Catégories
Religions et savoir

«C'est un Ramadan très différent»: comment le coronavirus a bouleversé les rituels anciens | Nouvelles

Mufti Zeeyad Ravat est un érudit islamique, une autorité sur la pratique quotidienne de l'islam. Son chemin vers l'Australie a été détourné, depuis son lieu de naissance à Johannesburg, en Afrique du Sud, en passant par l'Inde, la Syrie (où il a étudié l'arabe), le Brésil, Brisbane et Melbourne. En mars de l'année dernière, il s'est rendu en Nouvelle-Zélande pour diriger un service de prière à Christchurch après le massacre de 50 fidèles dans une mosquée.

Ravat, 39 ans, est un paquet d'énergie, ses bras s'agitant pour faire un point, une jambe repliée sous lui sur un fauteuil inclinable dans sa maison à Dandenong dans le sud-est de Melbourne. Le bruit quotidien de la vie de famille (il est marié et père de cinq enfants) traverse la pièce voisine alors qu'il explique l'importance du Ramadan et comment la pandémie de coronavirus a bouleversé ses rituels.

Mufti Zeeyad Ravat (R), un chef musulman de Melbourne, mène une prière au mémorial de Deans Ave, près de la mosquée Al Noor à Christchurch, Nouvelle-Zélande, le 19 mars 2019.



Mufti Zeeyad Ravat (à droite) mène une prière au mémorial de l'avenue Deans près de la mosquée Al Noor à Christchurch le 19 mars 2019. Photographie: Agence Anadolu / Getty Images

"C'est un Ramadan très différent", dit-il. "Je pense que c'est le premier et le dernier Ramadan de ce genre."

Il y a 1,8 milliard de musulmans dans le monde. Plus de 600 000 vivent en Australie, certains nés ici, certains arrivant de pays aussi divers que l'Indonésie, la Turquie, le Liban, l'Égypte, l'Indonésie, le Pakistan et la Somalie. Il y a différentes cultures, différentes traditions.

Comme les adeptes de toute religion, il y a les dévots et les moins dévots. Certaines personnes, dit Ravat, prient cinq fois par jour. D'autres se présentent uniquement pour les prières du vendredi. Mais le Ramadan est spécial.

Le ramadan est le mois le plus saint de l’islam, un temps de réflexion et d’autodiscipline, ainsi que le jeûne de l’aube au crépuscule pendant 30 jours. Cette année en Australie, elle a commencé le 23 avril et se termine le 23 mai.

L'idée du Ramadan n'a pas changé, dit Ravat. C’est un moment où les actes de bonté – toujours une obligation – sont particulièrement récompensés. La pratique de la générosité, en particulier envers les pauvres et les vulnérables, s'intensifie. Le garage de Ravat regorge de boîtes d’épicerie prêtes à être livrées à ceux qui ont du mal à acheter de la nourriture.

Bibliothèque de Mufti Zeeyad Ravat.



Bibliothèque de Mufti Zeeyad Ravat. Photographie: Gay Alcorn / The Guardian

"Nous attendons avec impatience le mois de Ramadan, car c'est à ce moment-là que tout ce que vous n'avez pas pu faire au cours des 11 derniers mois, c'est le seul mois où vous pouvez accélérer les choses, vous pouvez faire avancer les choses du point de vue spirituel."

Le monde est plein d'avidité et de pouvoir, dit-il, et «le jeûne est de réaligner notre objectif. Nous avons faim pendant 30 jours pendant la journée. C'est apprivoiser l'ego, et finalement, lentement, cet ego s'effondre et la spiritualité prend le dessus. Il s'agit de devenir pacifique. "

Les rituels du Ramadan sont impossibles cette année, les universitaires affirmant que les restrictions sont une première pour l'Islam.

Il n'y a pas de rassemblements communautaires dans les mosquées pour les prières «tarawih» tous les soirs après la rupture du jeûne. Il n'y a pas de grands dîners iftar avec la famille et les amis.

L'année dernière, Ravat a passé le Ramadan au centre communautaire Pillars of Guidance, qu'il a aidé à fonder dans le sud-est de Melbourne en 2016. Ravat est sunnite, de l'école Hanafi, mais dit que le but du centre est d'accueillir tout le monde. Il existe un solide programme de protection sociale, des cours pour les jeunes, des conseils sur les traditions telles que les mariages et un restaurant gastronomique.

Pendant le Ramadan, les musulmans se sont réunis au centre après le crépuscule pour écouter Ravat réciter un chapitre du Coran (tout le Coran est parlé pendant 30 jours) et pour donner une leçon ensuite.

En tant qu’enfant en Afrique du Sud, Ravat a mémorisé le Coran – une pratique respectée mais rare chez les musulmans – et dit que même si les gens ne peuvent pas comprendre l’arabe, il a un sens.

Une vue générale de la mosquée Gallipoli maintenant fermée à Auburn le 08 avril 2020 à Sydney, Australie.



La mosquée Gallipoli à Auburn, Sydney, est parmi les lieux de culte du monde entier qui sont fermés pour empêcher la propagation du coronavirus. Photographie: Brook Mitchell / Getty Images

"C'est tellement mélodieux et beau que lorsque vous le lisez, cela vous apaise et le sens est si beau, parce que Dieu vous parle", dit-il.

Cette année, les mosquées et autres lieux de culte sont fermés pour empêcher la propagation du coronavirus. Les familles sont censées réciter les prières tarawih à la maison et les iftars sont réservés aux ménages. Chaque soir, Ravat ou son fils aîné récitent un chapitre du Coran à la famille. Les petits, dit-il, se fatiguent un peu des prières et ne devraient pas jeûner tous les jours.

"Le défi est que dans les Ramadans normaux, vous avez un environnement solide dans la mosquée, une communauté qui crée cette ambiance de Ramadan", dit-il. «Vous allez à la mosquée, tout le monde prie et l'imam lit… et il y a ces énormes iftars qui se produisent.

"Il n'y a pas d'environnement (maintenant) … qui a dérangé beaucoup de gens, beaucoup de gens se sentent déprimés", dit-il.

Mais «le désastre est la mère de l'invention». Une semaine avant le Ramadan, Ravat a installé un studio de fortune dans son salon, avec une caméra et des lumières. Chaque soir, il diffuse une leçon en direct sur les réseaux sociaux. Son fils de 18 ans, un assistant technique, travaille la caméra. Jusqu'à 12 000 personnes se sont connectées.

Mufti Zeeyad Ravat donne une leçon en direct sur Facebook pendant le Ramadan depuis son domicile de Dandenong.



Mufti Zeeyad Ravat donne une leçon en direct sur Facebook pendant le Ramadan depuis son domicile de Dandenong. Jusqu'à 12 000 personnes se sont connectées. Photographie: Gay Alcorn / The Guardian

Des expériences similaires se déroulent à travers le pays. Le Dr Ibrahim Abu Muhammad, le Grand Mufti d'Australie et de Nouvelle-Zélande, a déclaré que les prières tarawih en ligne ne devraient pas avoir lieu "parce que l'une des conditions des prières de groupe est qu'il existe un contact direct entre l'imam et le peuple". Mais les cours et les enseignements en ligne sont encouragés.

Ravat voit émerger quelques points positifs.

«C'est un lien pour les familles», dit-il. "Nous sommes coincés à la maison maintenant (et) nous mangeons en fait beaucoup plus lentement car il n'y a pas de précipitation."

Chaque grande religion a eu du mal à expliquer la souffrance dans un contexte spirituel. Certains croyants ont soutenu que les catastrophes naturelles sont un test de foi; d'autres que c'est une punition quelconque, une notion qui peut sembler cruelle.

Mufti Zeeyad Ravat donnant une leçon à ses enfants pendant le ramadan depuis son domicile de Dandenong.



Mufti Zeeyad Ravat donne une leçon à ses enfants à la maison. Photographie: Gay Alcorn / The Guardian

Le prêtre jésuite James Martin a écrit dans le New York Times que c'est la même question quand un seul enfant meurt d'un cancer ou d'un ouragan tue des centaines de personnes: pourquoi, si Dieu est tout puissant et plein d'amour, n'empêche-t-il pas de telles souffrances?

«En fin de compte, la réponse la plus honnête à la question de savoir pourquoi le virus Covid-19 tue des milliers de personnes, pourquoi les maladies infectieuses ravagent l'humanité et pourquoi il y a des souffrances est: nous ne savons pas», écrit-il.

Pour Ravat, Allah est omniscient, le créateur de tout, ce qui inclut Covid-19. Mehmet Ozalp, professeur agrégé d'études islamiques à l'Université Charles Sturt, a écrit dans la conversation que, bien que l'émergence du virus ne soit pas sous contrôle humain, sa propagation l'est. Le prophète Mahomet a demandé un traitement médical et a encouragé ses disciples à faire de même, en disant que "Dieu n'a pas fait de maladie sans lui avoir nommé de remède, à l'exception d'une maladie – la vieillesse".

Ravat l'exprime ainsi: "Dieu crée tout, que ce soit un fléau ou que ce soit un bon moment, Dieu le crée, mais c'est nous avec nos actions qui attire celui (le)."

Il voit cette fois comme une sorte de nettoyage, une sorte de calcul. «En tant qu'êtres humains, nous sommes gourmands, nous ne pouvons pas simplement être satisfaits de ce que nous avons, nous voulons conquérir ce monde, nous voulons creuser chaque trou, nous voulons bouleverser chaque montagne, nous voulons tirer chaque (morceau de) charbon, nous voulons supprimer les plus faibles. »

Le coronavirus est un test, un véhicule pour le rapprocher de Dieu. Mais cela a-t-il ébranlé sa foi de quelque façon que ce soit, ne serait-ce qu'un instant?

«Non», dit-il. "Plus jamais."

Les cartes postales de la pandémie montrent comment les Australiens au quotidien font face aux immenses changements que le coronavirus a apportés à leur vie. Nous aimerions entendre votre histoire sur la façon dont vous gérez cette crise. Courriel: postcards@theguardian.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *