Catégories
Religions et savoir

De hauts dirigeants religieux appellent à la décriminalisation mondiale des personnes LGBT + | Droits LGBT

Des chefs religieux du monde entier se réunissent lors d'un événement soutenu par le gouvernement britannique pour appeler à mettre fin à la criminalisation des personnes LGBT + et à une interdiction mondiale des pratiques de conversion.

Plus de 370 personnalités de 35 pays représentant 10 religions ont signé une déclaration historique avant une conférence le 16 décembre dans un mouvement qui mettra en évidence les divisions au sein des religions mondiales.

Les signataires comprennent l'archevêque Desmond Tutu et huit autres archevêques, l'ancienne présidente catholique d'Irlande Mary McAleese, plus de 60 rabbins et des musulmans, des sikhs, des hindous et des bouddhistes.

Le Foreign, Commonwealth and Development Office devait accueillir la conférence à son siège de Whitehall avant que l'événement ne soit forcé en ligne par le passage de Londres aux restrictions Covid de niveau 3. James Duddridge, le ministre de l'Afrique, s'adressera à la réunion.

L’abbaye de Westminster organise une célébration privée après l’événement, dirigée par les doyens de Westminster et la cathédrale Saint-Paul.

La déclaration appelle à mettre fin à la criminalisation des personnes LGBT + et à la «thérapie de conversion» – des tentatives pour changer, supprimer ou effacer l’orientation sexuelle, l’identité de genre ou l’expression de genre d’une personne.

Il reconnaît également que «certains enseignements religieux ont souvent, à travers les âges, causé et continuent de causer une douleur et une offense profondes» aux personnes LGBT +, et ont «créé et continuent de créer des systèmes oppressifs qui alimentent l'intolérance, perpétuent l'injustice et aboutissent à la violence".

Le gouvernement britannique a financé la conférence bien qu'il n'ait pas respecté l'engagement pris en 2018 d'interdire la thérapie de conversion. En juillet de cette année, Boris Johnson a déclaré que des plans visant à interdire la pratique «absolument odieuse» seraient mis en avant à la suite d'une étude.

Les questions de sexualité et d'identité de genre ont provoqué des divisions amères au sein de la Communion anglicane mondiale, dirigée par Justin Welby, l'archevêque de Cantorbéry, pendant des décennies. Les dirigeants de l'Église dans des pays comme le Nigéria, l'Ouganda et le Rwanda soutiennent l'enseignement biblique traditionnel sur la question.

Cependant, Sarah Mullally, l'évêque de Londres et numéro trois de l'Église d'Angleterre, a envoyé un message «d'encouragement sincère» à la réunion. «Lorsque les enseignements chrétiens sont déformés pour inciter à la violence, c'est un abus terrible du message de l'Évangile», a-t-elle dit.

La déclaration a été signée par les dirigeants de l'Église anglicane en Écosse et au Pays de Galles. Paul Bayes, l'évêque de Liverpool, est coprésident de la Global Interfaith Commission on LGBT + Lives, qui sera lancée lors de la conférence.

Bayes a déclaré: «Pendant trop longtemps, les enseignements religieux ont été mal utilisés – et sont toujours utilisés à mauvais escient – pour causer une profonde douleur et offenser ceux qui sont lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres, queer et intersexués. Cela doit changer. »

Un autre signataire, Dilwar Hussain, président de New Horizons in British Islam, a déclaré qu'il avait poussé les organisations musulmanes à s'engager dans la justice LGBT +, mais a admis que c'était «un défi».

Il a ajouté: «Il y a beaucoup de discussions dans les communautés musulmanes sur l'égalité, les préjugés, la discrimination… Si nous voulons sérieusement aborder les problèmes de justice et d'injustice dans notre société, nous devons avoir un argument moralement cohérent. "

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *