Catégories
Religions et savoir

COVID-19: une perspective musulmane sur l'incarcération et l'émancipation pendant une crise de santé publique

Ghulja "width =" 960 "height =" 610 "data-srcset =" https://m2w4k5m5.stackpathcdn.com/wp-content/uploads/Ghulja.jpg?x24771 960w, https://m2w4k5m5.stackpathcdn.com/ wp-content / uploads / Ghulja-300x191.jpg? x24771 300w, https://m2w4k5m5.stackpathcdn.com/wp-content/uploads/Ghulja-768x488.jpg?x24771 768w "tailles =" (largeur max: 960px) 100vw, 960px "data-src =" https://m2w4k5m5.stackpathcdn.com/wp-content/uploads/Ghulja.jpg "class =" aligncenter size-full wp-image-76990 lazyload "src =" data: image / gif; base64, R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw == "/></p>
<p><noscript><img class=Manifestations précédant le massacre de Ghulja, 1997

Soutenez MuslimMatters pour seulement 2 $ par mois

MuslimMatters est un service gratuit à la communauté depuis 2007. Tout ce qu'il faut, c'est un petit cadeau d'un lecteur comme vous pour nous faire avancer, pour seulement 2 $ / mois.

Le Prophète (SAW) nous a appris que les meilleures actions sont celles qui sont faites de manière cohérente, même si elles sont petites.
Cliquez ici pour soutenir MuslimMatters avec un don mensuel de 2 $ par mois. Réglez-le et collectez les bénédictions d'Allah (swt) pour le khayr que vous soutenez sans y penser.

Par Toqa Badran, Aydin Anwar

Nous reconnaissons que les personnes qui ont consacré leur vie à l'autonomisation spirituelle des autres doivent être admirées et respectées. Les oulémas servent souvent de balises d'orientation et de sources d'émulation pour la Oummah avec leur leadership intellectuel et moral. Leur rôle critique signifie qu'ils sont également censés parler et agir selon un niveau plus élevé de véracité et d'éthique. Garder cela à l'esprit rend particulièrement consternant et blessant de voir les commentaires inexacts d'un prédicateur et d'un érudit célèbres qui devraient faire partie de cet héritage d'une grande rigueur intellectuelle et d'une conduite morale supérieure. Il est encore plus problématique que ces déclarations erronées concernent un groupe de confrères musulmans qui subissent actuellement une contrainte presque sans précédent pour criminaliser et éradiquer leur religion et leur identité culturelle.

Il est regrettable que Habib Ali al-Jifri, un érudit populaire du monde arabe, dans un récent conférence a abusé de sa plate-forme en propageant des informations à la fois incorrectes, partiales et autrement préjudiciables à la vie de toute une nation musulmane colonisée et opprimée par la Chine. Bien qu'il reconnaisse timidement que la Chine a fait du tort aux Ouïghours et n'est pas totalement innocente, un certain nombre de ses allégations restent inexactes et méritent d'être corrigées. Cet article tente de parcourir certaines de ces inexactitudes et de corriger ces affirmations qui, en fin de compte, contribuent à délégitimer et à minimiser la déplorable réalité des Ouïghours et des autres peuples turco-musulmans du Turkestan oriental (renommé et appelé Xinjiang, ce qui signifie un nouveau territoire en mandarin, par l'occupation chinoise).

# 1: Cheikh Ali al-Jifri affirme que seulement environ la moitié des Ouïghours sont musulmans

La première erreur flagrante commise par le cheikh est sa déclaration selon laquelle seulement environ la moitié de la population ouïghoure est musulmane. Son erreur peut être due à la confusion de la composition démographique actuellement signalée du Turkestan oriental avec la composition religieuse du peuple ouïghour. Alors que les Ouïghours et les habitants indigènes de la région sont majoritairement musulmans, la population chinoise Han est passée de 6% en 1949 à environ 40% – en grande partie grâce à la migration incitée et à d'autres programmes coloniaux de colonisation lancés par le Parti communiste chinois. (CCP). Cette statistique elle-même peut ne pas être fiable car de nombreux Ouïghours sans papiers sont portés disparus et, ces dernières années, des dizaines de prisonniers ou de travailleurs forcés ouïghours ont été transféré de force en Chine continentale.

Si, cependant, al-Jifri entendait propager l'idée que seule la moitié des Ouïghours sont musulmans, c'est une tout autre affaire. Nier la foi islamique autoproclamée de la grande majorité du peuple ouïghour, c'est commettre l'une des atrocités perpétrées par le PCC lui-même – le déni et l'effacement de la foi de cette population longtemps persécutée. Quant à l'enracinement de l'islam parmi ce peuple, il a été la religion prédominante chez les Ouïghours du Turkestan oriental – bien avant que l'Égypte, ou même le Levant, ne deviennent des sociétés à majorité musulmane à l'époque mamelouke. Une grande partie de l'islamisation de l'Asie centrale et du monde turc a été attribuée aux Karakhanides – un groupe de tribus turques qui vivaient dans la patrie ouïghoure et se sont convertis à l'islam au 10e siècle (4e siècle Hijri), après leur souverain Sultan Abdulkerim Bughra Khan est entré dans la foi.

Les Ouïghours faisaient également historiquement partie du Khanat turc de Chagatay, d'où les dirigeants de la dynastie moghole – qui a gouverné une grande partie de l'Inde pendant plus de deux siècles – ont salué. La prédication infléchie par Tasawwuf a été un facteur clé dans les conversions entre ces tribus turciques d'une manière qui rappelle la propagation de l'islam aux mains des érudits et des marchands soufis Hadhrami itinérants – dont Habib Ali est originaire – à travers le littoral de l'océan Indien et Nusantara (monde malais).

Carte du Turkestan oriental par rapport au reste de l'Asie centrale. Le Turkestan oriental a la même taille que la Californie, l'Arizona, le Nouveau-Mexique, le Colorado, l'Utah et le Nevada réunis.

Source: International Crisis Group

À partir des Karakhanides susmentionnés au 10e siècle, des institutions islamiques ont été fondées et consacrées à l'étude de la théologie, des sciences naturelles, des arts, de la musique, etc. Ces institutions ont permis l'émergence de centaines d'éminents érudits turcs, qui ont contribué à façonner et à enregistrer l'histoire islamique, turque et spécifiquement ouïghoure à travers leurs œuvres: des goûts de Mahmud Kashgari Dīwān Lughāt al-Turk, le premier dictionnaire complet des langues turques. Yusuf Khās Hājib’s Kutadgu Bilig, un miroir pour les princes en prose du 11ème siècle qui met en lumière l'histoire et la culture turco-islamiques, et est peut-être l'une des premières œuvres turques survivantes dans le genre de akhlāq (Moralité et éthique islamiques). Les Turcs de la région ont également été fortement touchés par l'ordre soufi Yasawī qui a contribué à rendre la communauté dhikr rassemblements faisant partie intégrante de la culture ouïghoure. L'influence du soufisme est également évidente dans la prévalence des sanctuaires soufis – dont la plupart ont depuis été systématiquement détruit ou laissé abandonné après avoir été bloqué par des barbelés par le PCC.

La survie de vieux manuscrits coraniques de la région, ainsi que manuscrits des XIXe et XXe siècles, témoignent de la centralité de la tradition intellectuelle islamique et de sa préservation dans la culture ouïghoure. Des milliers de belles mosquées ont été construites dans toute la région, dont beaucoup ont été démoli ces dernières années par le régime du PCC. S'ils n'avaient pas été des lieux d'une grande importance et de visites, cela soulève la question de savoir pourquoi le gouvernement chinois se donnerait la peine de les raser. Kashgar, la capitale historique de l'empire Karakhanid et le «joyau» de la route de la soie, est devenue un centre d'apprentissage et une plaque tournante mettant en valeur le riche passé ouïghour. Yarkend a également été un centre particulier d'apprentissage et de culture islamique pendant des siècles, avec des dizaines de madrasas présentes dans les dernières décennies du XIXe siècle. Il abrite même le sanctuaire de la reine Amanisa Khan, où les 12 Muqam (pièces de danse et de chant soufies classiques qui constituent une forme centrale du patrimoine ouïghour) ont été créés.

Il est désormais clair que non seulement la grande majorité des Ouïghours sont musulmans depuis au moins le XIe siècle, mais que l'histoire du Turkestan oriental ne peut être dissociée de celle du monde musulman dans son ensemble. Comme la plupart des musulmans turcs, les Ouïghours ont traditionnellement appartenu à Ahl as-Sunnah (la majorité dominante et écrasante des musulmans), l'école de droit du hanafisme, et ont un immense amour pour les nobles Ahl al-Bayt (famille et descendants du Prophète Muhammad ﷺ). Les Ouïghours avaient même établi un maqam (sanctuaire) dédié au savant du 8ème siècle et descendant du Prophète ﷺ, l'Imam Jafar al-Sadiq – à travers lequel Habib Ali retrace sa lignée au Prophète near – près de la ville de Khotan au Turkestan oriental, ce qui était détruit par le PCC. Si des segments de la société ouïghoure ne pratiquent pas les musulmans aujourd'hui, cela est principalement dû à la répression communiste depuis la Seconde Guerre mondiale, tout comme la répression antireligieuse soviétique a conduit à la diminution radicale de l'alphabétisation et des pratiques religieuses dans les républiques turques voisines. Néanmoins, il est intéressant et encourageant de voir que certaines des républiques d'Asie centrale connaissent actuellement une renaissance progressive de l'observance islamique grâce à la disparition des politiques oppressives, faisant allusion à la façon dont la vie religieuse ouïghoure pourrait prospérer si et quand les politiques répressives au Turkestan oriental cesser.

Avant et après le sanctuaire de l'Imam Jafari al-Sadiq. L-R 10 décembre 2013, 20 avril 2019.

Photographie: Google Earth / Planet Labs

L'agression systématique avec laquelle le gouvernement chinois a cherché à éradiquer les œuvres produites par les savants ouïghours et les nombreuses anciennes villes musulmanes disséminées à travers le Turkestan oriental témoigne de leur importance historique. De l'interdiction de la publication de textes en langue ouïghoure, la fermeture de tous les espaces religieux et la transformation de sites historiques en centres de propagande pour la diffusion d'une identité ouïghoure aseptisée, non religieuse et parrainée par l'État, il est clair que le PCC ne se sent pas seulement menacée par la culture ouïghoure, mais est consciente de son pouvoir à maintenir un tissu social digne de toute nation indépendante.

Et avec tout ce qui précède dit, nous posons la question: même si la majorité des Ouïghours n'étaient pas musulmans comme le cheikh le prétend à tort, cela excuse-t-il les musulmans ailleurs de leur devoir de s'opposer à l'oppression? Au cours de son commentaire sur la détresse du peuple ouïghour, le cheikh lui-même a demandé à l'auditoire pourquoi nous (musulmans) ne sommes en colère que lorsque la Chine opprime les Ouïghours et non les Tibétains bouddhistes. Non seulement cette question contredit sa prémisse initiale selon laquelle la communauté ouïghoure ne peut pas être considérée comme une écrasante majorité musulmane, mais elle confond également profondément l'auditeur: «Devons-nous lutter contre l'oppression, quelle que soit la religion des opprimés, ou non?» Nous soutiendrions que ce n'est pas seulement une obligation pour les musulmans, mais pour tout le monde de résister à leur propre oppression et à l'oppression des autres – surtout si cette oppression se manifeste comme la criminalisation des pratiques les plus fondamentales de la foi d'un peuple, l'islam dans ce cas. . Le mouvement d'indépendance du Turkestan oriental lui-même s'est toujours allié à ceux du peuple tibétain, palestinien et cachemirien. Le cheikh a affirmé à tort que les Ouïghours n’ont été opprimés que pour la 3-5 ans. Bien que ce soit manifestement faux, au cours des décennies d'occupation auxquelles les Ouïghours ont été confrontés, le pire est qu'il fait cette affirmation afin de tirer une fausse équivalence (entre le Turkestan oriental et le peuple tibétain) dans l'espoir de délégitimer la détresse et la cause de ceux du Turkestan oriental . Pire encore, lorsque le cheikh est confronté à la vérité des 70+ longues années de colonisation chinoise des terres ouïghoures, il conteste sa factualité en répondant que si la Chine était vraiment si mal que nous verrions la responsables politiques individuels pour la colonisation personnellement affectée par le coronavirus chinois. Nous nous interrogeons sur la légitimité de cette corrélation apparemment nécessaire et nous le ferons à nouveau plus tard dans cet article. De plus, maintenant que nous savons que l’identité ouïghoure est autant islamique que sa propre identité arabe et que l’oppression chinoise existe depuis près d’un siècle, les recommandations du savant changent-elles?

# 2: Il affirme que la question de l'oppression ouïghoure est politique, pas religieux, une

Nous voudrions faire précéder cette section en précisant que l'Islam rejette la fausse dichotomie entre religieux et laïc. Ce qui est «politique» n'est pas nécessairement dépourvu de signification religieuse, et ce qui est «religieux» n'est pas nécessairement apolitique. Alors que les préceptes de la charia concernant siyasah (gouvernance et «Urfi/ droit coutumier-public) sont pour la plupart d'ordre général, avec peu de prescriptions exactes établies par les sources de la charia (al-adillah al-sharʿiyyah), Les musulmans ont toujours conçu la politique comme un espace lié par la morale et l'éthique islamiques, akhlāq. Comme pour toute autre dimension de la vie humaine, la culpabilité morale d’une personne devant Dieu s’étend dans le domaine du «politique» tout comme dans le domaine de l’économie, de la famille, du rituel, etc.

S'il est vrai que la colonisation est souvent comprise comme un phénomène politique et non religieux, la religion a figuré en bonne place à la fois comme prétexte et lieu de subjugation dans les crimes de la Chine contre le peuple ouïghour. La Chine qualifie sa campagne contre les Ouïghours de lutte contre «l'extrémisme islamique» pour tenter de surfer sur les queues de la «guerre contre le terrorisme» mondiale, suscitant ainsi la sympathie pour ses politiques – y compris l'emprisonnement de millions de peuples turciques dans des camps de concentration et les prisons – et s’isolent des réactions auxquelles il serait autrement confronté en raison de son inhumanité au Turkestan oriental. Comme l'Inde de Modi et de nombreux pays occidentaux, la Chine exploite la paranoïa frénétique du monde entourant la «terreur musulmane» pour justifier sa répression contre les musulmans innocents.

«Scène omniprésente dans les rues de #Xinjiang ces jours-ci. Des hommes et des femmes (y compris les personnes âgées) qui traînent avec d’énormes clubs, dans le cadre de la «guerre du peuple» contre le terrorisme. » – David Brophy, 15 novembre 2017

Nous reconnaissons cependant que si cette affaire était purement religieuse et non politique, nous verrions des musulmans Hui, qui n'ont pas de revendication territoriale en jeu, rassemblés dans des camps de concentration et soumis aux mêmes formes d'oppression ouïghours et autres Les Turcs le sont. Cependant, ce n'est pas le cas. Historiquement, les huis n'ont pas été dérangés pour maintenir la façade d'acceptation religieuse du PCC – ou tout au plus sont-ils soumis aux perturbations habituelles auxquelles tout groupe religieux est confronté sous le PCC anti-religieux. Historiquement, les Hui ont été de fervents partisans de l'État chinois et ont même joué un rôle essentiel dans le démantèlement de la première République du Turkestan oriental en 1933 et de la seconde en 1944. Cela ne les a cependant pas épargnés du répression religieuse actuelle eux et d'autres groupes confessionnels comme les chrétiens sont confrontés, soulignant une fois de plus l'inextricablement religieux dimension du projet soi-disant simplement «politique» du PCC. Comme si rassembler des innocents dans des camps de concentration et soumettre tout un peuple à des violations des droits de l'homme fondamentaux dans le cadre d'une campagne plus vaste de nettoyage ethnique et de destruction culturelle serait tout sauf odieux, même si la religion ne jouait aucun rôle en la matière.

Une grande partie de l'ouïghour et, par extension, de toute l'identité turque d'Asie centrale, s'est concentrée sur la religion; Les Ouïghours et les autres Turcs sont musulmans, tout comme les Malais ont été musulmans sur la base du développement historique du dernier millénaire. Historiquement, jusqu'aux années 1930, les Ouïghours n'étaient pas communément appelés «Ouïghours» – eux et d'autres musulmans turcs du Turkestan oriental étaient simplement appelés «Musulman» (musulman), «Turki» (turc) ou «yerlik» (local). Cette vérité explique en outre pourquoi la Chine a été si catégorique pour retirer la religion de la vie des Turcistanais de l'Est – l'islam est si critique pour l'histoire et la culture de la présence turque que le PCC sait que sans lui, les Turcistanais de l'Est resteront faibles et sans but. – facilement convertis en adorateurs forcés malléables du parti, et indiscernables du reste de la majorité majoritairement athée, mais nominalement confucéenne, bouddhiste ou taoïste Han. Sans oublier qu’ils sont ensuite exploités de façon hypocrite par la Chine régime de travail capitaliste – dont la plupart des masses chinoises souffrent également.

Prétendre que l'oppression n'est pas une question religieuse implique que les musulmans ne doivent pas se soucier des Ouïghours par souci religieux, alors qu'en réalité notre sang devrait bouillir sachant que les droits de Dieu et de ses fidèles sont violés par le PCC. Les musulmans du monde entier condamnent à juste titre et se montrent solidaires contre l'oppression sioniste en Palestine, même si, selon les normes du cheikh, cela semblerait être un projet purement politique qui ne mérite pas l'indignation collective des musulmans. L'appareil d'État israélien opprime les Palestiniens musulmans et chrétiens. Le PCC a cependant désigné les musulmans, en particulier ceux du Turkestan oriental, comme les cibles de leur projet brutal. Encore une fois, nous voyons qu'il s'agit à la fois d'une question religieuse et politique contre laquelle tous les musulmans et les êtres humains consciencieux devraient parler et lutter. Tout comme nous souhaitons tous la liberté de la Palestine le plus tôt possible, nous devons prier, parler et lutter pour la liberté de nos frères et sœurs du Turkestan oriental.

La pratique de l’islam est formellement interdite au Turkestan oriental, malgré la garantie constitutionnelle de la liberté de religion en Chine. Les textes et noms islamiques sont interdits, la pratique de la plupart des cinq piliers de l'islam est interdite, et des institutions islamiques vieilles de plusieurs siècles ont été détruites et converties en centres de propagande communiste. Des érudits religieux (oulémas) ont disparu, condamnés à la prison à vie ou tués.

Ces tragédies ne sont jamais rendues publiques à l’intérieur des frontières de la Chine – et leur occurrence est vigoureusement niée par l’appareil médiatique chinois. Au lieu de cela, les médias symbolisent et mettent en évidence quelques actes religieux, en réalité rien de plus que des théâtres complexes dirigés par le gouvernement afin de mettre en valeur le pouvoir du «PCC Islam». Des journalistes et des acteurs politiques d'autres pays, notamment musulmans, sont invités au Turkestan oriental pour assister à une belle mascarade «d'harmonie» et de bonheur qui, en réalité, n'est plus qu'une prison à ciel ouvert pour les Ouïghours. L'universitaire et journaliste albanais, le Dr Olsi Jazexhi, était l'un de ces visiteurs, qui a ensuite réfléchi à ses expériences et observations sur un tel voyage parrainé par le PCC. Lui et d'autres journalistes ont visité de nombreuses mosquées dans le but du PCC de montrer au monde extérieur qu'il y a des mosquées, et en fait la liberté religieuse, au Turkestan oriental. Jazexhi se souvient s’être aventuré dans l’une des mosquées près du Grand Bazar d’Urumqi et n’avait trouvé qu’un magasin. Il a aussi rappelle sa visite dans un camp de concentration ou ce que la Chine appelle un «centre de formation professionnelle»:

«Le centre était au milieu du désert. C'était une sorte d'Alcatraz, et par son apparence, nous nous attendions à trouver des criminels, des terroristes et des tueurs, et des gens dangereux pour la société. Lorsque nous y sommes allés, les criminels nous ont présenté un concert. Ces pauvres garçons et filles qui y sont détenus depuis de nombreuses années. On leur a dit de danser sur moi; Danse ouïghoure, danse chinoise et danse occidentale. Les autorités voulaient que nous ne les filmions que danser, sourire et chanter. Ils parlaient tous chinois, même s'ils étaient ouïghours (sic)."

Jazexhi, double citoyen albanais et canadien, a ensuite été renvoyé de son poste universitaire en Albanie – démontrant la portée de la diplomatie du chantage économique chinois. Le professeur a été mis sur liste noire par la Chine en raison de ses rapports véridiques sur le Turkestan oriental, soulignant la répression par le PCC des critiques à l'étranger, même dans le contexte universitaire, avec sa pression diplomatique et économique.

Scène d'une tournée mise en scène d'un «centre de formation professionnelle». Les détenus ouïghours jouent de la musique pour montrer «l'harmonie» et le «bonheur» à l'intérieur des camps. Source: BBC

Bien entendu, cette harmonie ne serait pas complète sans les millions de Chinois Han qui se sont installés, avec l'aide du gouvernement, à l'intérieur des frontières du Turkestan oriental. Alors que les Ouïghours sont systématiquement transportés hors des frontières de leur pays d'origine et en Chine continentale pour travailler comme travailleurs forcés ou pour être emprisonnés et «rééduqués», il est difficile d'ignorer l'effacement démographique des Ouïghours au Turkestan oriental. Alors que de plus en plus de Chinois Han sont amenés en terre ouïghoure pour remplacer les indigènes déplacés, le PCC rase les anciennes mosquées, maisonset des sanctuaires pour faire de la place aux nouveaux colons.

Photo de Gilles Sabrie: "Marteau de forgeron: les Chinois disent que Kashgar doit être détruit car il est sensible aux tremblements de terre" (TEMPS)

Ces colons agissent à la fois comme des rappels continus de la disparition de l'autonomie ouïghoure et comme gardiens de la population ouïghoure restante. Il y a eu de nombreux récits de Chinois Han vivant avec des familles ouïghoures dans leurs maisons comme «Grands frères et sœurs»– fournir au gouvernement des informations sur chaque déplacement de la famille et aider à l'emprisonnement ouïghour même pour les plus petites infractions religieuses. UNEà côté de la simple ingénierie démographique et du nettoyage ethnique, le programme chinois de destruction des villes ou du patrimoine ouïghours vise à déraciner les Turkestans de leur culture et à les faire auto-intérioriser comme un peuple sans héritage, et à les emprisonner dans des -surveil panoptiques avec gardiens colonialistes Han. Détruire les villes anciennes et le patrimoine est une vieille stratégie communiste autoritaire, reflétant l'idée brillamment résumée par Alexander Soljenitsyne que «pour détruire un peuple, il faut d'abord rompre ses racines».

Muhammad Salih Hajim (82), largement connu comme le premier savant à traduire le Coran en ouïghour moderne, fait partie des martyrs et a été tué en détention en janvier 2018. Source: RFA

Un ancien prisonnier, Adil Abdulghufur, dans une interview avec notre co-auteur, Aydin Anwar, a raconté comment il avait été battu inconscient par les autorités pénitentiaires chinoises et forcé de porter un bloc de ciment de 25 kg pendant un mois suspendu par une fine ficelle autour du cou après disant "Bismillah" (au nom de Dieu) dans son sommeil. D'innombrables femmes et hommes ouïghours, qui ont été envoyés dans des camps et des prisons en raison de pratiques religieuses ont été violés, stérilisé de force, droguéet leurs corps utilisés pour prélèvement d'organes. Les Ouïghours sont punis de longues peines de prison; une Femme ouïghoure a été condamné à 10 ans de prison pour avoir favorisé le port du foulard, un Homme kazakh a été condamné à 16 ans de prison après que les autorités chinoises ont trouvé des enregistrements audio du Coran sur son ordinateur, et plusieurs réfugiés ouïghours avec qui nous avons parlé ont déclaré que même en saluant les musulmans Assalāmu Alaykum (La paix soit sur vous) peut les enfermer pendant 10 ans. En disant Insha’Allah (Si Dieu le veut) est également interdit. Dans l'un des nombreux documentaires publiés sur l'existence dystopique du peuple ouïghour, Entretiens VICE une femme qui déclare son crime était l'apprentissage du Coran et de la langue arabe. Un homme, plus loin dans le documentaire, détaille comment il a été puni pour avoir refusé de manger du porc alors qu'il était emprisonné. Par de nombreux témoignages, le mot Dieu ou Allah lui-même doit être remplacé par «Parti» (Parti communiste chinois), ou le nom du président chinois, Xi Jinping.

Portrait du président chinois Xi Jinping serrant la main d'imams ouïghours placés dans la mosquée historique Id Kah (Eidgah) de Kasghar, au Turkestan oriental. Notez que l'image est tournée vers les fidèles en direction de la prière musulmane – Qiblah. Source: David Brophy

# 3: Il affirme que les gens se battent pour le Turkestan oriental parce qu'ils ne veulent pas que la Chine construise la soi-disant «nouvelle route de la soie» et devienne 2x plus forte que l'Amérique sur le plan économique

Cette revendication réduit le mouvement de liberté du Turkestan oriental à un binaire Chine contre Amérique – effaçant ainsi complètement les décennies d'occupation que le Turkestan oriental a endurées sous la Chine. En 1759, l'Empire mandchou Qing envahit le Turkestan oriental et en fit sa nouvelle colonie. Les Ouïghours se sont rebellés contre le règne des Qing et, en 1863, ont pu se libérer et établir la Kachgarie sous leur chef Yaqub Khan, maintenant connu sous le nom de Turkestan oriental. Deux décennies plus tard, les Ouïghours ont de nouveau été envahis par les Qing et, cette fois, la patrie ouïghoure a été officiellement constituée sous l'empire chinois sous le nom de «Xinjiang». Les nationalistes chinois ont renversé la dynastie mandchoue Qing en 1911, plaçant le Turkestan oriental sous le règne de la Chine nationaliste. Les Ouïghours ont mené de nombreuses rébellions et ont pu établir la République islamique du Turkestan oriental en 1933 et 1944, qui ont duré brièvement avant que le gouvernement chinois ne réoccupe la région grâce à l'intervention militaire et à l'intérêt politique de l'Union soviétique. L'occupation la plus récente a commencé en 1949, lorsque le Parti communiste chinois est arrivé au pouvoir, et depuis lors, des millions de Turkestanais de l'Est ont été soumis à diverses formes de génocide systématique brutal.

La déclaration d'indépendance de la République islamique du Turkestan oriental, 12 novembre 1933 Remarque: Comme on le voit, les ulémas / universitaires locaux ont dirigé l'effort pour l'indépendance.

Il est profondément condescendant non seulement de délégitimer les efforts d'un peuple musulman pour s'opposer à ses oppresseurs, mais aussi de les considérer comme n'étant que des pions américains. En effet, la Chine de Xi Jinping cherche à continuer de solidifier la puissance dure chinoise au Turkestan oriental tout en travaillant vers l'objectif stratégique plus large du PCC d'établir la Chine comme puissance hégémonique mondiale avec un nouvel ordre économique et politique mondial dominé par la Chine, via le multi-billion de dollars One. Initiative Belt One Road (OBOR). Ce projet stratégique et économique – le plus grand de la masse continentale eurasienne jamais vu – couvrant plus de 70 pays via des chemins de fer, des gazoducs et d'autres projets d'infrastructure, est l'une des plus grandes tentatives de la Chine pour se garantir une position de superpuissance au 21e siècle. Sans le Turkestan oriental, considéré par le PCC comme la «passerelle chinoise» vers l'Eurasie et l'Occident en général, la faisabilité immédiate de l'initiative OBOR dans son ensemble est vraiment remise en question. En plus de cette importance stratégique au Turkestan oriental, la terre des Ouïghours est également extrêmement riche en pétrole, gaz et charbon. Selon un 2016 Service de recherche du Congrès Selon le rapport, la région contient les réserves de gaz naturel et les réserves de pétrole les plus élevées de toutes les juridictions provinciales de Chine, produisant plus de 30 milliards de mètres cubes de gaz naturel en 2015.

Une déclaration qui réduit l'intention du mouvement de liberté à une simple entreprise économique moderne affaiblit davantage la riche histoire d'un peuple qui a vécu jadis avec des siècles d'indépendance et ses efforts légitimes pour récupérer ses pleins droits et libertés. Les Ouïghours ont joué un rôle crucial dans l'établissement du Koktürk Khanate (552-744), du Ouyghur Khanate (744-840), du Kara-Khanid Khanate (840-1212), du Gansu Uyghur Kingdom (848-1036) et de l'Idiqut State ( 856-1335). Ils vivaient de manière indépendante dans l'Empire mongol, jouant même des rôles cruciaux dans son administration grâce à l'utilisation par Gengiz Khan des Ouïghours. yasa système juridique et le script ouïghour. Après le Chagatai Khanate, le Turkestan oriental a été intégré dans le milieu turco-musulman du plus grand Turkistan s'étendant de la Caspienne à la Mongolie, y compris des villes et des collectivités telles que Boukhara, Samarcande, Kokand, etc. avec des universitaires, des commerçants et d'autres se déplaçant vers l'est et l'ouest. Ainsi, il est vraiment ridicule de comprendre la question de la colonisation ouïghoure uniquement à travers une lentille de la politique sino-américaine. La colonisation du Turkestan oriental a commencé bien avant que la Chine ne soit un véritable concurrent dans la quête de l'hégémonie politique et économique internationale, et continuera –ceteris paribus– longtemps après un changement dans la politique étrangère des États-Unis ou de la Chine. L'intérêt récent des politiciens américains pour le sort des Ouïghours n'a jamais clairement pénétré dans le domaine de l'indépendance du Turkestan oriental – ce sont les militants ouïghours, turcs, musulmans et anticoloniaux qui sont à la pointe du mouvement d'indépendance du Turkestan oriental. . Tout comme il était parfaitement compréhensible que les Afghans aient accepté l'aide américaine dans la lutte contre l'occupation soviétique, et que le Viet Cong a accepté l'aide chinoise pour se protéger contre l'invasion américaine, d'autre part, la crise ouïghoure est si grave que le peuple est justement tenté d'accepter l'aide de toute nation puissante contre l'oppression chinoise d'un siècle à laquelle ils ont été confrontés. Si la Chine, sous le joug du PCC, n'avait pas suffoqué les peuples musulmans habitant le Turkestan oriental, les Ouïghours pourraient peut-être considérer la Chine différemment…

La seule façon de garantir aux Ouïghours et aux autres Turkestanais de l'Est leurs droits essentiels – pratiquer leur foi, fonctionner économiquement et être fiers de leur riche culture et de leur histoire sans crainte d'emprisonnement, d'agression ou de mort – est d'assurer la souveraineté de leur patrie occupée. Pour de nombreux Ouïghours, le discours sur les droits de l'homme / l'autonomie est mort. Le gouvernement chinois a prouvé au cours de sa longue occupation qu'il ne peut jamais garantir aux Ouïghours la sécurité ou la liberté qu'ils méritent. Bien que la Chine revendique les Ouïghours comme l'une de ses «56 minorités ethniques fières», elle considère les Ouïghours non seulement comme des étrangers, comme l'indique clairement leur langue, leur histoire et leur culture complètement distinctes, mais aussi comme des menaces existentielles à son pouvoir despotique. Menaces internes mais "étrangères", le peuple ouïghour a été emprisonné, réduit en esclavage, endoctriné et assassiné. Il ne peut plus y avoir de retour après cette horreur. La seule solution est que le peuple ouïghour, complètement étranger à la Chine, existe officiellement en dehors de la juridiction du gouvernement chinois en tant que nation.

# 4: Al-Jifri demande comment le COVID-19 peut être une punition divine si les autorités du Parti communiste elles-mêmes ne sont pas touchées par le virus

Bien que nous convenions avec al-Jifri que nous ne sommes pas en mesure de dire avec certitude si un événement matériel est un acte direct de punition divine, nous remettons en question quelques-unes des implications présentées lors de la conférence. Par exemple, le cheikh demande comment la pandémie de coronavirus peut logiquement être considérée comme une punition divine si les individus, qui ont pris les décisions gouvernementales résultant directement de l'oppression contre les Ouïghours, eux-mêmes sont restés indemnes du virus. Nous répondons: comment un virus qui a affaibli l'économie et la structure sociale d'un pays, dont le gouvernement commet un génocide contre des millions de peuples colonisés, y compris des millions de musulmans, ne pas être? Cet article ne vise pas à approfondir une discussion métaphysique sur la nature du blâme et de la culpabilité, mais nous pouvez demandez simplement comment le cheikh sait qu'aucun de ces individus qu'il identifie n'est tombé malade.

De plus, nous nous demandons pourquoi une telle punition ne pourrait pas viser tout un régime corrompu – ou même une population complice ou apathique – et pas simplement certaines personnes, qu'il pourrait estimer réellement coupable.

The fact of the matter is this: We do not know how many of the Uyghurs who are trapped in concentration camps, prisons or forced labor factories, have been additionally subject to this seperate CCP oppression — a virus which only became as terrible of an international menace as it has due to the deception and inadequacy of the CCP. We hope their number is very low, but also understand that the illness of Uyghurs does not indicate that the CCP is any less problematic or morally horrific in its dealing with the virus and with the regime’s colonial holdings. The shaykh  also asks why other oppressors would not be more deserving of a plague such as this one. To this we repeat the shaykh’s  question to himself: Who are we to question God’s methods? le burning of the Amazon is not certainly a punishment for the South American nations whose borders it crosses, or it may be a punishment for humanity at large — we cannot know.

It does not take an act of divine punishment for us to recognize the immorality of an action or event. We do not wait for lighting to strike us down before we realize we may have committed a misdeed. In the same way, we do not know if COVID -19 is divine punishment, but we do know that the oppression of Uyghurs is a moral outrage and requires immediate international action, especially from fellow Muslim brethren.

As previously noted, we do not seek to act as interpreters of God’s will. On the contrary, we only seek to act according to a well-established Islamic tradition of taking ʿibrah, a lesson derived from a moral experience, from what we observe in the world. Even while carefully performing this observation, we acknowledge that our derivations are zannī, or of uncertainty. This being said, we believe that our history and faith have so clearly called for justice and religious freedom that to ignore the direct suppression of Islam or Muslims, especially through means as violent and cruel as those practiced by the Chinese Communist Party, is to commit a definitive moral misdeed.

This kind of deduction by ulema and regular Muslims alike has been practiced for centuries. One pertinent example is of an individual named Mirza Ghulam of Qadiyan, who apostatized from Islam in the late 19th century as a claimant of prophethood, and experienced a rather gruesome death due to dysentery. His downfall has been commonly interpreted (taʾwīl) as punishment, for his attempting to act as a divinely ordained prophet of God. This kind of informed and qualified interpretation has been performed for centuries and is allowed for any individual so long as they ultimately believe in the finality of the Knowledge and the Will of God. W’Allāhu Aʿlam (God knows best).

Action Items & Closing Notes

We do not seek to find out the intention of Habib Ali al-Jifri’s speeches on the situation of our Uyghur brothers and sisters – he may have simply been misinformed. What we can do, however, is question the sources of his information and highlight the graveness of his actions and words. The fact of the matter is that millions of Muslims are detained by China for committing simple acts of faith that people elsewhere have the pleasure of doing each and every day– including saying “Bismillah” before they take a bite of food. As we observe Ramadan currently, it is devastating to think of the Uyghurs, who are forced to eat and drink, let alone drink alcohol and eat pork, during the holy month to prove their “innocence” from Islam to the Chinese government. While we sit with our families and break our fast, Uyghurs and other Turkic people suffer silently in thousands of prisons and labor camps far from their families.

This scholar, or those who have misinformed him, have not only dismissed the CCP’s violations against our religion and the Ummah at large, but have also attempted to disincentivize hundreds of thousands of free Muslims from aiding the Uyghur people in their plight against the CCP.

We ask that you to pray that the oppression of the Uyghur people ceases as soon as possible; but also urge you to boycott Chinese or Chinese-made products likely to be reliant on Uyghur slave labor; to actively spread the word on the suffering of East Turkistan; and to build interest groups and networks to pressure governments to lower their dependency on China, while increasing economic and political collaboration between Muslim people. Change starts with and around each and every one of us; inquire about Uyghur-East Turkistani exiles in your area and country, and organize your communities to help stranded Uyghur orphans, students and other disadvantaged individuals survive as Muslim Uyghur people with their culture. Lobby for issuing Uyghurs passports and securing Uyghur emigres refugee-asylee status and protection. Stop “extradition-repatriation” of Uyghurs to China. Call for a united diplomatic effort of Muslim, Arab, and/or Turkic and others concerned for freedoms countries against China’s atrocities. They should act according to inter-state relations and not as slavish would-be vassal states, and hold a respectable diplomatic stand vis-à-vis China from our countries.

We ask that you get your universities involved by both raising awareness on campus as well as by assessing your university’s relationship with China. Check to see if your school has a Confucius or China Institute. These entities often serve as a public educational arm of the Chinese government abroad, and are controlled by the CCP — thereby enabling them to exercise soft power all over the world. Insist that these institutes make a statement and acknowledge the atrocities faced by those in East Turkistan, and call them out if they do not. Call for a double background check for Chinese researchers lest they actually be informants as often happens in the U.S. Countless events and panels discussing the horrors committed by the CCP have been canceled by universities around the world due directly to Chinese pressure. Call for university endowments to divest from China. Finally, call on your school to increase funding for Uyghur/Turkistani studies and to set up scholarships and grants to assist exiled Uyghur students and scholars — their lived experiences are essential to hear, accept, and make sure fewer people have to go through again.

It is important to ensure the political and economic independence of academia– without which generations of students will maintain worldviews colored by propaganda and complicit in the oppression of millions. Insist that your school cuts ties with Chinese bodies violating academic freedoms, similar to how Cornell cut ties with a Chinese university. Hold your universities accountable regardless if they are directly complicit in, or just silent on, the human rights abuses China commits. Demand that these important institutions divest from these China and the CCP.

We have seen large-scale protests across the Muslim world, especially in countries, whose governments have remained silent against the oppression in East Turkistan for fear of Chinese retribution, and hope to see even more people push their governments to pressure the CCP. The shaykh encourages members of the audience to maintain an Islamic guiding moral principle and to act on it. We agree with this wholeheartedly — but we vigorously disagree with his calls to (in)action. Instead of focusing only on ourselves and our individual economic and academic developments, we also hope to fight for the Uyghur and other Turkic people’s ability to do the same — to practice their faith, live without fear of imprisonment, and in a homeland that is formally their own. This is not a hopeless cause– our voices can and must be heard, inshAllah.

عَنْ أَنَسِ بْنِ مَالِكٍ رضي الله عنه قَالَ رَسُولُ اللَّهِ إِنْ قَامَتْ عَلَى أَحَدِكُمْ الْقِيَامَةُ وَفِي يَدِهِ فَسْلَةٌ فَلْيَغْرِسْهَا

From Anas Ibn Malik, Allah be pleased with him: The Prophet Muhammad, the Peace and Blessings of Allah be upon him, said: if the day of judgement is upon you, and in your hand is a seed, plant it.

Action Items:

  1. Keep making Dua for the oppressed of East Turkistan and the world
  2. Boycott Chinese products– do not be complicit in slave-labour
  3. Raise awareness on the plight of Uyghurs and the East Turkistani cause
  4. Work towards reducing your country’s economic dependence on China
  5. Build alliances with all people of conscience to demand a cessation of China’s oppression of all faith groups, be it Muslim Uyghur, Hui, Christian or Tibetan Buddhist
  6. Encourage and promote fairer trade and commerce with Muslims and others rather than China
  7. Inquire about Uyghur diaspora members in your area. Organize to help out orphans, widows, and students.
  8. Pressure governments to provide legal protection to heimatlos Uyghur refugees-exiles by either citizenship or refugee-asylee status. Stop the “extradition-repatriation” of Uyghurs to China!
  9. Get your universities-endowments to divest from China. Raise awareness about Chinese espionage and hired guns in academia. Demand academic and financial support for Uyghur scholars and students. Request more academic attention and funds for Central Asian, Uyghur, Turkistani studies.

Svat Soucek, A History of Inner Asia, (Cambridge University Press, 2002), 84. in 934, he was one of the first Turkic rulers to convert to Islam, which prompted his Kara-Khanid subjects to convert.

Here is an condensed Arabic version of this article translated by Imam Abdul Jabbar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *