Catégories
Religions et savoir

30 Khawaatir en 30 jours – Guide des parents | Jour 6: contrôler votre colère

Alors que Covid-19 a commencé à déployer ses tentacules à travers les États-Unis fin février, nous avons commencé à avoir une petite idée d'une perturbation possible dans notre vie quotidienne. Vivant ici à Dallas, au Texas, près du East Plano Islamic Center (EPIC), nos vies se sont principalement concentrées sur la mosquée et ses activités. Notre mosquée est l'une des plus grandes et des plus actives de la région de DFW, et en tant que membres engagés de la communauté, ma famille et moi avons également participé à des activités communautaires hebdomadaires. La première fois que nous avons réalisé que ce virus pouvait avoir un effet direct sur nous, c'était lors d'un vendredi khutbah en février, lorsque notre boursier résident, Sh. Yasir Qadhi a averti la communauté de suivre les mandats de l'État si nous ne pouvions pas avoir un jumu’ah. Il a souligné les décisions islamiques de suivre la loi dans ces situations, tout en citant plusieurs exemples de situations similaires dans l'histoire.

En écoutant le sermon, je me souviens avoir regardé autour de la zone des femmes bondées et me demandant comment chaque personne se sentait en écoutant ce khutbah. Ne pas venir jumu’ah était inouï et la pensée même de celui-ci était déconcertante. Ce n'était pas naturel, et je me souviens avoir fait dua » qu'il ne faut pas en venir là. Ce jour-là, je pense que chacun de nous a probablement ressenti cet inconfort, puis l'a ignoré parce qu'il n'y avait pas eu de précédent pour une telle situation, même dans la vie de nos parents ou grands-parents. Assurément, cela n'arriverait pas à cela.

Moins de 8 semaines après khutbah nous nous préparions pour un Ramadan en vase clos. Il y avait un vrai chagrin dans ma communauté alors que nous nous débattions avec un Ramadan sans notre taraweeh prières, sans qiyams, sans les cours du Coran, sans la communauté iftars, sans les sourires et les câlins de sœurs qui s'embrassaient par pure joie d'être bénies de ce mois sacré. Les nouvelles à l'extérieur de nos maisons étaient sombres. COVID-19 saccageait le pays, faisant des milliers de morts et de nombreuses autres souffrances. Nous avons été isolés dans nos maisons pendant les mois les plus sacrés. Ce fut un début difficile pour un mois que nous attendons avec impatience tout au long de l'année. Les médias sociaux ont été inondés de musulmans déplorant la perte du culte communautaire et un ramadan difficile.

Soutenez MuslimMatters pour seulement 2 $ par mois

MuslimMatters est un service gratuit à la communauté depuis 2007. Tout ce qu'il faut, c'est un petit cadeau d'un lecteur comme vous pour nous faire avancer, pour seulement 2 $ / mois.

Le Prophète (SAW) nous a appris que les meilleures actions sont celles qui sont faites de manière cohérente, même si elles sont petites.
Cliquez ici pour soutenir MuslimMatters avec un don mensuel de 2 $ par mois. Réglez-le et collectez les bénédictions d'Allah (swt) pour le khayr que vous soutenez sans y penser.

En tant que mère de quatre enfants, mon plus grand défi était d'élever mes propres émotions afin de pouvoir apporter un semblant de fête dans ma maison. Je me débattais avec un certain nombre de choses. Mon travail s'était entièrement déplacé en ligne, alors j'étais occupé à enseigner mes cours virtuellement et à essayer de maintenir une attitude positive pour mes élèves, tout en essayant de garder la famille optimiste au sujet du mois à venir. C'était bouleversant. Mais j'ai continué lentement en préparant les repas, en établissant une routine avec la famille pour suhoor, taraweehet étude du Coran. Et puis la soirée de bon augure est arrivée alors que nous sortions de nos maisons pour chercher le ruban de lune dans le ciel sombre. Nous ne pouvions pas trouver la lune nous-mêmes, mais le Ramadan était arrivé.

Ce soir-là, mon fils a dirigé la taraweeh des prières côte à côte avec mon mari, tandis que mes trois filles et moi nous tenions derrière elles. Il y avait un calme qui descendait sur mes épaules tendues pendant ces taraweeh prières. C'était le Sakina du Ramadan. Cela m'a enveloppé comme une chaleureuse accolade d'une mère, et après des semaines d'agitation et d'incertitude, j'ai finalement été détendue. Cette même nuit, nous nous sommes assis en famille pour regarder Sh. Yasir Qadhi commence son mémoire de couverture en couverture tafsir du Coran sur la chaîne YouTube de notre mosquée. Le lendemain était jumu’ah, et en famille, nous nous sommes réunis devant la télévision pour regarder le virtuel khutbah être livré à une mosquée vide. Ce fut un moment déchirant et je sais que j'ai pleuré plusieurs fois à travers le khutbah comme doivent avoir tous ceux dont le cœur est attaché à notre belle mosquée et regardaient le vide musallah. Mais ces pleurs étaient cathartiques. C'était édifiant parce que cela rapprochait mon cœur d'Allah subḥānahu wa ta'āla (glorifié et exalté soit-il). Ce n'était plus un cri désespéré, mais un désir de cette proximité et de cette connexion avec Allah subḥānahu wa ta'āla (glorifié et exalté soit-il) qu'être dans la mosquée m'a facilité la tâche.

En quelques jours, nos vies se sont installées, et soudain, il y a eu des bénédictions et une joie inattendues à chaque tournant de la journée. Les prières de la congrégation dans ma maison me permettaient de ressentir la douceur de salah dans la mosquée. Les iftars et les suhoors quotidiens à la maison ont été préparés ensemble en famille, chacun de nous contribuant à quelque chose sur la table. Le tafsir du Coran en direct de Sh. Yasir Qadhi sur YouTube faisait partie de la nouvelle routine, car nous nous installions tous avec nos thés et nos cafés pour écouter. Il n’ya pas eu d’agitation des Ramadans précédents, car nous ne nous précipitions plus pour sortir ou pour essayer de répondre aux obligations de la famille élargie et des amis. Le monde extérieur a continué à être ravagé par la pandémie, mais nous étions protégés dans nos maisons et entourés des bénédictions du Ramadan.

Alors que nous arrivons à mi-chemin de ce mois sacré, je dois prendre du recul et réfléchir à ce que je ressentais en ce mois et à l'état de mon cœur maintenant. Il y a une paix, une stabilité et une joie retrouvées dans ce Ramadan que je n'avais jamais connues auparavant. L'effort n'est plus pour quelque chose d'extérieur mais est maintenant concentré vers l'intérieur. Mon culte est maintenant entièrement entre Allah subḥānahu wa ta'āla (glorifié et exalté soit-il)

et moi-même. Et ma famille est maintenant la communauté à laquelle je dois sourire, étreindre, servir et apprécier. Dans un hadith musulman sahih, Abu Huraira raḍyAllāhu 'anhu (qu'Allah soit satisfait de lui) et Abu Sa’id raḍyAllāhu 'anhu (qu'Allah soit satisfait de lui) a rapporté le Messager d'Allah ṣallallāhu 'alayhi wa sallam (que la paix et les bénédictions d'Allah soient sur lui) comme disant:

Allah subḥānahu wa ta'āla (glorifié et exalté soit-il), l'exalté et le majestueux, a déclaré: Fast (est exclusivement) destiné à moi et je donnerais sa récompense. Il y a deux (occasions) de joie pour l'observateur du jeûne. Il ressent de la joie quand il rompt le jeûne et il est heureux quand il rencontre Allah subḥānahu wa ta'āla (glorifié et exalté soit-il). Par Allah subḥānahu wa ta'āla (glorifié et exalté soit-il) dans la main de qui est la vie de Mahomet, le souffle de l'observateur du jeûne est plus doux pour Allah subḥānahu wa ta'āla (glorifié et exalté soit-il) que le parfum du musc.

Allah subḥānahu wa ta'āla (glorifié et exalté soit-il) dit que le jeûne est exclusivement pour lui et qu'il le récompensera. C'est quelque chose que j'avais appris il y a longtemps, mais ce n'est que ce Ramadan que j'ai commencé à l'intérioriser. Tout comme mon jeûne est exclusivement pour Allah subḥānahu wa ta'āla (glorifié et exalté soit-il), alors mon culte devait être uniquement pour lui aussi, et ce Ramadan Allah subḥānahu wa ta'āla (glorifié et exalté soit-il) enlevé toutes les béquilles que j'utiliserais pour booster ma imaan. Je devais me refléter et voir l'état de ma foi sous sa forme brute, sans aucune influence extérieure et sans aucune distraction. Et j'ai réalisé que j'étais ma plus grande distraction de ma foi. L'effort (jihad) devait être interne, et alors que je commençais à m'efforcer de imaan, pour créer ma propre communauté, pour construire ma propre mosquée, j'ai réalisé qu'unlhamdullilah, cela devenait le meilleur ramadan de ma vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *