Catégories
Religions et savoir

7 raisons pour lesquelles nous avons besoin de plus de femmes universitaires en islam

femmes savantes en islam

Un de mes amis qui est un revenant et qui étudie deen depuis 5 ans a été approché par un homme pour le mariage. Il lui a dit: «Puisque tu es musulmane et retournée, épouse-moi et je t'apprendrai un peu l'islam.» Elle lui dit qu'elle étudie déjà le deen et qu'elle a l'intention d'étudier davantage et de devenir un jour une bonne savante. Étonnamment, l'homme a reculé et a dit quoi? "UNE FEMME NE PEUT PAS ÊTRE UNE ÉTUDIANTE"

Surprenant mais vrai, de nombreuses personnes, même de nos jours, partagent ce point de vue malgré leur connaissance du hadith selon lequel «la recherche du savoir est obligatoire pour chaque musulman masculin et féminin», et d’autres textes qui rendent l’acquisition du savoir obligatoire pour les hommes et les femmes. les femelles.

Raison pour laquelle nous avons besoin de plus de femmes érudites en islam

La chronologie de l'histoire des stylos | Timetoast timelines "width =" 237 "height =" 237 "data-recalc-dims =" 1 "src =" https://i2.wp.com/s3.amazonaws.com/s3.timetoast.com/public/uploads /photos/11826691/quill_pen.jpg?resize=237%2C237&is-pending-load=1#038;ssl=1 "srcset =" data: image / gif; base64, R0lGODlhAQABAIAAAAAAAP /// yH5BAEAAAAALAAAAAABAAAAP /// yH5BAEAAAAALAAAAAABAAAAPAAP /// yH5BAEAAAAALAAAAAABAAAZYAAIBRA jetApack7 " -image

1. Chercher Ilm est Wajib sur les hommes et les femmes évident à partir du Hadith

1) «L'acquisition de la connaissance est wajib sur chaque musulman.» (Bayhaqi sous l'autorité d'Anas)
2) «L'acquisition de connaissances est une faridah (devoir obligatoire) pour tout musulman.» (Daylami sous l'autorité d'Ali)
3) «L'acquisition du fiqh (compréhension de Deen) est wajib sur chaque musulman.» (Hakim dans son Tarikh sous l'autorité d'Anas)
4) «Acquérir des connaissances et les transmettre aux gens.» (Darqutni sous l'autorité d'Abu Saeed, et Bayhaqi sous l'autorité d'Abu Bakr)
5) «Acquérir des connaissances avant qu’elles ne soient soulevées.» (Daylami sous l’autorité d’Ibne Mas’ud sous l’autorité d’Abou Hurayrah)
6) «Ô peuple! s'accrocher à la connaissance avant qu'elle ne soit élevée. (Tabrani et Khateeb sous l'autorité d'Abu Umamah)
7) «Ô peuple! rechercher la connaissance avant qu'elle ne soit élevée. (Ahmad et Daarmi, Tib et Abu al-Shaykh dans son tafseer, et Ibne Mardawiyya sous l'autorité d'Abu Umamah)
8) «Destruction pour celui qui n'a aucune connaissance.» (sur l'autorité de Hudhayfah)

2 Décision concernant Haidh et Nifas

Beaucoup de femmes n'ont aucune idée sur Haidh et Istihadha, elles ne savent pas quand leur période mensuelle se termine et quand doivent-elles commencer à prier. Nous ne pouvons pas nous attendre à ce que chaque femme divulgue son sujet personnel et sensible à mufti sahab, puis le suive encore et encore avec inquiétude au sujet des périodes irrégulières et des doutes sur Istihadha.

Pour de telles femmes, il devient extrêmement difficile de découvrir les affaires du Deen. Si par hasard, l'accès à quelqu'un est possible, ou si elle a un père, un fils,
frère, etc. dans la maison qui est aalim, alors il y a certaines questions sur lesquelles les femmes ne peuvent pas leur poser des questions.Afin de satisfaire les besoins généraux des femmes, il n'y a pas d'autre alternative que d'avoir de telles femmes qui soient éduquées et de qui d'autres les femmes pouvaient obtenir des réponses à toutes leurs questions. Sur cette base, il est établi que transmettre la connaissance Deeni aux femmes de la manière normale, c'est wajib.

3. Chercher Ilm est fardh bil-ghayr

(1) Si quelque chose est obligatoire, tout ce qui aidera à l'accomplir sera également obligatoire. Par exemple, une personne ne peut pas aller au Hajj à pied. Mais en son temps, des trains et des navires ont été mis de côté pour entreprendre ce voyage et il a également l'argent et la capacité d'entreprendre ce voyage. Il lui sera donc obligatoire d'avoir l'intention d'entreprendre le voyage, d'acheter le billet et de monter à bord du train ou du navire. L'achat du billet de train ou de bateau et de monter à bord en soi ne lui est pas obligatoire selon la charia, mais parce que c'est un moyen d'accomplir un acte fardh (c'est-à-dire le hajj), il deviendra également obligatoire pour lui. Cela s'appelle fardh bil-ghayr (c'est-à-dire obligatoire en raison d'un autre facteur).

4.Il est Wajib alal Kifayah d'avoir peu de personne qui a étudié deen et peut répondre à la question des femmes

L'expérience a montré que pour que la connaissance soit bien préservée dans l'esprit, l'étude des livres est nécessaire. Cela se trouve être la manière normale d’éducation. Et préserver les connaissances Deeni est obligatoire. Donc, sur la base du premier principe, il sera également obligatoire de transmettre les connaissances Deeni en
la manière normale. Cependant, c'est wajib alal-kifayah, c'est-à-dire qu'en tout lieu, il devrait y avoir quelques personnes qui ont étudié le Deen et qui peuvent répondre aux questions de ceux qui ont besoin de savoir.

5. Les chercheurs sont d'accord

Les érudits conviennent qu'il n'y a aucune différence entre les hommes et les femmes dans aucun type de narration, et que les deux sont pareils dans le droit (et le devoir) de recevoir, de tenir et de transmettre le hadith. Les preuves en sont accablantes et remontent à la toute première fois où l'islam a été prêché en public. Nous ne pouvons pas être surpris par cela, étant donné que l'étude du hadith n'est pas une activité oisive ou de loisir, mais un moyen de comprendre la direction du Coran et de la mettre en œuvre dans la vie personnelle et dans la société. La légalité de la réception et de la transmission du hadlth repose sur le devoir de tous les musulmans de connaître leur religion (dm) et de la mettre en pratique: ni les hommes ni les femmes ne sont exemptés ou exclus de ce devoir, par exemple un récit d'Aisha ra.

6. Les femmes savantes ne sont pas moins dignes

Les savants hadiths ne faisaient pas de distinction entre les hommes et les femmes
les enseignants comme étant plus ou moins dignes d’être des hommes ou des femmes.
Ils ont accordé la même attention à la préservation exacte du libellé des hadiths racontés par les femmes que de ceux racontés par les hommes.
Plus tard, l'intérêt de rechercher des femmes universitaires est un
une partie de l'effort pour obtenir des isnads plus élevés. Si une femme shaykhah
survécu à tous les hommes de sa génération, elle attirerait beaucoup de
étudiants, qui venaient étudier avec elle afin de faire
leur isnad plus élevé.

7. La bourse d'études féminine est un héritage

femmes universitaires islam "src =" https://i2.wp.com/islamhashtag.com/wp-content/uploads/2018/01/al-muhaddithat-the-women-scholars-in-islam.jpg?resize=192 % 2C300 & ssl = 1 & is-pending-load = 1 "srcset =" data: image / gif; base64, R0lGODlhAQABAIAAAAAAAP /// yH5BAEAAAAALAAAAAABAAEAAAIBRAA7 "class =" jetpack-lazy-image

Parmi les femmes savantes les plus éminentes figurait Umm Al-Darda Al-Soghra, décédé en 700 après JC. Elle était une autorité sur les «hadiths» (paroles du Prophète Muhammad, que la paix soit sur lui) et plusieurs grands savants de l'époque assistaient à ses cours tels que Hasan Al-Basri, décédé en 728 après JC et était un grand érudit, théologien et juge. Le célèbre savant Muhammad Ibn Sirin et Abu Bakr Ibn Hazm, un grand juge de Médine, ont également assisté à ses cours. Cette grande érudite était connue pour ses fatwas approfondies. Elle a donné des cours à l'intérieur de la mosquée de Damas où elle a expliqué des points de vue juridiques complexes à ses étudiants, hommes et femmes. Même le calife omeyyade Abdul Malik Bin Marwan a assisté à ses cours.

Une autre chercheuse éminente était Nafisa Bint Al-Hassan, la petite-fille du Prophète Muhammad (PSL). Elle a grandi à Médine où elle a assisté aux sessions de grands érudits, tels que l'Imam Malik Ibn Anas et a appris d'eux.

Elle était une éminente érudite qui a enseigné à deux des grands savants de l’époque: Abu Abdullah Muhammad Idris Al-Shafi’i et Ahmad Ibn Hanbal, qui étaient deux des quatre grands imams. L’héritage du premier sur les questions juridiques et l’enseignement a conduit à l’École de jurisprudence Shafi’i, tandis que celui du second a conduit à l’école de jurisprudence Hanbali.

Ref:
1.Muhaddithat (the female scholars), 
2. Al Arabiya
3. Bahishti Zewar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *