s’ils les pensaient vraiment, ils n’auraient pas agi ainsi.»

Parmi les spectateurs, il était clair que de nombreux musulmans et arabes parmi eux se sont opposés à l'émeute. "Je n'aime pas ça, parce que les Arabes, ils foutent des trucs pour notre communauté ici en Suède, parce qu'un Danois a brûlé un Coran", s'est plaint un homme, qui a grandi à Malmö avec des parents libanais. «Et c'est ce qu'il veut. Ils veulent que nous soyons comme ça. Je n’ai jamais vu ça de ma vie. Je suis choqué."

Un autre jeune homme, empêché de rentrer chez lui à Rosengård à la fin d'un quart de travail de 10 heures, a eu du mal à contenir sa frustration: «Un maximum de cinq d'entre eux sont musulmans. Tu sais pourquoi? Parce qu’un vrai musulman ne fait pas cela. Toutes les religions, pas seulement l'Islam, sont axées sur la paix. »

Tout au long de la nuit, la police a maintenu sa position au carrefour marquant la ligne de démarcation entre Rosengård et le centre de Malmö, repoussant les émeutiers avec une série d'accusations.

"Regardez-les, ils ne peuvent pas riposter avec le feu, ça ne marche pas!" un jeune homme, qui se faisait appeler «le pirate somalien de Rosengård», hulula d'un fort accent du nord de Londres. «Ils violent nos droits civils en laissant d’autres personnes brûler le Coran auquel nous croyons et nous devons maintenant montrer qu’ils ne peuvent pas le faire. C’est contre nous, donc nous sommes contre eux. C’est aussi simple que cela. »

Les policiers ont tenté de contrôler la situation en expliquant leurs arrestations antérieures. «La police ne leur a pas donné la permission [aux militants d'extrême droite] de faire quoi que ce soit», a assuré un officier à une foule restreinte mais en colère autour de lui. «Nous l’avons arrêté dès qu’un film est sorti sur Internet montrant qu’ils avaient brûlé un Coran, et nous avons arrêté plusieurs des autres.»

Selon Patric Fors, porte-parole de la police de Malmö, le calme n'est revenu dans la zone que vers 3 heures du matin samedi: «Quelques policiers ont été légèrement blessés, et je n'ai aucun rapport faisant état de membres du public. blessé. Nous avons actuellement 13 suspects recherchés pour émeute, cinq d'entre eux ont été arrêtés, mais ils ont tous maintenant été libérés. le Sydsvenskan Le journal a rapporté que 15 personnes ont été détenues pendant la nuit de vendredi.

De nombreux témoins ont exprimé leurs inquiétudes quant à la façon dont la combustion du Coran et la réaction de colère à cela pourraient changer la ville.

Amar Mohsen, un jeune de 18 ans dont la mère est russe et dont le père est irakien, a déclaré que les politiciens de la ville auraient dû faire plus pour condamner les projets de brûler le Coran. «Les politiciens suédois disent:« C’est un droit de l’homme. Faites ce que vous voulez. Vous vivez dans un pays libre. Vous pouvez brûler un Coran devant une mosquée ». Ce n'est pas comme ça. Cela affectera de nombreuses personnes et je pense que nous serons plus divisés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *